> LE MAU­VAIS NOEUD

Grimper - - MANIP / SÉCURITÉ -

Un grand clas­sique de la méga gaufre la­bel­li­sé ex­trê­me­ment con et dan­ge­reux. D’autres va­riantes existent, comme l’en­cor­de­ment sur une cuisse, sur le porte-ma­té­riel, sur la fi­celle du sac à ma­gné­sie (si, si !)… La corde passe deux fois dans les pas­sants avant de faire le noeud. In­at­ten­tion ou zèle ? À évi­ter ab­so­lu­ment en tout cas. Le noeud n’est pas fi­ni. Quoi qu’il ar­rive, fi­nis­sez en­tiè­re­ment votre noeud avant de pas­ser à autre chose. Il ar­rive sou­vent de se rendre compte en par­tant dans la voie que son noeud n’est pas fi­ni. Que ce­la vous serve de pi­qûre de rap­pel… En de­hors de la mou­li­nette, où cette pra­tique est to­lé­rée, évi­tez à tout prix l’en­cor­de­ment sur un mous­que­ton, même à vis. En ef­fet, un mous­que­ton pla­cé en tra­vers re­tient ra­re­ment plus de 800 kg, ce qui risque d’être in­suf­fi­sant en cas de choc. Une pra­tique à ou­blier donc. Moins dan­ge­reux que les si­tua­tions pré­cé­dentes, mais à évi­ter sous peine d’être re­te­nu par les cuisses (re­tour­ne­ment) ou la cein­ture (broyage de côtes en règle), l’en­cor­de­ment sur un seul pontet est ty­pique chez le grim­peur dé­bu­tant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.