L’es­sor du tou­risme des ruines « ro­man­tiques »

Historia - - Dossier Le Louvre Au Coeur Des Batailles Française -

Pa­ris est de­ve­nu dès le len­de­main de l’écra­se­ment de la Com­mune un haut lieu du tou­risme français et in­ter­na­tio­nal. Les étran­gers sont pa­ra­doxa­le­ment at­ti­rés par un ro­man­tisme des ruines et un cu­rieux fris­son : ce­lui d’avoir échap­pé au pire. En fa­mille, Pa­ri­siens et ban­lieu­sards ar­pentent la ca­pi­tale, bien­tôt re­joints par les pro­vin­ciaux. Tous achètent des guides du Pa­ris dé­vas­té, avec pho­tos et com­men­taires. Dès le 3 juin, avec le ré­ta­blis­se­ment de la ligne fer­ro­viaire entre Pa­ris et Londres, les Bri­tan­niques se pressent en masse dans la ca­pi­tale. L’agence de voyages Cook or­ga­nise même un sé­jour dénommé « Ruines de Pa­ris » ! Ces tou­ristes un peu par­ti­cu­liers par­courent la ville mu­nis de lor­gnettes et de ca­le­pins. Ils par­ti­cipent à sa re­nais­sance, en fa­vo­ri­sant la ré­ou­ver­ture des hô­tels et des théâtres, tout en ne dé­dai­gnant pas le Pa­ris fri­vole… Tous sont mo­ti­vés par la cu­rio­si­té, la vo­lon­té de se faire peur et la poé­tique des ves­tiges : on vi­site Pa­ris comme on se pro­mè­ne­rait dans Pom­péi ! Ils se confrontent avec l’histoire ré­cente et ses sou­bre­sauts. Le Fi­ga­ro rap­porte que les co­chers pa­ri­siens ap­pellent « grand tour » la vi­site de tous les bâ­ti­ments dé­truits en mai, en ré­fé­rence au grand tour d’eu­rope que les jeunes nobles et bour­geois bri­tan­niques réa­li­saient pour par­cou­rir les grandes ruines du monde antique. D. L.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.