L’éco­la­bel eu­ro­péen : un ou­til ef­fi­cace pour se dif­fé­ren­cier

En­tre­tien avec LAURE GAR­CIA In­gé­nieure d’AFNOR Cer­ti­fi­ca­tion

Green Innovation - - Sommaire -

Green In­no­va­tion. Qu’est-ce que l’Éco­la­bel eu­ro­péen pour le tou­risme ?

Laure Gar­cia. Il s’agit du seul la­bel éco­lo­gique of­fi­ciel re­con­nu dans tous les pays membres de l’Union eu­ro­péenne (UE). Ses cri­tères sont dé­fi­nis par des re­pré­sen­tants des pays de l’UE (pour la France, c’est l’ADEME – l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie) avec pour ob­jec­tif de li­mi­ter les im­pacts de l’ac­ti­vi­té de l’hé­ber­ge­ment sur l’en­vi­ron­ne­ment. Tous visent à ré­duire et mieux maî­tri­ser la con­som­ma­tion d’éner­gie et d’eau et la pro­duc­tion de dé­chets. La sen­si­bi­li­sa­tion des ac­teurs (sa­la­riés, par­te­naires, four­nis­seurs, clients) à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment est éga­le­ment au coeur de la dé­marche. Le ré­fé­ren­tiel a ré­cem­ment évo­lué : il compte dé­sor­mais 22 cri­tères obli­ga­toires et 45 cri­tères op­tion­nels. Au­jourd’hui, plus de 360 hé­ber­ge­ments sont cer­ti­fiées Éco­la­bel eu­ro­péen en France, ce qui po­si­tionne l’Hexa­gone à la pre­mière place en Eu­rope, qui compte plus de 700 éta­blis­se­ments cer­ti­fiés. Hô­tels, cam­pings, vil­lages va­cances, gîtes, chambres d’hôte… : le club des cer­ti­fiés est très hé­té­ro­clite.

Green In­no­va­tion. Comment un éta­blis­se­ment se fait-il la­bel­li­ser ?

Laure Gar­cia. En France, le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment a confié la dé­li­vrance de l’Éco­la­bel eu­ro­péen à AFNOR Cer­ti­fi­ca­tion. Pour pré­tendre au la­bel, l’éta­blis­se­ment vo­lon­taire doit mettre en place la dé­marche et trans­mettre à AFNOR Cer­ti­fi­ca­tion sa de­mande. Son dos­sier se­ra ana­ly­sé et un au­dit lui se­ra pro­po­sé afin de va­li­der, sur place, la bonne mise en oeuvre des cri­tères. Tous les cri­tères obli­ga­toires doivent être res­pec­tés et le nombre de cri­tères op­tion­nels re­quis at­teint. Pen­dant cette phase, l’éta­blis­se­ment peut être ame­né à ap­por­ter des élé­ments de preuve com­plé­men­taires pour va­li­der son en­ga­ge­ment. Si tous les élé­ments sont res­pec­tés, l’éta­blis­se­ment re­çoit son cer­ti­fi­cat et peut uti­li­ser le lo­go Éco­la­bel eu­ro­péen. Pour main­te­nir sa cer­ti­fi­ca­tion, des au­dits de sui­vi sont or­ga­ni­sés tous les deux ans, ce qui per­met de va­li­der la confor­mi­té des cri­tères dans le temps.

Green In­no­va­tion. Quels sont les prin­ci­paux cri­tères ?

