UN GRAND TER­RI­TOIRE HY­DRO­GÈNE !

Le dé­ploie­ment de la fi­lière hy­dro­gène fi­gure par­mi les orien­ta­tions stra­té­giques de la ré­gion Bour­gogne-Franche-Com­té. Pour cette ré­gion pion­nière, il s’agit de dé­ve­lop­per une éco­no­mie concrète au­tour de l’hy­dro­gène, un vec­teur d’éner­gie verte pré­sen­té c

Green Innovation - - Green | Énergies Durables | Hydrogène - B. B.

«L ’eau, dé­com­po­sée en ses élé­ments par l’élec­tri­ci­té […] se­ra un jour em­ployée comme com­bus­tible. L’hy­dro­gène et l’oxy­gène qui la consti­tuent, uti­li­sés iso­lé­ment ou si­mul­ta­né­ment, four­ni­ront une source de cha­leur et de lu­mière in­épui­sable. » Lors­qu’il an­ti­cipe cette tech­no­lo­gie dans L’Île mys­té­rieuse en 1874, Jules Verne ima­gine dé­jà une par­tie du for­mi­dable po­ten­tiel de l’hy­dro­gène (ou plus pré­ci­sé­ment du di­hy­dro­gène). L’écri­vain et vi­sion­naire de gé­nie ne sait pas en­core que, 120 ans plus tard, la fé­dé­ra­tion de re­cherche FCLAB lui don­ne­ra rai­son en étant pion­nière dans le do­maine de la R&D sur les su­jets des sys­tèmes de piles à com­bus­tible et de l’hy­dro­gène-éner­gie. Il ignore aus­si que le pe­tit construc­teur franc-com­tois FAM met­tra au point la F-Ci­ty H2, pre­mier vé­hi­cule à hy­dro­gène ho­mo­lo­gué en France !

Avec un tel ADN, on ne s’étonne pas que la pre­mière ré­gion in­dus­trielle fran­çaise pos­sède un ré­ser­voir d’ac­teurs, d’ini­tia­tives et de so­lu­tions pour re­le­ver les dé­fis de la tran­si­tion éner­gé­tique. « Le tis­su in­dus­triel ré­gio­nal (dont les deux start-up H2Sys et Jus­ty), est ac­com­pa­gné par la ré­gion Bour­gogne-Franche-Com­té et des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales ex­pé­ri­men­ta­trices, les la­bo­ra­toires de re­cherche, le pôle Vé­hi­cule du fu­tur, les clus­ters Wind For Fu­ture et Me­ca­team, l’uni­ver­si­té de tech­no­lo­gie de Bel­fort-Mont­bé­liard (UTBM), l’uni­ver­si­té de Bour­gogne-Franche-Com­té (UBFC), l’AprISTHY* et l’Agence éco­no­mique ré­gio­nale de Bour­go­gneF­ranche-Com­té, entre autres, qui forment un éco­sys­tème plu­riel et ro­buste » pré­cise Marie-Guite Du­fay, pré­si­dente de la ré­gion Bour­gogne-Franche-Com­té. His­to­ri­que­ment ba­sé à Bel­fort, le dé­ve­lop­pe­ment des ex­pé­ri­men­ta­tions liées à l’éner­gie hy­dro­gène a ga­gné l’en­semble de la ré­gion : Auxerre, Dole, Mont­bé­liard, Saint-Flo­ren­tin. Les vo­lon­tés in­dus­trielles, ins­ti­tu­tion­nelles et ter­ri­to­riales visent à dé­mon­trer l’ef­fi­ca­ci­té et la per­ti­nence d’une fi­lière ba­sée sur l’éco­no­mie de l’hy­dro­gène. À Bel­fort, le pro­jet HYBAN va mettre à la dis­po­si­tion de la fi­lière na­tio­nale un banc de tests pour les piles à com­bus­tible de grande puis­sance (stacks 120 kWe) au pre­mier se­mestre 2019. C’est un ou­til unique et in­dis­pen­sable pour la mise sur le mar­ché de vé­hi­cules «full fuel cell po­wer» qui va com­plé­ter les équi­pe­ments de la plate-forme de test et d’in­té­gra­tion des sys­tèmes piles à com­bus­tible de l’UTBM. Mi­chel Ro­mand, char­gé de mis­sion fi­lière hy­dro­gène de Bour­gogne-Franche-Com­té pour le compte du pôle Vé­hi­cule du fu­tur, pré­cise que des contacts sont dé­jà en­ga­gés avec plu­sieurs construc­teurs de piles qui sou­haitent y réa­li­ser des tests de va­li­da­tion en fin de chaîne en vue d’une pro­duc­tion en sé­rie.

