L’ADEME for­te­ment in­ves­tie dans la COP22 au Ma­roc

Green Innovation - - Sommaire - En­tre­tien avec BRU­NO LÉCHEVIN Pré­sident de l’ADEME

L’Agence de l’En­vi­ron­ne­ment et de la Maî­trise de l’Éner­gie (ADEME) était pré­sente à Mar­ra­kech afin de pour­suivre la dy­na­mique de l’Ac­cord de Pa­ris vo­té lors de la COP21…

Green In­no­va­tion. Êtes-vous, de ma­nière gé­né­rale, sa­tis­fait des avan­cées de cette Confé­rence des par­ties de la conven­tion-cadre des Na­tions unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques qui s’est dé­rou­lée du 7 au 18 no­vembre ?

Bru­no Léchevin. Avec la conso­li­da­tion du Glo­bal Cli­mate Ac­tion Agen­da et la forte mo­bi­li­sa­tion des ac­teurs non éta­tiques, la COP22 a été au ren­dez-vous! Nous voyons émer­ger une nou­velle gé­né­ra­tion de confé­rences climat qui laissent da­van­tage d’es­pace pour pré­sen­ter les ini­tia­tives des col­lec­ti­vi­tés, des ac­teurs éco­no­miques et leur donnent la pa­role, per­met­tant ain­si de ren­for­cer l’ar­ti­cu­la­tion entre les né­go­cia­tions et la mise en oeuvre des politiques climat. Autre avan­cée, la mise en oeuvre de l’Ac­cord de Pa­ris a pro­gres­sé : d’abord, parce que la ra­ti­fi­ca­tion est ar­ri­vée avant la COP, suc­cès for­te­ment ap­puyé par notre mi­nistre, Sé­go­lène Royal. En­suite, parce que les né­go­cia­tions sur les règles d’ap­pli­ca­tion de l’Ac­cord avancent, l’un des élé­ments clés de Mar­ra­kech étant que les par­ties ont va­li­dé le prin­cipe d’une fi­na­li­sa­tion des règles d’ap­pli­ca­tion en 2018. Certes, de nom­breux pro­grès res­tent en­core à ac­com­plir, no­tam­ment con­cer­nant la mise en oeuvre des 100 mil­liards d’eu­ros par an que les pays du Nord de­vront mettre à dis­po­si­tion d’ici à 2020 pour fi­nan­cer la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et l’adap­ta­tion dans les pays du Sud.

Green In­no­va­tion. Au-de­là de son im­pli­ca­tion, l’ADEME joue un rôle dans les né­go­cia­tions sur les as­pects liés aux trans­ferts de tech­no­lo­gie. Pou­vez-vous nous en dire plus sur ce point ?

Bru­no Léchevin. Dans le cadre de la Conven­tion-cadre des Na­tions unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques, un mé­ca­nisme tech­no­lo­gique a été créé en 2010 pour sou­te­nir le dé­ve­lop­pe­ment et le trans­fert de tech­no­lo­gies sur le climat vers les pays en dé­ve­lop­pe­ment. Dans ce contexte, l’ADEME joue un rôle de point fo­cal na­tio­nal pour le « Centre et ré­seau des tech­no­lo­gies cli­ma­tiques », vé­ri­table bras ar­mé du mé­ca­nisme tech­no­lo­gique, avec pour mis­sion d’être un re­lais d’in­for­ma­tion et de fa­ci­li­ter l’ac­cès à l’offre de sa­voir-faire, d’ex­per­tise, d’ou­tils et de tech­no­lo­gies. L’Agence par­ti­cipe éga­le­ment aux né­go­cia­tions climat dans la dé­lé­ga­tion fran­çaise, où elle est char­gée de suivre la ques­tion du dé­ve­lop­pe­ment et des trans­ferts de tech­no­lo­gies. Ac­cé­der aux tech­no­lo­gies per­met­tant d’at­té­nuer ou de s’adap­ter aux ef­fets des chan­ge­ments cli­ma­tiques est es­sen­tiel pour les pays du Sud. La di­men­sion tech­no­lo­gique est très pré­sente dans les « contri­bu­tions na­tio­nales » pré­sen­tées par les États au titre de l’Ac­cord de Pa­ris et qui dé­fi­nissent les me­sures de ré­duc­tion de gaz à ef­fet de serre que les pays en­tendent mettre du­ra­ble­ment en oeuvre.

