FAUTEUIL VOL­TAIRE ET MON­DIA­LI­SA­TION

Historia - - Bio Et Essai -

En histoire comme ailleurs, la glo­ba­li­sa­tion est à la mode. Après l’histoire du monde au XVE siècle, di­ri­gée par Pa­trick Bou­che­ron (Fayard, 2009), après l’histoire mon­diale de la France, di­ri­gée par le même au­teur (Seuil, 2017), voi­ci une nou­velle en­tre­prise col­lec­tive pla­cée sous le dra­peau de l’histoire dite « glo­bale », « mon­diale » ou « connec­tée ». L’exer­cice fait grin­cer quelques dents : cer­tains y voient une simple opé­ra­tion de mar­ke­ting édi­to­rial ; d’autres pointent les la­cunes, sur le mode du « qui trop em­brasse mal étreint » ; d’autres, enfin, de­vinent une in­ten­tion cos­mo­po­lite de lèse-histoire de France. L’histoire du monde au XIXE siècle échappe à la plu­part de ces re­proches. La so­li­di­té du pro­pos est in­at­ta­quable : la par­tie in­ti­tu­lée « Les temps du monde » et consa­crée à une qua­ran­taine d’évé­ne­ments phares – exer­cice de­ve­nu clas­sique – est pré­cé­dée d’une pre­mière série de contri­bu­tions ca­drant les grandes don­nées po­li­tiques, éco­no­miques, so­ciales et cultu­relles (« Les ex­pé­riences du monde »), et sui­vie de deux autres séries d’es­sais, les uns por­tant sur la cul­ture ma­té­rielle (« Le ma­ga­sin du monde »), les autres sur les prin­ci­pales aires de ci­vi­li­sa­tion (« Le monde en ses pro­vinces » ) . Si l’am­bi­tion de dé­cen­trer le pro­pos et de « pro­vin­cia­li­ser l’eu­rope » n’est que par­tiel­le­ment at­teinte, parce que le XIXE siècle cor­res­pond jus­te­ment à l’apo­gée de la do­mi­na­tion de l’oc­ci­dent sur le monde, le ca­hier des charges d’une histoire « to­tale », lui, est bel et bien rem­pli. Le lec­teur voyage du congrès de Vienne (1815) à la confé­rence de Ber­lin (1878), de Haï­ti en ré­volte (1801) à La Mecque en proie au cho­lé­ra (1865). Il coiffe le fez des Ot­to­mans mo­der­nistes après s’être as­sis dans le fauteuil Vol­taire du bour­geois louis-phi­lip­pard, re­garde un da­guer­réo­type avant d’ab­sor­ber, au choix, thé, qui­nine ou opium, ces produits-phares d’un temps que nous n’ap­pe­lons dé­sor­mais plus « le siècle der­nier ». Et la France, di­rez-vous ? Elle est bien pré­sente, ne se­rait- ce que parce que l’équipe d’his­to­riens réunie au­tour de ce pro­jet est en ma­jo­ri­té fran­çaise, et aus­si parce que la France du XIXE siècle est en­core une puis­sance de pre­mier ordre. Dans le riche bou­quet de contri­bu­tions réuni par Pierre Sin­ga­ra­vé­lou et Syl­vain Ve­nayre, il y a beau­coup à pui­ser pour re­nou­ve­ler notre com­pré­hen­sion de l’hexa­gone d’après 1789. Un des grands mé­rites de l’histoire « glo­bale », c’est bien qu’elle nous in­vite à dé­pous­sié­rer l’histoire de France… THIER­RY SARMANT

n Histoire du monde au XIXE siècle, sous la di­rec­tion de Pierre Sin­ga­ra­vé­lou et Syl­vain Ve­nayre (Fayard, 720 p., 39 € jus­qu’au 15 jan­vier 2018 – 49 € en­suite).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.