Le Grand Dole tra­vaille sur la créa­tion de l’Ins­ti­tut na­tio­nal de sto­ckage d’hy­dro­gène (ISTHY). Cet ins­ti­tut, spé­cia­li­sé dans le sto­ckage et no­tam­ment les ré­ser­voirs, se­ra com­plé­men­taire de la plate-forme Pile à com­bus­tible de Bel­fort. Il a pour ob­jec­tif de de­ve­nir le centre fran­çais d’ho­mo­lo­ga­tion et de re­qua­li­fi­ca­tion des sys­tèmes de sto­ckage, mais aus­si un centre de for­ma­tion et de R&D per­met­tant d’an­ti­ci­per les évo­lu­tions tech­no­lo­giques. HYBAN et ISTHY sont deux équi­pe­ments struc­tu­rants pour la fi­lière na­tio­nale qui font par­tie des sept pro­jets re­te­nus dans le cadre d’ENRgHy, feuille de route de la Bour­gogne-Franche-Com­té, la­bel­li­sée «Ter­ri­toire Hy­dro­gène» en 2016 à la suite de l’ap­pel à pro­jets lan­cé par le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment, de l’Éner­gie et de la Mer. Comme l’ex­plique Fré­dé­rique Co­las, vice-pré­si­dente du conseil ré­gio­nal de Bour­gogne-Franche-Com­té char­gée de la tran­si­tion éco­lo­gique et de l’en­vi­ron­ne­ment, ENRgHy com­porte au­jourd’hui sept pro­jets dis­tincts qui couvrent trois ter­ri­toires pi­lotes : l’ag­glo­mé­ra­tion du Grand Dole, l’aire ur­baine Bel­fort-Mont­bé­liard et l’Yonne, avec Auxerre et Saint-Flo­ren­tin. « Sur les sept pro­jets iden­ti­fiés en ré­gion au mo­ment de l’ap­pel à pro­jets, seuls les plus ma­tures ont été pro­po­sés à la la­bel­li­sa­tion en met­tant par­ti­cu­liè­re­ment l’ac­cent sur des dé­mons­tra­teurs. Ils sont au­jourd’hui en cours de fi­nan­ce­ment, et consti­tuent un éco­sys­tème riche et di­ver­si­fié au­tour de la pro­duc­tion, du sto­ckage et des usages, comme le vou­lait le ca­hier des charges. » Le dé­ploie­ment de la fi­lière hy­dro­gène fi­gure par­mi les orien­ta­tions stra­té­giques de la ré­gion, qui s’en­gage ré­so­lu­ment à faire émer­ger la fi­lière hy­dro­gène sur son ter­ri­toire avec l’am­bi­tion de créer des connais­sances, de la va­leur éco­no­mique et des em­plois, par­ti­ci­pant ain­si à la tran­si­tion vers une so­cié­té dé­car­bo­née qui va­lo­rise ses res­sources.

EOLBUS : un pro­jet pi­lote cou­plant éo­lien et trans­port aux portes d’Auxerre, le long de l’au­to­route A6 Il existe d’autres exemples de pro­jets de pro­duc­tion d’hy­dro­gène à par­tir d’éner­gies re­nou­ve­lables dans la ré­gion, en par­ti­cu­lier ce­lui d’EOLBUS, dont l’ag­glo­mé­ra­tion auxer­roise est pi­lote en liai­son avec le clus­ter Wind For Fu­ture (W4F) spé­cia­li­sé dans l’éo­lien. Ce dé­mons­tra­teur unique en France vise à créer une sta­tion de pro­duc­tion, de sto­ckage et de dis­tri­bu­tion d’hy­dro­gène ali­men­tée par des éo­liennes. Cette der­nière per­met­tra de sub­ve­nir au ré­seau de bus ur­bains et de vé­hi­cules lé­gers de l’ag­glo­mé­ra­tion d’Auxerre. Le pro­jet vise à rem­pla­cer l’en­semble de la flotte de bus ur­bains par des bus hy­dro­gène d’ici à 2023. C’est une vraie ré­vo­lu­tion ! Pour ce faire, le dé­ploie­ment au­ra lieu en deux étapes, avec une pre­mière sé­rie de cinq bus opé­ra­tion­nels dès 2019. EOLBUS illustre bien la per­ti­nence des so­lu­tions de sto­ckage qu’offre l’hy­dro­gène pour des sources élec­triques dites va­riables, en l’oc­cur­rence de la pro­duc­tion d’hy­dro­gène grâce à un parc éo­lien et sa ges­tion via l’uti­li­sa­tion d’un ré­seau élec­trique in­tel­li­gent (smart grid) en fonc­tion de la charge ré­seau. Ici, l’al­go­rithme du smart grid per­met d’op­ti­mi­ser la pro­duc­tion d’hy­dro­gène en fonc­tion de dif­fé­rents cri­tères pour en abais­ser le coût, en le sto­ckant par exemple quand le coût de l’élec­tri­ci­té est nul ou né­ga­tif.