Laure Gar­cia. Les cri­tères de l’Éco­la­bel eu­ro­péen pour le tou­risme sont vé­ri­fiés tout au long du dé­rou­le­ment de la pres­ta­tion de ser­vice : • li­mi­ter la con­som­ma­tion d’éner­gie, en in­ves­tis­sant dans des am­poules éco­no­miques, en ins­tal­lant des sys­tèmes d’ar­rêt au­to­ma­tique du chauf­fage et de la lu­mière… ; • li­mi­ter la con­som­ma­tion d’eau, en ré­dui­sant le dé­bit des ro­bi­nets, en «tra­quant» les fuites d’eau… ; • ré­duire la pro­duc­tion de dé­chets et li­mi­ter le gas­pillage, no­tam­ment ali­men­taire ; • avoir une po­li­tique d’achat du­rable en li­mi­tant les ré­fé­rences pour un même pro­duit et en uti­li­sant ceux conte­nant le moins de subs­tances dan­ge­reuses pour la san­té et pour l’en­vi­ron­ne­ment. Les pro­duits de net­toyage por­teurs de l’Éco­la­bel eu­ro­péen sont per­for­mants et né­ces­sitent moins d’eau et moins d’éner­gie au quo­ti­dien ; • sen­si­bi­li­ser le per­son­nel de l’éta­blis­se­ment et les clients aux gestes simples pour un meilleur res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment. Cette dé­marche est un ou­til de ma­na­ge­ment. Elle per­met de mieux suivre et maî­tri­ser ses consom­ma­tions d’eau, d’éner­gies et ain­si de mieux pi­lo­ter ses pres­ta­tions. Les éta­blis­se­ments voient leurs fac­tures d’eau et d’élec­tri­ci­té di­mi­nuer de fa­çon no­table. C’est aus­si une dé­marche qui fé­dère les équipes de l’éta­blis­se­ment au­tour d’un pro­jet com­mun et concret.

Green In­no­va­tion. Pou­vez-vous nous pré­sen­ter des exemples de bonnes pra­tiques ?

Laure Gar­cia. Beau­coup de bonnes pra­tiques sont mises en place dans les éta­blis­se­ments. Les plus ré­centes sont : • uti­li­ser des vé­hi­cules élec­triques pour les dé­pla­ce­ments quo­ti-

di­ens. Cer­tains hé­ber­ge­ments pro­posent éga­le­ment le vé­hi­cule à la lo­ca­tion. Ce­la per­met de ré­duire les dé­pla­ce­ments loin­tains et de col­la­bo­rer avec les ac­teurs lo­caux ; • rac­cor­der les sa­ni­taires et les lave-linge sur un ré­seau de ré­cu­pé­ra­tion d’eau de pluie ; • uti­li­ser des gants en mi­cro­fibres, di­mi­nuant ain­si l’uti­li­sa­tion de pro­duits dé­ter­gents ; • ins­tal­ler un dé­chlo­ra­mi­na­teur de pis­cine, ce qui per­met une im­por­tante di­mi­nu­tion de la con­som­ma­tion de chlore ; • sen­si­bi­li­ser ses sous-trai­tants à l’Éco­la­bel eu­ro­péen pour avoir une dé­marche co­hé­rente ; • par­rai­ner des as­so­cia­tions pour la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.

Green In­no­va­tion. Comment évo­luent les cri­tères de cer­ti­fi­ca­tion ?

Laure Gar­cia. Les cri­tères de l’Éco­la­bel eu­ro­péen évo­luent dans le temps pour s’adap­ter aux at­tentes des ac­teurs et aux évo­lu­tions des mar­chés. C’est aus­si une ma­nière de faire écho aux pra­tiques des consom­ma­teurs, de plus en plus ac­teurs sur les ques­tions en­vi­ron­ne­men­tales. L’Éco­la­bel eu­ro­péen hé­ber­ge­ment tou­ris­tique vient d’ailleurs d’être ré­vi­sé par les États membres au sein de la Com­mis­sion eu­ro­péenne. Le nou­veau ré­fé­ren­tiel a été vo­té en juin 2016 et sa pu­bli­ca­tion est at­ten­due très pro­chai­ne­ment. Les évo­lu­tions tech­no­lo­giques ont été prises en compte, les at­tentes des consom­ma­teurs et des éta­blis­se­ments ont été dis­cu­tées et in­té­grées dans les cri­tères. Afin de don­ner une di­men­sion dé­ve­lop­pe­ment du­rable, deux nou­veaux cri­tères so­ciaux ont éga­le­ment été ajou­tés. En­fin, nous te­nons à sou­li­gner que l’an­née 2017 se­ra une an­née im­por­tante pour le tou­risme du­rable. L’Éco­la­bel eu­ro­péen, qui fête ses 25 ans, y au­ra toute sa place. 2017 a éga­le­ment été pro­cla­mée An­née in­ter­na­tio­nale du tou­risme du­rable pour le dé­ve­lop­pe­ment par les Na­tions unies : au­tant d’élé­ments de contexte qui per­met­tront aux éta­blis­se­ments la­bel­li­sés de ti­rer leur épingle du jeu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.