Il y a huit cents ans dis­pa­rais­sait In­no­cent III

Historia - - Mémento - AN­NI­VER­SAIRE

Ha­bile, opi­niâtre, am­bi­tieux. À maints égards, il est consi­dé­ré comme le pape le plus brillant du Moyen Âge, si ce n’est de l’his­toire. Et ce n’est pas un ha­sard si l’oc­ci­dent chré­tien connut son ac­mé à l’is­sue de son pon­ti­fi­cat, au siècle de Saint Louis. Rien ne pré­des­ti­nait Lo­ta­rio di Se­gni au trône de Saint-pierre. Ayant étu­dié la théo­lo­gie à Rome, à Pa­ris et à Bo­logne, ce car­di­nal-diacre n’a ja­mais re­çu le sa­cer­doce et n’est donc pas prêtre. Il est pour­tant élu le 8 jan­vier 1198, à seule­ment 37 ans, par un conclave qui voit en lui l’homme de la si­tua­tion. Ébran­lée par la longue que­relle des In­ves­ti­tures, la pa­pau­té fait face à l’af­fer­mis­se­ment des na­tions. Ap­pe­lant la « Ré­pu­blique chré­tienne et uni­ver­selle » de ses voeux, le nou­veau pon­tife im­pose l’ordre ins­ti­tu­tion­nel, su­bor­don­nant le pou­voir ( po­tes­tas ) à l’au­to­ri­té ( auc­to­ri­tas ). « De même que la Lune re­çoit sa lu­mière du So­leil, de même la di­gni­té royale n’est qu’un re­flet de la di­gni­té pon­ti­fi­cale », ar­guet- il. Et quels astres fait- il pâ­lir ! Il jette l’in­ter­dit sur le royaume de Phi­lippe Au­guste (1200), ex­com­mu­nie l’em­pe­reur Othon IV ( 1210), et ob­tient la sou­mis­sion de Jean sans Terre (1213). Le triomphe d’une vo­lon­té de fer, qui achop­pe­ra ce­pen­dant sur la dé­sas­treuse qua­trième croi­sade. VINCENT MOTTEZ

THÉOCRATIE. Le pape ita­lien en­ten­dait im­po­ser son au­to­ri­té aux sou­ve­rains.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.