Green In­no­va­tion. Cer­tains évé­ne­ments or­ga­ni­sés par l’ADEME avaient pour ob­jec­tif de mon­trer comment les co­opé­ra­tions de l’ADEME avec ses par­te­naires in­ter­na­tio­naux per­mettent de contri­buer à at­teindre les ob­jec­tifs mon­diaux en ma­tière de climat…

Bru­no Léchevin. En ef­fet, l’ADEME est un ac­teur clé en France de la mo­bi­li­sa­tion pour la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, mais elle est éga­le­ment très ac­tive et re­con­nue à l’international. Nous avons choi­si de mettre l’ac­cent sur notre co­opé­ra­tion bi­la­té­rale avec le Ma­roc, nos ac­tions en Mé­di­ter­ra­née ain­si qu’en Afrique. Ce sont des co­opé­ra­tions que l’ADEME a me­nées de longue date, en par­ti­cu­lier en ma­tière d’éner­gies re­nou­ve­lables

pour l’ac­cès à l’éner­gie, d’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique et de politiques éner­gie-climat… Mon­trer que de tels pro­jets exem­plaires peuvent être ren­for­cés et dé­ployés à grande échelle per­met d’illus­trer con­crè­te­ment la ma­nière de contri­buer à l’at­teinte des contri­bu­tions na­tio­na­le­ment dé­ter­mi­nées des États, y com­pris des pays en dé­ve­lop­pe­ment. Une éva­lua­tion de ces en­ga­ge­ments cli­ma­tiques est pré­vue dès 2018 : il faut donc lan­cer des pro­jets am­bi­tieux sans at­tendre.

Green In­no­va­tion. La COP22 se de­vait d’en­cou­ra­ger l’ac­tion pour concré­ti­ser les dif­fé­rents axes re­te­nus dans l’Ac­cord de Pa­ris…

Bru­no Léchevin. Tout à fait! L’ac­tion concrète a été par­ti­cu­liè­re­ment va­lo­ri­sée lors de cette COP. L’agen­da de l’ac­tion s’im­pose dé­sor­mais comme un élé­ment clé pour boos­ter l’ac­tion cli­ma­tique in­ter­na­tio­nale et li­mi­ter le ré­chauf­fe­ment glo­bal à 2 °C en com­plé­ment des né­go­cia­tions qui ont lieu à l’échelle des États. De nom­breuses ini­tia­tives concrètes per­mettent de va­lo­ri­ser l’en­ga­ge­ment des ac­teurs non éta­tiques dans l’ac­tion cli­ma­tique in­ter­na­tio­nale. L’ADEME par­ti­cipe à l’Al­liance mon­diale pour le bâ­ti­ment et la construc­tion, où elle in­ter­vient pour pro­mou­voir le bâ­ti­ment bas car­bone en cli­mats chauds et tro­pi­caux. En ef­fet, la maî­trise de l’éner­gie dans le bâ­ti­ment est in­suf­fi­sam­ment prise en compte au ni­veau mon­dial dans les mi­lieux tro­pi­caux et chauds, où l’on construit comme dans les pays tem­pé­rés, et la per­for­mance éner­gé­tique reste à in­tro­duire dans de nom­breuses ré­gle­men­ta­tions. Nous avons éga­le­ment lan­cé l’ini­tia­tive ACT (As­ses­sing low Carbon Tran­si­tion) avec l’ONG bri­tan­nique Carbon Dis­clo­sure Pro­ject pour mieux éva­luer la tra­jec­toire des en­tre­prises au re­gard de scé­na­rios de tran­si­tion vers une éco­no­mie bas car­bone. Il s’agit de dé­ve­lop­per par sec­teur d’ac­ti­vi­té (in­dus­trie au­to­mo­bile, grande dis­tri­bu­tion, pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té…) des mé­tho­do­lo­gies par­ta­gées au ni­veau mon­dial. L’ini­tia­tive concerne d’ores et dé­jà plus de 20 en­tre­prises et grands groupes in­ter­na­tio­naux.

