Bien­nale des villes en tran­si­tion à Gre­noble

du 9 au 13 mars 2017

Green Innovation - - Sommaire -

QUATRE JOURS D’ATE­LIERS, DE REN­CONTRES, DE DÉ­BATS, D’EX­PO­SI­TIONS, DE VI­SITES ET ANI­MA­TIONS

Le XXIe siècle se­ra ce­lui des villes : elles sont au coeur de tous les dé­fis. Dé­mo­cra­tie, climat, so­li­da­ri­tés, éner­gies, démographie, éco­no­mie, etc. : elles sont des ac­teurs es­sen­tiels de la tran­si­tion vers une so­cié­té plus du­rable et convi­viale, comme l’a confir­mé la COP21. Lieux de ren­contres et car­re­fours des iden­ti­tés, les villes sont, comme Gre­noble, le bon en­droit pour an­ti­ci­per, ima­gi­ner et réa­li­ser les nou­velles formes du bien­vivre : la créa­ti­vi­té de cha­cun est bien­ve­nue, nous avons un monde à construire ! La Bien­nale de Gre­noble, Les villes en

tran­si­tion, pro­pose de par­ta­ger les ex­pé­riences et de mettre en com­mun les en­vies et les pro­jets au­tour de la tran­si­tion. Elle au­ra cette an­née pour par­rain Ni­co­las Hu­lot et pour mar­raine Lau­rence Tu­bia­na. Que l’on soit pro­fes­sion­nel, étu­diant, as­so­cia­tif, cu­rieux, en­fant ou re­trai­té, la Bien­nale est faite pour celles et ceux qui veulent échan­ger les so­lu­tions (pe­tites ou grandes !), in­no­ver et an­ti­ci­per les dé­fis à ve­nir. Pre­mier ren­dez-vous de ce genre en France, elle pro­pose quatre jours pour par­ta­ger les ex­pé­riences gre­no­bloises, lo­cales, na­tio­nales et in­ter­na­tio­nales afin d’ap­por­ter des ré­ponses nou­velles aux dé­fis d’au­jourd’hui et de de­main. Re­trou­vez tout le pro­gramme et les ac­tua­li­tés sur : http://vil­le­sen­tran­si­tion.gre­noble.fr

PO­TA­GERS ET VER­GERS PAR­TA­GÉS

En 2014, la ville de Gre­noble s’est en­ga­gée dans une po­li­tique de vé­gé­ta­li­sa­tion et de ges­tion du­rable de l’es­pace pu­blic, en co­cons­truc­tion avec ses ha­bi­tants. De cette im­pul­sion est né Es­sen’Ciel, un ver­ger et po­ta­ger par­ta­gé. Arbres frui­tiers, lé­gumes, fleurs, plantes aro­ma­tiques et sau­vages se sont ins­tal­lés entre une école et des im­meubles, dans cet es­pace ou­vert au bord de la rue Am­père, grâce à l’as­so­cia­tion Es­sen’ciel qui réunit un groupe d’ha­bi­tants des quar­tiers alen­tours. Leur cre­do ? Lais­ser la vie et la bio­di­ver­si­té s’épa­nouir, ai­der la na­ture à ré­in­ves­tir la ville, jar­di­ner au pied de chez soi, dans le par­tage et la so­li­da­ri­té, mais en toute convi­via­li­té! Cha­cun y vient sui­vant ses dis­po­ni­bi­li­tés, pour faire les tra­vaux de la sai­son ou y prendre l’apé­ro, et des ani­ma­tions sco­laires ra­vissent les en­fants. Le ser­vice des espaces verts de la ville ap­porte ré­gu­liè­re­ment son aide sur les grosses opé­ra­tions. L’idée vous sé­duit? Avis aux mains vertes gre­no­bloises : la mu­ni­ci­pa­li­té pro­pose d’ac­com­pa­gner chaque an­née une ini­tia­tive de ver­ger et jar­din par­ta­gé dans un quar­tier de la ville. http://le­ver­ge­res­sen­ciel.blog­spot.fr http://le­pas­se­jar­dins.fr

UN CO­CON DE CHA­LEUR

L’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise est maillée d’un ré­seau de cha­leur de 168 km – le plus grand ré­seau de cha­leur de pro­vince –, gé­ré par la Com­pa­gnie de chauf­fage in­ter­com­mu­nale de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise (CCIAG). Ac­teur his­to­rique de la ville, la com­pa­gnie a dé­mar­ré dans les an­nées 1960 avec une éner­gie fos­sile, le char­bon, et s’est vue ra­pi­de­ment im­pac­tée par le choc pé­tro­lier de 1973. Elle a alors dé­ci­dé d’ex­ploi­ter l’in­ci­né­ra­tion des vo­lumes de dé­chets mé­na­gers gros­sis­sant avec la ville. De­puis les an­nées 2000, sa dé­marche, en rythme avec son époque, est in­fluen­cée par les en­jeux du dé­rè­gle­ment cli­ma­tique, dé­jà pal­pable dans la ré­gion, et s’ins­crit dans

une dé­marche d’in­no­va­tion res­pon­sable et so­li­daire. Peu à peu, les éner­gies ont évo­lué pour com­po­ser un bou­quet de plus en plus vert et, au­jourd’hui, en­vi­ron 200000 per­sonnes de sept com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise sont chauf­fées pour moi­tié à par­tir d’éner­gies re­nou­ve­lables, de co­gé­né­ra­tion et de ré­cu­pé­ra­tion. L’in­no­va­tion est le mo­teur de ces avan­cées : ain­si, dans le cadre du pro­jet Eco­ci­té sur la pres­qu’île de Gre­noble, une ex­pé­rience in­édite de boucle de cha­leur ex­ploite le flux d’eaux tièdes. Une idée per­ti­nente de chasse au gas­pillage. www.cciag.fr

