Des men­hirs fa­çon puzzle

Historia - - Dossier Bretagne -

En 2003, à Belz, dans le Mor­bi­han, non loin des fa­meux ali­gne­ments de Car­nac, un in­cen­die dé­vaste la lande et dé­voile 16 men­hirs par­mi les fou­gères cal­ci­nées – dans un contexte ou rien n’in­di­quait un quel­conque amé­na­ge­ment mé­ga­li­thique. Une dé­cou­verte qui, lors­qu’il est ques­tion d’un lo­tis­se­ment à proxi­mi­té, suf­fit à dé­clen­cher une opé­ra­tion d’ar­chéo­lo­gie pré­ven­tive. En fouillant les 3 000 m2 de sur­face pres­crite, l’équipe de Sté­phan Hin­guant va de sur­prise en sur­prise : à 50 cen­ti­mètres sous terre gisent 60 blocs de gra­nit, de di­verses tailles et dis­po­sés de ma­nière anar­chique, cer­tains sim­ple­ment ren­ver­sés, d’autres dé­bi­tés. Leur ex­cep­tion­nel état de conser­va­tion ré­side dans leur en­fouis­se­ment. Si­lex taillés, cé­ra­miques dif­fé­rentes se­lon la pro­fon­deur des couches de sé­di­ments, tous les in­dices concordent : à la fin du néo­li­thique, vers – 2500, les men­hirs de Belz n’ont pas été abat­tus pour ser­vir de ma­té­riaux de construc­tion mais dé­li­bé­ré­ment en­fouis. Af­fleu­rant en­core au Moyen Âge, c’est à cette époque qu’ils servent de car­rière et sont dé­bi­tés pour éri­ger des murs d’en­ceinte. Reste à sa­voir pour quelle rai­son ils ont été dé­man­te­lés au néo­li­thique, comme l’ont mon­tré les fouilles de 2006. Si la terre a par­lé, la pierre, elle, reste muette. Éri­gés il y a 4 500 ans, ils ont vrai­sem­bla­ble­ment été ren­ver­sés et vo­lon­tai­re­ment dé­truits du­rant le IIIE mil­lé­naire. S’agit-il d’un ri­tuel par­ti­cu­lier, d’un acte ico­no­claste, d’une ven­geance ? Le mys­tère reste en­tier et laisse les ar­chéo­logues per­plexes. u

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.