Un Vi­king me­né en ba­teau

Historia - - Dossier Bretagne -

À la mort du roi Alain de Bre­tagne, en 907, les at­taques vi­kings re­prennent avec force. Cette fois, l’en­va­his­seur s’ins­talle à de­meure. Mille ans plus tard, en 1906, sur l’île de Groix, deux ar­chéo­logues mettent au jour les traces d’une sé­pul­ture scan­di­nave. Ex­cep­tion­nelle (une seule autre, moindre, est connue à Pîtres, dans l’eure) au­tant qu’énig­ma­tique, cette dé­cou­verte nour­rit l’ima­gi­naire col­lec­tif : la dé­pouille est celle d’un chef (des frag­ments de fils d’or té­moignent de son im­por­tance), en­tou­ré d’armes et de bi­joux, in­ci­né­ré avec son drak­kar. De quoi sti­mu­ler notre ap­pé­tit pour les mythes an­ciens : dans cette barque de l’au-de­là, tour­née vers l’océan, idée somme toute na­tu­relle pour un peuple de na­vi­ga­teurs, se trou­vait un autre pas­sa­ger, un ado­les­cent. Un fils ? Une jeune épouse sa­cri­fiée ? L’île était-elle plus une sorte de prin­ci­pau­té qu’une base d’opé­ra­tions ? La po­pu­la­tion avait-elle payé un tri­but à ce chef pour avoir la paix ? u

L’EAU ET LE FEU Fu­né­railles au Xe s. d’un chef, pla­cé dans un drak­kar avant son in­ci­né­ra­tion. (Il­lus­tr. de G. Al­ber­ti­ni, XXE s.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.