LES PRINCES FLAM­BOYANTS

Historia - - Dossier - PAR LAURENT VIS­SIÈRE

Bien pâle est la cour de France au XVE siècle, alors que par­tout dans les pro­vinces flam­boient des princes exu­bé­rants. Aus­si bien en Bre­tagne, en Pro­vence, en Au­vergne qu’en Bour­gogne ou en Flandre, châ­teaux et églises sortent de terre pour abri­ter les fastes de ces cours prin­cières. Pour­tant, pen­dant deux siècles, la cour ca­pé­tienne a rayon­né sur l’eu­rope oc­ci­den­tale. C’était à Pa­ris que se fai­saient les modes : le Louvre, la Sain­teC­ha­pelle, Notre-dame et l’ab­baye de Saint-de­nis don­naient des mo­dèles. Mais la belle construc­tion à la fois po­li­tique et idéo­lo­gique se voit ébran­lée au mi­lieu du XIVE siècle avec les pre­miers dé­sastres de la guerre de Cent Ans. Après l’écra­sante dé­faite de Poi­tiers, le roi Jean se voit contraint de cé­der un tiers de son royaume aux An­glais ; et, comme si ce­la ne suf­fi­sait pas, il confie à ses fils plu­sieurs pro­vinces : Louis re­çoit le Maine et l’an­jou, Jean, le Ber­ry et l’au­vergne, et Phi­lippe, la Bour­gogne. Il s’agit d’apa­nages, c’est-àdire de ter­ri­toires qui sont ad­mi­nis­trés au nom de la Cou­ronne et lui fe­ront re­tour en cas d’ab­sence d’hé­ri­tier mâle. L’idée n’est pas mau­vaise en soi : ces princes, in­tel­li­gents et bien for­més, contri­bue­ront au re­dres­se­ment du royaume sous Charles V. Mais le sys­tème se grippe en­suite car, à par­tir de 1392, la dé­mence de Charles VI (13801422) frappe le royaume. Comme le roi est sa­cré, im­pos­sible de le dé­po­ser : le royaume se­ra donc dé­sor­mais gou­ver­né par un fou…

Amour, gloire et ri­va­li­tés

À la cour, les ri­va­li­tés dé­bouchent sur l’im­pi­toyable guerre ci­vile des Ar­ma­gnacs et des Bour­gui­gnons. Le roi d’an­gle­terre Hen­ri V en pro­fite pour en­tre­prendre, à par­tir de 1415, la conquête de la France en­tière. Son al­liance avec le nou­veau duc de Bour­gogne, Phi­lippe le Bon, lui per­met de né­go­cier le trai­té de Troyes, d’épou­ser une fille de Charles VI et de re­ven­di­quer la ré­gence du royaume. Pen­dant trente ans, Charles VII (1422-1461), le fils déshé­ri­té et ré­fu­gié à Bourges, de­vra ba­tailler pour re­con­qué­rir son hé­ri­tage. Ce n’est qu’après un siècle de crises, dans les an­nées 1500, que la mo­nar­chie fran­çaise re­trouve en­fin son lustre pas­sé.

Pro­fi­tant de cette dé­li­ques­cence du pou­voir royal, les princes fran­çais ren­forcent leur em­prise sur les ter­ri­toires qu’ils contrôlent. Ils y dé­ve­loppent une vé­ri­table ad­mi­nis­tra­tion, mais leur au­to­no­mie de­meure re­la­tive, dans la me­sure où la ma­jeure par­tie de leurs re­ve­nus conti­nue à pro­ve­nir des pen­sions royales. Le contrôle des fi­nances de la mo­nar­chie est d’ailleurs l’une des causes pre­mières de la guerre entre les ducs d’or­léans et de Bour­gogne. Dans un contexte de ri­va­li­tés exa­cer­bées, les princes uti­lisent cet ar­gent pour me­ner une po­li­tique os­ten­ta­toire, des­ti­née à en­ra­ci­ner lo­ca­le­ment leur pou­voir. Dans les villes qui leur servent de ca­pi­tales, ils marquent leur pré­sence par des églises et des pa­lais somp­tueux, comme à Di­jon ou à Nantes. Ils éta­blissent aus­si leur sé­pul­ture dans des sanc­tuaires, comme la char­treuse de Champ­mol pour les ducs de Bour­gogne. Mais s’ils pensent à la mort, les princes n’en vivent pas moins in­ten­sé­ment. Ils cir­culent sur leurs terres, es­cor­tés d’une cour cha­mar­rée, où se pressent che­va­liers, ar­tistes et poètes. C’est à ce XVE siècle, à la fois si sombre et si brillant, que nous vous convions. u

Au XVE siècle, Pa­ris n’est plus que l’une des ca­pi­tales de la France : les sei­gneurs ca­pé­tiens, im­plan­tés dans les grands apa­nages du royaume, vivent dans la dé­me­sure et font de leur cour des foyers ar­tis­tiques in­com­pa­rables qui nous éblouissent en­core.

BLING- BLING Du­rant le XVE siècle, la fai­blesse du pou­voir royal en­cou­rage les princes à ex­hi­ber leurs ri­chesses pour mieux as­seoir leur au­to­ri­té…

• Les Très Riches Heures (mois de mai), en­lu­mi­nées par les frères de Lim­bourg (1413-1416) pour Jean de Ber­ry. Au fond, la tour du Châ­te­let, la Sain­teC­ha­pelle et le pa­lais de la Con­cier­ge­rie à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.