HYCAUNAIS

Ce pro­jet, im­plan­té à Saint-Flo­ren­tin (89), vé­ri­table dé­marche d’éco­no­mie cir­cu­laire « waste to ener­gy », pro­pose de va­lo­ri­ser le CO2 co­pro­duit sur le site d’en­fouis­se­ment de déchets mé­na­gers de Saint-Flo­ren­tin en uti­li­sant le pro­cé­dé de la mé­tha­na­tion. L’hy­dro­gène né­ces­saire à ce pro­cé­dé est lui-même is­su de la pro­duc­tion éo­lienne. L’ob­jec­tif est de prendre part à la tran­si­tion éner­gé­tique en dé­mon­trant toutes les pos­si­bi­li­tés de ré­pli­ca­tion pour :

• le sto­ckage d’éner­gie à grande échelle dans le ré­seau de gaz par le dé­ve­lop­pe­ment des ENR in­ter­mit­tentes ;

• la ges­tion et l’op­ti­mi­sa­tion, grâce à l’uti­li­sa­tion des smart grids ;

• la sup­pres­sion de CO2 avant émis­sion dans l’at­mo­sphère.

VHycTor : des sta­tions hy­dro­gène « low-cost » et avec peu d’en­tre­tien

Sur le ter­ri­toire du Grand Dole, le pro­jet VHycTor a pour ob­jec­tif de ra­vi­tailler une flotte de vé­hi­cules grâce à des sta­tions sa­tel­lites ali­men­tées par une pe­tite par­tie de l’hy­dro­gène co­pro­duit par élec­tro­lyse (10 000 t/ an), sur le site in­dus­triel Ino­vyn, une fi­liale d’Ineos. « L’hy­dro­gène se­ra pu­ri­fié et com­pres­sé à 525 bars avant d’être trans­por­té dans un rayon de quelques di­zaines de ki­lo­mètres, ex­plique Mi­chel Ro­mand. L’innovation ré­side dans l’uti­li­sa­tion de re­morques porte-ré­ser­voirs qui se connec­te­ront di­rec­te­ment aux sta­tions. Ces der­nières ne né­ces­si­te­ront plus de com­pres­seur ni d’élec­tro­ly­seur in­terne. Il se­ra ain­si pos­sible de don­ner nais­sance à des sta­tions “low-cost” et à faible coût d’ex­ploi­ta­tion qui fa­vo­ri­se­ront l’éco­no­mie cir­cu­laire, avec à la clé une forte ré­duc­tion du prix de l’hy­dro­gène dis­tri­bué aux clients. » Sur une du­rée de deux ans pour la construc­tion et d’un an d’ex­pé­ri­men­ta­tion, le dé­mons­tra­teur VHycTor veut prou­ver la vrai­sem­blance de la ré­duc­tion dras­tique du coût dis­tri­bué en sta­tion par l’uti­li­sa­tion d’une source mas­sive d’hy­dro­gène, d’un trans­port sous haute pres­sion et d’une dis­tri­bu­tion via des sta­tions sim­pli­fiées.

CONCLU­SION

Au­jourd’hui, la dy­na­mique hy­dro­gène en Bour­gogne-Franche-Com­té est bel et bien lan­cée, tou­jours plus ac­tive, am­bi­tieuse et vo­lon­taire pour faire de l’hy­dro­gène une éner­gie phare du mix éner­gé­tique et de la mo­bi­li­té dé­car­bo­née. Une vé­ri­table chance de re­le­ver le dé­fi cli­ma­tique du XXIe siècle !

(*) As­so­cia­tion de pré­fi­gu­ra­tion de l’ins­ti­tut de sto­ckage hy­dro­gène.

Vé­hi­cule dé­ve­lop­pé en Bour­gogne-Franche-Com­té, le pro­jet eu­ro­péen Mo­byPost a per­mis de li­vrer le cour­rier à deux ag­glo­mé­ra­tions pen­dant trois ans. Au vo­lant, Fré­dé­rique Co­las, vice-pré­si­dente du conseil ré­gio­nal de Bour­gogne-Franche-Com­té, char­gée de la tran­si­tion éco­lo­gique et de l’en­vi­ron­ne­ment.

Le FC LAB de Bel­fort a dou­blé sa ca­pa­ci­té d’ac­cueil pour les tests en condi­tions ex­trêmes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.