Le groupe En­gie ac­cé­lère son vi­rage stra­té­gique pour de­ve­nir lea­der mon­dial de la tran­si­tion éner­gé­tique

AC­CÉ­LÈRE SON VI­RAGE STRA­TÉ­GIQUE POUR DE­VE­NIR LEA­DER MON­DIAL DE LA TRAN­SI­TION ÉNER­GÉ­TIQUE

Green Innovation - - Sommaire - En­tre­tien avec HER­VÉ CAS­TER­MAN Di­rec­teur en­vi­ron­ne­ment chez En­gie Propos recueillis par Ma­rie Cor­net-Ash­by

Green In­no­va­tion. De­puis le 1er jan­vier 2016, En­gie a mis en place une nou­velle or­ga­ni­sa­tion… Her­vé Cas­ter­man.

Cette nou­velle or­ga­ni­sa­tion est liée à la révolution éner­gé­tique que nous vi­vons. En­gie avait an­ti­ci­pé cette tran­si­tion éner­gé­tique de­puis un cer­tain nombre d’an­nées et, dans le do­maine de l’éner­gie, la ques­tion du climat était évi­dente et ma­jeure. Ma­jeure, parce que pla­né­taire avec une mo­di­fi­ca­tion très forte des modes de pro­duc­tion et de con­som­ma­tion. Au­jourd’hui, la ques­tion de l’éner­gie se pose à l’échelle in­ter­na­tio­nale, mais les so­lu­tions se vou­dront dé­cen­tra­li­sées pour ré­pondre aux at­tentes des ter­ri­toires.

Green In­no­va­tion. Êtes-vous fa­vo­rable aux orien­ta­tions nou­vel­le­ment prises par votre groupe ?

Her­vé Cas­ter­man. Ce­la était ex­trê­me­ment im­por­tant au re­gard de notre im­plan­ta­tion in­ter­na­tio­nale de te­nir compte de cette évo­lu­tion et de nous adap­ter à cet as­pect plus lo­cal, plus ter­ri­to­rial. Et c’est pour ce­la qu’au 1er jan­vier 2016 le groupe s’est ré­or­ga­ni­sé au­tour de 24 en­ti­tés opé­ra­tion­nelles (se­lon un dé­cou­page es­sen­tiel­le­ment géo­gra­phique), avec pour ob­jec­tif de rac­cour­cir les chaînes de dé­ci­sion et d’ac­cé­lé­rer son dé­ve­lop­pe­ment.

Green In­no­va­tion. Au­jourd’hui, En­gie est pré­sent dans plus de 70 pays dans le monde… Avez-vous d’autres pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment ? Quelle est la place de l’Eu­rope dans cette ré­par­ti­tion ?

Her­vé Cas­ter­man. Notre stra­té­gie est d’être le lea­der de la tran­si­tion éner­gé­tique. Cette tran­si­tion ne se li­mite pas aux 70 pays ac­tuels. Notre culture est in­ter­na­tio­nale et nous vou­lons pour­suivre notre dé­ve­lop­pe­ment dans toutes les par­ties du monde. Glo­ba­le­ment, aucune zone géo­gra­phique n’est ex­clue… L’Eu­rope, quant à elle, re­pré­sente 55 % de notre chiffre d’af­faires.

Green In­no­va­tion. Pou­vez-vous re­ve­nir sur l’am­bi­tieux plan de per­for­mance opé­ra­tion­nelle Lean 2018 » ? Quelles en sont les grandes orien­ta­tions ?

«

Her­vé Cas­ter­man. « Lean 2018 » est l’une des com­po­santes d’un

© Antoine Meys­so­nier plan glo­bal. Pour as­seoir notre stra­té­gie et la mettre en oeuvre, nous avons dé­fi­ni un plan de trans­for­ma­tion à trois ans qui s’ap­puie sur plu­sieurs axes. Et l’un des mots-clés de notre or­ga­ni­sa­tion est l’adap­ta­bi­li­té.

Green In­no­va­tion. Le groupe En­gie ins­crit-il la crois­sance res­pon­sable au coeur de tous ses mé­tiers ?

Her­vé Cas­ter­man. Notre res­pon­sa­bi­li­té est à la fois vis-à-vis de l’hu­main, donc le so­cial et le so­cié­tal, et de l’en­vi­ron­ne­ment in­dis­pen­sable à la vie. Je pense qu’af­fi­cher la vo­lon­té d’être lea­der dans la tran­si­tion éner­gé­tique oblige à prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés pour al­ler vers des éner­gies du­rables.

Green In­no­va­tion. Quelle est la stra­té­gie du groupe dans le do­maine de l’en­vi­ron­ne­ment ?

Her­vé Cas­ter­man. Dans le do­maine de l’éner­gie, nous sommes confron­tés à l’en­semble des en­jeux en­vi­ron­ne­men­taux. Notre enjeu ma­jeur est ce­lui du climat. Au­jourd’hui, notre ob­jec­tif est de ré­duire notre em­preinte car­bone et de dé­ve­lop­per les éner­gies re­nou­ve­lables. Nos in­ves­tis­se­ments sont dé­sor­mais orien­tés vers des so­lu­tions bas car­bone, que ce soit dans les éner­gies re­nou­ve­lables, le gaz, les ré­seaux ou dans les ser­vices à l’éner­gie. En 2015, le groupe a pris la dé­ci­sion de ne plus dé­ve­lop­per de nou­veaux pro­jets char­bon. Nous nous sommes éga­le­ment fixé pour ob­jec­tif de ré­duire le taux de nos émis­sions de CO2 de 20 % d’ici à 2020.

Green In­no­va­tion. Des prio­ri­tés vous semblent-elles es­sen­tielles ?

Her­vé Cas­ter­man. Il y a des en­jeux liés aux fi­na­li­tés. Je met­trais en prio­ri­té l’enjeu de la dé­car­bo­ni­sa­tion de l’éco­no­mie. La ques­tion cli­ma­tique, su­jet ma­jeur pour l’hu­ma­ni­té, est ur­gente et in­con­tour­nable, tout comme celle de l’ac­cès à l’éner­gie. La ques­tion de la fi­nance verte est es­sen­tielle avec la sé­cu­ri­sa­tion des in­ves­tis­se­ments. Un enjeu de di­gi­ta­li­sa­tion avec une mise en re­la­tion de tous ces moyens me pa­raît in­con­tour­nable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.