UNE RUCHE À IDÉES

Gre­noble a une «Ruche» bien par­ti­cu­lière : la ville a mis en place un dis­po­si­tif de bud­get par­ti­ci­pa­tif de 800 000 eu­ros chaque an­née, qui per­met aux ha­bi­tants de plus de 16 ans de s’ex­pri­mer sur l’af­fec­ta­tion d’une par­tie du bud­get d’in­ves­tis­se­ment de la com­mune, des­ti­né aux ini­tia­tives ci­toyennes. Avec 50000 €, vous fe­riez quoi pour votre ville ? Cha­cun peut pro­po­ser un pro­jet, qui passe une étape de sé­lec­tion avant d’être sou­mis au vote des Gre­no­blois. Les bud­gets s’éche­lonnent de 5000 à 50000 €, et la créa­ti­vi­té, la bon­té et l’in­gé­nio­si­té sont sur­pre­nantes, comme en té­moignent la tren­taine de pro­jets re­te­nus : un pou­lailler par­ta­gé, des ap­pa­reils de fit­ness en libre-ser­vice dans les parcs, ska­te­park et fo­rêt co­mes­tible, une mon­naie lo­cale com­plé­men­taire, entre autres. Le pro­chain ap­pel à pro­jets au­ra lieu au prin­temps 2017, lais­sez gam­ba­der votre ima­gi­na­tion, votre rêve a sa chance de voir le jour ! www.gre­noble.fr/552-bud­get-par­ti­ci­pa­tif.htm

VIENS BRI­CO­LER CHEZ LES VOI­SINES

Il y a bien long­temps que les Voi­sines font de l’up­cy­cling (sur­cy­clage), ins­tinc­ti­ve­ment. Cer­tains ap­pellent ce­la la ré­cup’, la cus­to­mi­sa­tion (per­son­na­li­sa­tion), mais la va­leur ajou­tée de l’up­cy­cling, c’est que la pièce réa­li­sée est si réus­sie qu’elle fait oublier qu’elle a été fa­bri­quée à par­tir de dé­chets. Voi­là ce que l’on fait chez les Voi­sines : on ap­prend à ré­cu­pé­rer des dé­chets et de son art, de sa créa­ti­vi­té, avec un peu de dex­té­ri­té, naît une oeuvre unique. Ou in­ver­se­ment. Échanges de bonnes pra­tiques, par­tage d’ex­pé­riences et d’idées, phi­lo­so­phie sur nos modes de vie rythment dans la bonne hu­meur les heures qui filent trop ra­pi­de­ment. On y ap­prend les bases ou on se per­fec­tionne grâce aux le­çons de cou­ture, aux ate­liers bri­co­lage et dé­co, lors de stages tech­niques, entre deux tasses de thé et le cake de la voi­sine… Ou en­core, on fait un ate­lier in­so­lite entre ami(e)s pour un an­ni­ver­saire ou un en­ter­re­ment de vie de jeune fille : toutes les oc­ca­sions sont bonnes pour par­ta­ger ses idées et créer avec sa concen­tra­tion d’adulte, mais sur­tout, l’ho­ri­zon de son âme d’en­fant. http://les­voi­sines.org

L’IN­TEL­LI­GENCE CONSTRUC­TIVE DES MA­TÉ­RIAUX BIO­SOUR­CÉS

Bien que ni­ché entre les mon­tagnes, le bas­sin Gre­no­blois a ins­pi­ré ses cher­cheurs en construc­tion et ar­chi­tectes par sa terre, mais en l’uti­li­sant crue. Le CRA­terre, centre qui tra­vaille de­puis 35 ans sur le su­jet, l’École na­tio­nale su­pé­rieure d’ar­chi­tec­ture (En­sag) avec son uni­té Ar­chi­tec­ture et en­vi­ron­ne­ment (AE & CC), le Congrès mon­dial Ter­ra, sans oublier les ar­ti­sans et en­tre­prises spé­cia­li­sés se sont ras­sem­blés ici pour don­ner au ma­té­riau la re­con­nais­sance qu’il mé­rite par ses pro­prié­tés tech­niques, et sur­tout en­vi­ron­ne­men­tales par l’uti­li­sa­tion de res­sources lo­cales. L’état de l’art est si bien avan­cé que, ré­cem­ment, un bâ­ti­ment-pro­to­type de 320 m², nom­mé Ter­ra Nos­tra, a été réa­li­sé afin de tes­ter la mise en oeuvre de la terre crue. Il faut bien sûr une os­sa­ture, et le bois s’est na­tu­rel­le­ment im­po­sé; la terre crue, en ma­té­riau de se­cond oeuvre et en­duits, a dé­mon­tré ses per­for­mances ther­miques, pho­niques et hy­gro­mé­triques. La touche fi­nale est l’ab­sence d’odeur. Le ma­té­riau sé­duit éga­le­ment les grands construc­teurs : Eif­fage, par­te­naire de la Bien­nale des villes en tran­si­tion de Gre­noble, ap­porte le sou­tien de sa fon­da­tion à La Voûte Nu­bienne, as­so­cia­tion concep­trice d’ha­bi­tats en terre crue pour l’Afrique. http://cra­terre.hy­po­theses.org

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.