LES ÉTOILES DU SPORT

Historia - - Événement - His­to­ria n° 849 / Sep­tembre 2017

JOHN­NY WEISS­MUL­LER, L’HOMME-POIS­SON De­puis deux ans, le 100 mètres est sa chasse gar­dée. À tout juste 20 ans, le na­geur de Chi­ca­go est le pre­mier à des­cendre sous la mi­nute sur cette dis­tance. Aux Tou­relles, il at­tire la foule à chaque sor­tie. Il gagne le 400 mètres, le 4 x 200 mètres et, donc, le 100 mètres, en amé­lio­rant son re­cord du monde. Ce di­manche 20 juillet, Weiss­mul­ler est la star mon­diale de la na­ta­tion. Et pour­tant, une heure après la fi­nale, il se re­met à l’eau pour ai­der l’équipe de wa­ter-polo qui ba­taille face à la Suède pour la mé­daille de bronze. Avec lui, les États-unis s’im­posent. Son règne com­mence, qui le conduit à de­ve­nir une étoile hol­ly­woo­dienne à sa re­traite, en 1932. Weiss­mul­ler de­vient Tar­zan, l’homme-singe. Pour l’éter­ni­té. u PAA­VO NUR­MI, « LE FIN­LAN­DAIS VOLANT » À 27 ans, le cou­reur de fond est in­vain­cu de­puis trois ans sur toutes les dis­tances où il s’est ali­gné. Il est ins­crit à quatre épreuves. Le 10 juillet, à une heure d’in­ter­valle, il rem­porte le 1 500 et le 5 000 mètres, avec, chaque fois, le re­cord du monde à la clé. Deux jours plus tard, il s’ad­juge le titre du cross-coun­try en in­di­vi­duel et par équipes. Le len­de­main, Nur­mi signe un nou­veau suc­cès dans le 3 000 mètres par équipes. Il de­vient le pre­mier ath­lète à ga­gner cinq mé­dailles d’or dans les mêmes Jeux. Il au­rait pu en dé­cro­cher une sixième, sur 10 000 mètres, si sa dé­lé­ga­tion ne lui avait pas pré­fé­ré Ville Ri­to­la – qui gagne la course. Quelques jours après, en Fin­lande, Nur­mi prend sa re­vanche en amé­lio­rant le re­cord du monde du 10 000 mètres. Le « Fin­lan­dais volant » ne touche plus terre. u

HAROLD ABRAHAMS, LE MAÎTRE DU 100 Le 100 mètres olym­pique de 1924 est his­to­rique. Pour la pre­mière fois, un sprin­ter eu­ro­péen s’im­pose. L’au­teur de l’ex­ploit s’ap­pelle Harold Abrahams. Au sein de la dé­lé­ga­tion bri­tan­nique, l’anglais de 34 ans laisse le rôle de fa­vo­ri à l’écos­sais Eric Lid­dell. Mais, six mois avant les Jeux, ce­lui-ci ap­prend que la course se tient le 6 juillet, un di­manche, jour du Sei­gneur. Par convic­tion re­li­gieuse, Lid­dell re­nonce à prendre le dé­part. Le 6 juillet, il est même à l’of­fice dans l’église écos­saise de Pa­ris. Ce fils de mis­sion­naire choi­sit d’autres dis­tances et ga­gne­ra le 400 mètres. Sans re­gret. En 1982, le film Les Cha­riots de feu , de Hugh Hud­son, qui narre le des­tin des deux ath­lètes, est nom­mé aux Os­cars. Abrahams est dé­cé­dé quatre ans plus tôt. u GÉO AN­DRÉ, « LE BISON » DE CO­LOMBES En tête de la dé­lé­ga­tion fran­çaise, dra­peau tri­co­lore à la main, Géo An­dré, dit « le Bison », est ac­cla­mé en héros lors du tour de piste de la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture, le 5 juillet. Bien­tôt, il va pro­non­cer le ser­ment des ath­lètes. À 34 ans, mé­daillé d’ar­gent du saut en hau­teur en 1908, ce sont ses qua­trièmes Jeux, mais ils ne lui ap­por­te­ront pas le titre olym­pique qui manque à l’im­mense pal­ma­rès de cet ath­lète mul­ti­dis­ci­pli­naire. Sa plus belle mé­daille, il l’a dé­jà ré­col­tée pour sa bra­voure pen­dant la guerre de 14-18, qu’il achève bles­sé à une che­ville, au sein de la cé­lèbre es­ca­drille des Ci­gognes de Georges Guy­ne­mer et Ro­land Gar­ros. Sur la piste rose de Co­lombes, « l’homme com­plet » achève sa car­rière à la qua­trième place du 4 x 100 mètres. Une der­nière fois, il au­ra tout ten­té. u

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.