LA FOR­TE­RESSE CA­CHÉE

Historia - - Dossier Bretagne -

Des salles re­liées par d’étroits cou­loirs, des bancs taillés dans la pierre, des ni­chess pour lampes à huile, un puitss:: c’est un re­fuge mé­dié­val sou-ou­ter­rain par­fai­te­ment amé­na­gé­gé qui a été mis au jour en 2012 à Sublaines. Ex­cep­tion-ep­tion­nel­le­ment conser­vé, cet abri est aus­si l’un des plus an­ciens de ce genre re­trou­vés dans la ré­gion Centre. Mais à quoi pou­vait ser­vir cette cache, accessible d’un bâ­ti­ment au­jourd’hui dis­pa­ru ? L’ar­chéo­logue Sé­ve­rine Chau­driller avance : « En l’ab­sence d’ap­pel d’air dans le sou­ter­rain, les oc­cu­pants des lieux ne pou­vaient y pas­ser que quelques heures. Mais sans doute y sto­ckaient-ils des pro­vi­sions. Ils avaient aus­si ima­gi­né un in­gé­nieux sys­tème de dé­fense, avec des portes blo­quant l’ac­cès, un trou de vi­sée d’où un ar­ba­lé­trier pou­vait ti­rer sur l’es­ca­lier de l’en­trée. C’est donc qu’ils crai­gnaient l’in­tru­sion de pillards. » Un sei­gneur lo­cal a-t-il construit ce re­fuge, con­çu pour cinq ou six per­sonnes, pour pro­té­ger sa famille ? Cette dé­cou­verte éclaire la ri­va­li­té qui op­pose les comtes d’an­jou et ceux de Blois pour la pos­ses­sion de la Tou­raine au Xe siècle, au cours du­quel un im­por­tant maillage d’édi­fices dé­fen­sifs a été mis en place. u

DE­NIS GLIKSMAN/IN­RAP (X3)

CH­TEAU D’EN BAS Dans ce sou­ter­rain-re­fuge, in­té­gra­le­ment conser­vé, avec ses vingt niches des­ti­nées à des lampes à huile et ses bancs taillés dans le cal­caire, un pe­tit puits a été dé­cou­vert, ain­si qu’un pot (en bas à droite), per­met­tant la da­ta­tion (avant le XIE s.) de ce site.

SOUS SOL Un bâ­ti­ment sur po­teaux, ré­si­dence d’un aris­to­crate lo­cal, dis­si­mu­lait, sous un plan­cher, l’en­trée du sou­ter­rain à la vue des as­saillants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.