Le boom de l’ar­ti­sa­nat de guerre

Historia - - Dossier Hauts-de-france -

On connaît les douilles d’obus plus ou moins dé­co­rées, les bri­quets, voire les bouillottes de tran­chée. Ces ob­jets ont été réa­li­sés par les sol­dats pen­dant la Grande Guerre, sou­vent pour tuer le temps. Une ré­cente fouille à Ar­ras a fait émer­ger les restes d’un ate­lier, dans le­quel ont tra­vaillé en 1919 des pri­son­niers de guerre al­le­mands. Cette dé­cou­verte per­met de re­cons­ti­tuer la chaîne de pro­duc­tion d’ob­jets réa­li­sés dans un cadre mé­mo­riel – et sans doute com­mer­cial –, à par­tir du ma­té­riel de guerre : douilles en cuivre des obus et acier des ogives. u

POTES Une sé­pul­ture aty­pique – car non ré­gle­men­taire – qui consti­tue un té­moi­gnage sur la ca­ma­ra­de­rie qui unis­sait ces hommes ori­gi­naires du même vil­lage et morts le même mois d’avril 1917.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.