Green In­no­va­tion. Au­jourd’hui, les pays sont en­cou­ra­gés à se di­ri­ger vers une éco­no­mie bas car­bone. Quels sont les moyens qui peuvent être mis en oeuvre pour re­le­ver le dé­fi des éner­gies re­nou­ve­lables en Afrique ?

Bru­no Léchevin. L’ADEME est un par­te­naire clé du dé­ploie­ment de la Conven­tion des maires en Afrique sub­sa­ha­rienne. La crois­sance ur­baine ga­lo­pante est un enjeu fort des pays en voie de dé­ve­lop­pe­ment, et no­tam­ment en Afrique où les po­pu­la­tions font face aux dé­fis de l’adap­ta­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique, de l’ac­cès à l’éner­gie et, bien sûr, à un dé­ve­lop­pe­ment sobre en car­bone. L’ADEME a dé­ve­lop­pé une réelle ex­per­tise, en France au­près des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales dans leur pla­ni­fi­ca­tion climat et éner­gie, mais éga­le­ment à l’international afin de construire en­semble une ex­per­tise lo­cale et une so­lu­tion aux en­jeux cli­ma­t­éner­gie du dé­ve­lop­pe­ment des villes et ter­ri­toires.

Green In­no­va­tion. Lors de la COP22, un ac­cord de par­te­na­riat a été si­gné entre l’ADEME France et REFELA (Ré­seau des femmes élues lo­cales d’Afrique) Ca­me­roun. Quels en sont les contours ?

Bru­no Léchevin. Le REFELA-Cam re­groupe l’en­semble des femmes maires ti­tu­laires des dix ré­gions du Ca­me­roun. Il vise à pro­mou­voir la par­ti­ci­pa­tion des femmes ca­me­rou­naises à la ges­tion des af­faires lo­cales, en fa­veur d’une gou­ver­nance in­clu­sive, sou­cieuse de l’en­vi­ron­ne­ment et des ques­tions d’ac­cès aux ser­vices es­sen­tiels tels que la four­ni­ture de l’éner­gie dans les villes et les éta­blis­se­ments hu­mains. Au Ca­me­roun, les col­lec­ti­vi­tés lo­cales ont un rôle pri­mor­dial à jouer, car elles sont de­ve­nues des espaces de dé­ci­sion après le pro­ces­sus de dé­cen­tra­li­sa­tion. Je me fé­li­cite donc de l’ini­tia­tive «Femmes et éner­gie du­rable» por­tée par le REFELA-Cam. C’est une très belle oc­ca­sion de sou­te­nir les femmes et de pro­mou­voir les éner­gies re­nou­ve­lables pour l’ac­cès à l’éner­gie.

Green In­no­va­tion. Quelle est se­lon vous la pro­chaine grande étape dans la dy­na­mique de la lutte contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique ?

Bru­no Léchevin. Outre la né­ces­si­té de pas­ser à la mise en oeuvre concrète de l’Ac­cord de Pa­ris et de réus­sir le «bi­lan mon­dial» qui doit per­mettre à par­tir de 2018 de re­voir à la hausse les plans d’ac­tion na­tio­naux des pays ayant ra­ti­fié l’Ac­cord, il s’agi­ra sans doute de prou­ver que les so­lu­tions existent pour at­teindre à long terme les ob­jec­tifs de l’Ac­cord de Pa­ris, de mon­trer con­crè­te­ment comment elles peuvent être mises en oeuvre, mais éga­le­ment de rendre «dé­si­rable» ce pro­jet de so­cié­té bas car­bone pour l’en­semble de la so­cié­té.

Si­gna­ture de l’ac­cord de par­te­na­riat REFELA, avec, de gauche à droite : Adrienne Paule (maire de la Com­mune de Fo­koué), Sé­go­lène Royal, Cé­les­tine Ket­cha (pré­si­dente du Ré­seau des Femmes Élues Lo­cales d’Afrique) et Bru­no Le­che­vin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.