“[LE PRO­PHÈTE] A FAIT PRÉ­VA­LOIR L’IN­TÉ­RÊT DE L’ÉTAT SUR L’EXER­CICE DU CULTE”

Historia - - Événement Exclusif -

Pierre noire (Kaa­ba) et la la­pi­da­tion de Sa­tan. Umar ibn al-khat­tab [com­pa­gnon du Pro­phète et deuxième ca­life] sa­vait que la Pierre noire était inerte, sans pou­voir, ni bé­né­fique ni ma­lé­fique, mais il l’em­bras­sait parce qu’il a vu le Pro­phète le faire, di­sait-il. Lé­nine a dit dans ce sens que l’homme ne peut trans­for­mer une chose fa­ci­le­ment à moins qu’il n’en­dure des épreuves pé­nibles. Les chei­khs de l’is­lam se gardent d’évo­quer le com­por­te­ment édi­fiant du Pro­phète dans cer­taines cir­cons­tances. Entre autres, lors de la marche sur La Mecque, il [le Pro­phète] s’était pro­non­cé contre le jeûne de Ra­ma­dan ‘afin que nous soyons forts face à l’en­ne­mi’, leur at-il dit. Et il avait payé d’exemple en se désal­té­rant. Il a ain­si fait pré­va­loir l’in­té­rêt de l’état sur l’exer­cice du culte. Voi­là ce que je vou­drais que la ra­dio et la presse rap­pellent. Comme Déi­fi­ca­tion de Mu­ham­mad [Phrase ab­sente du texte arabe mais pré­ser­vée dans la ver­sion fran­çaise.] “Les exé­gètes ont dé­for­mé le sens de la for­mule ‘Que les bé­né­dic­tions et le sa­lut de Dieu soient sur Mu­ham­mad’. À par­tir de cette er­reur d’in­ter­pré­ta­tion, les ca­lifes, no­tam­ment ceux des dy­nas­ties omeyyade et ab­bas­side, se sont crus au­to­ri­sés à s’en­tou­rer d’adu­la­teurs, de cour­ti­sans et à se consti­tuer un ha­rem.” “Des es­prits sclé­ro­sés par un sa­voir sur­an­né et ana­chro­nique” [Frag­ment exis­tant dans l’ori­gi­nal arabe, éla­gué de la ver­sion fran­çaise.] “À par­tir de là, il de­vient clair que les idées nou­velles doivent être in­cul­quées de ma­nière gra­duelle à des es­prits sclé­ro­sés par un sa­voir sur­an­né et ana­chro­nique. Ain­si, si on avait dit aux contem­po­rains du Pro­phète que la mer ac­cueille­rait des

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.