Un hô­pi­tal mis en bouteille

Historia - - Dossier Normandie -

Ré­qui­si­tion­né dès juillet 1940 par les Al­le­mands, l’hô­pi­tal de Dieppe a vite dû trou­ver d’autres lieux d’ac­cueil. D’abord ins­tal­lé dans une école, il in­ves­tit, à par­tir de 1942, un em­pla­ce­ment, à l’abri des bom­bar­de­ments : les ga­le­ries sou­ter­raines des la­bo­ra­toires La Bio­ma­rine. Le site de l’en­tre­prise phar­ma­ceu­tique – cé­lèbre pour avoir été la pre­mière à mettre l’eau de mer en bouteille – était dé­saf­fec­té de­puis le dé­but de la guerre. Dans ses lo­caux plu­tôt frais (10-12 °C), 1 500 bles­sés ont pu être opé­rés et 21 bé­bés sont nés. L’hô­pi­tal était di­ri­gé par le Dr Pierre Le­sieur, chef d’équipe chi­rur­gi­cale sur la ligne Ma­gi­not, et le Dr Mau­rice Maillard, mé­de­cin des affaires sa­ni­taires de la ville de Dieppe, ai­dés des soeurs au­gus­tines. Les mul­tiples cou­loirs du site, creu­sés dans la craie, abri­taient de nom­breux bancs, où les Diep­pois s’abri­taient lors des bom­bar­de­ments : en 1944, pas moins de 3 300 per­sonnes pou­vaient s’y ré­fu­gier. u

MÉ­MOIRE Les ga­le­ries sou­ter­raines des la­bo­ra­toires La Bio­ma­rine ont ser­vi, du­rant la guerre, de re­fuge aux ma­lades et aux soi­gnants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.