ANAK VERHOEVEN

CHERCHE PRO­JET SÉ­RIEUX POUR GROS POTENTIEL

Grimper - - IN VIVO -

Dé­but sep­tembre, entre deux com­pé­ti­tions, la cham­pionne d’Eu­rope en titre a trou­vé un peu de temps et un cré­neau mé­téo pour faire un al­ler­re­tour ex­press en fa­laise à Pier­rot Beach, dans le Ver­cors. Ré­sul­tat : un 9a, “Sang neuf“, sui­vi d’un 9a+, “Sweet neuf“, qui fait d’elle la deuxième grim­peuse au monde dans ce ni­veau de dif­fi­cul­té. Il y a fort à pa­rier qu’elle ne va pas s’ar­rê­ter là. La jeune cham­pionne Belge nous dit pour­quoi.

Comment fait-on pour se poin­ter au pied de la fa­laise de Pier­rot Beach, à Presles, et en­chaî­ner un 9a et un 9a+ en quelques jours ? J’avais tra­vaillé “Sang neuf“trois jours l’an der­nier, et en­suite la mé­téo n’était plus bonne. Comme ma mère avait pris une vi­déo, ça m’a per­mis de me re­mé­mo­rer les mou­ve­ments avant de re­ve­nir. Du coup, quand Sé­bas­tien Richard, un ami, m’a dit que les condi­tions étaient su­per dans le Ver­cors, je suis ve­nue. C’était jouable mal­gré le peu de temps que j’avais, parce que je connais­sais les mouv. Et en plus, ça me per­met­tait d’ex­ploi­ter ma grande forme après la coupe du monde d’Ar­co. Je sen­tais que j’étais ca­pable, mais comme je n’avais qu’un jour, c’était su­per stres­sant. C’est frus­trant de re­par­tir sans avoir réus­si, et quand on n’a pas beau­coup de temps, il y a tou­jours plus de chances que ça se passe comme ça ! Donc quand j’ai réus­si au pre­mier es­sai de cette journée-là, j’étais dou­ble­ment contente ! Et puis je suis aus­si re­con­nais­sante pour le sou­tien et l’aide que j’ai re­çus, no­tam­ment de mon père qui m’as­su­rait, parce qu’il en faut, pour réa­li­ser des perf comme ça.

Est-ce que tu es une com­pé­ti­trice qui fait de la fa­laise de temps en temps, ou une fa­lai­siste avant tout ? J’ai com­men­cé à grim­per en fa­laise à quatre ans, donc ça fait très long­temps, mais je n’y al­lais que pen­dant les va­cances. Quand on vit en Bel­gique, au «plat pays» comme on dit, on ne peut pas al­ler grim­per en fa­laise tous les week-ends ! Du coup, as­sez na­tu­rel­le­ment, les jeunes s’orientent vers la com­pé­ti­tion. Ça a été mon cas. En ce mo­ment, je donne prio­ri­té à la com­pé­ti­tion, mais dès que j’ai le temps, je vais en fa­laise. J’aime vrai­ment ça, mais quand on dé­cide de faire toute la sai­son de coupe du monde, il faut s’en­traî­ner en salle, chez soi, entre chaque com­pète… Plus tard, quand je se­rai moins dans le cir­cuit, c’est sûr que je fe­rai plus de fa­laise. Et comme ça, je se­rai peut-être re­con­nue da­van­tage comme fa­lai­siste, parce que j’ai quand même dé­jà fait des perf en fa­laise…

C’est le moins que l’on puisse dire, avec dé­jà une si jo­lie pe­tite col­lec­tion de 8c+/9a, et main­te­nant 9a+ ! Ap­pa­rem­ment tu as en­core de la marge. Jus­qu’où tu vas al­ler comme ça ? Je sens que je peux al­ler plus loin. Je vois bien ce que j’ar­rive à don­ner pen­dant mes en­traî­ne­ments, à quel point je peux me dé­pas­ser, et être to­ta­le­ment dau­bée, par­fois… Jus­qu’ici, je n’ai ja­mais ex­pé­ri­men­té ça en fa­laise, je n’ai pas eu l’oc­ca­sion de re­pous­ser mes li­mites à ce point. En fait, je n’ai ja­mais eu un gros pro­jet, une voie su­per dure où tu tra­vailles des se­maines, tu rentres chez toi, tu re­viens des mois après pour conti­nuer à tra­vailler… ça, je ne l’ai pas en­core fait. Je cherche.

Sé­bas­tien Richard était à Pier­rot Beach pour sug­gé­rer à Anak Verhoeven de ten­ter “Sweet neuf“, et pour im­mor­ta­li­ser ce f irst ascent his­to­rique d’un 9a+ fé­mi­nin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.