Éco­no­mie cir­cu­laire : Cen­tra­le­Su­pé­lec se po­si­tionne en pointe avec son mas­tère spé­cia­li­sé

Res­pon­sable pé­da­go­gique du mas­tère spé­cia­li­sé «Éco­lo­gie in­dus­trielle» et en­sei­gnant-cher­cheur au La­bo­ra­toire gé­nie in­dus­triel de Cen­tra­le­Su­pé­lec

Green Innovation - - Sommaire - En­tre­tien avec FRAN­ÇOIS CLUZEL

Green In­no­va­tion. En 2015 Cen­tra­le­Su­pé­lec a créé le mas­tère spé­cia­li­sé « Éco­lo­gie in­dus­trielle » que vous al­lez re­bap­ti­ser « Éco­no­mie cir­cu­laire et mé­thodes de l’éco­lo­gie in­dus­trielle ». À quels en­jeux ré­pond-il et à qui s’adresse-t-il ?

Fran­çois Cluzel. Ce mas­tère spé­cia­li­sé s’adresse à des pro­fes­sion­nels en poste ou en re­con­ver­sion, c’est-à-dire des pro­fils bac + 5 (pas uni­que­ment in­gé­nieurs) avec ex­pé­rience qui sou­haitent pla­cer les ques­tions en­vi­ron­ne­men­tales au coeur du sys­tème in­dus­triel, comme une op­por­tu­ni­té d’in­no­va­tion, de com­pé­ti­ti­vi­té (des en­tre­prises et des ter­ri­toires) et de dif­fé­ren­cia­tion. L’éco­no­mie cir­cu­laire et l’éco­lo­gie in­dus­trielle sont deux no­tions com­plé­men­taires, où l’éco­lo­gie in­dus­trielle est vue comme le champ scien­ti­fique per­met­tant de mettre en oeuvre l’éco­no­mie cir­cu­laire via des stra­té­gies comme l’éco­con­cep­tion des pro­duits et ser­vices, l’éco­no­mie de la fonc­tion­na­li­té, les sy­ner­gies in­dus­trielles, etc. L’ob­jec­tif est bien de li­mi­ter les im­pacts des ac­ti­vi­tés hu­maines sur l’en­vi­ron­ne­ment, par exemple en mu­tua­li­sant les flux de ma­tières, d’eau et d’éner­gie dans une ap­proche de mé­ta­bo­lisme in­té­gré. Green In­no­va­tion. Quel est le pro­gramme de ce mas­tère et sur quels in­ter­ve­nants vous ap­puyez-vous ? Fran­çois Cluzel. Le mas­tère spé­cia­li­sé compte 65 jours – bien­tôt 60 – de for­ma­tion pré­sen­tielle ré­par­tis sur 13 mois (cinq jours consé­cu­tifs par mois). À ce­la s’ajoutent des pro­jets en groupe et une mis­sion en en­tre­prise d’au moins quatre mois qui donne lieu à la ré­dac­tion et à la sou­te­nance d’une thèse pro­fes­sion­nelle. Le pro­gramme forme les étu­diants aux ou­tils de ma­na­ge­ment en­vi­ron­ne­men­tal (ana­lyse de cycle de vie, ma­te­rial flow

ana­ly­sis, em­preinte eau et em­preinte car­bone, éco­con­cep­tion…), à l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique, mais éga­le­ment à la ges­tion de pro­jet mul­ti-ac­teurs, au droit, à l’éco­no­mie ou à l’in­no­va­tion. Dif­fé­rents sec­teurs in­dus­triels sont illus­trés tout au long du cur­sus (ur­ba­nismes, ges­tion des dé­chets, agroalimentaire, in­dus­trie lourde…). Les in­ter­ve­nants sont is­sus de la re­cherche et de l’in­dus­trie (à hau­teur de 40 %), ce qui est une de nos forces. Nous avons ac­cueilli de grands noms du do­maine comme Brice La­londe, Su­ren Erk­man ou Jean-Marc Jan­co­vi­ci pour ne ci­ter qu’eux. Green In­no­va­tion. Quels liens en­tre­te­nez-vous avec les en­tre­prises et in­dus­tries du sec­teur ?

Fran­çois Cluzel. Les liens avec les en­tre­prises sont ex­trê­me­ment forts et s’ar­ti­culent au­tour de plu­sieurs mo­da­li­tés. Tout d’abord, 40 % des in­ter­ve­nants sont is­sus de l’in­dus­trie, d’ins­ti­tu­tions ou as­so­cia­tions, ou de cabinets de conseil, et viennent par­ta­ger leurs ou­tils et mé­thodes, mais éga­le­ment leur ex­pé­rience du ter­rain. En­suite, les étu­diants réa­lisent du­rant l’an­née trois «pro­jets fil rouge» en groupe, avec un par­te­naire in­dus­triel, sur un cas réel et por­teur de va­leur pour l’en­tre­prise. Les étu­diants réa­lisent par ailleurs une mis­sion en­tre­prise. No­tons éga­le­ment d’un étu­diant a créé sa so­cié­té de conseil en éco­no­mie cir­cu­laire, SEEDd­con­sul­ting. En­fin, de nom­breuses vi­sites de sites in­dus­triels sont or­ga­ni­sées tout au long de l’an­née. Nous cher­chons à pla­cer les en­tre­prises, tous sec­teurs confon­dus, vé­ri­ta­ble­ment au coeur du mas­tère spé­cia­li­sé, puisque l’in­dus­trie est la rai­son d’être de l’éco­no­mie cir­cu­laire et de l’éco­lo­gie in­dus­trielle.

Green In­no­va­tion. Une pre­mière pro­mo­tion est sor­tie cette an­née. Quel bi­lan en ti­rez-vous ?

Fran­çois Cluzel. La pre­mière pro­mo­tion de dix étu­diants vient d’ache­ver son cur­sus. Nous sommes vrai­ment sa­tis­faits de ce pre­mier bi­lan et nous avons bien sûr de nom­breuses idées, étu­diées en concer­ta­tion avec cette pro­mo­tion, pour faire en­core mieux et pous­ser plus loin l’éco­no­mie cir­cu­laire et l’éco­lo­gie in­dus­trielle. Le re­tour d’ex­pé­rience est en­core «à chaud», mais l’en­semble des étu­diants a trou­vé un em­ploi ou est au contact de pistes sé­rieuses et co­hé­rentes avec le mas­tère. Bref, nous sommes im­pa­tients d’ac­cueillir la pro­chaine pro­mo­tion en oc­tobre 2017!

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.