Un gé­nie en re­tard

Historia - - Récit Préhistoire De L’arme À Feu -

En 1482, Léo­nard de Vin­ci, alors âgé de 30 ans, adresse une lettre de mo­ti­va­tion à Lu­do­vic Sfor­za, duc de Mi­lan. Il se pré­sente comme un in­gé­nieur mi­li­taire de pre­mier ordre. Il y ex­pose des in­ven­tions in­croyables, comme ces chars cui­ras­sés – mais sans in­di­quer leur force mo­trice. Pour l’ar­tille­rie, il évoque un « ca­non fa­cile à trans­por­ter qui lance des ma­tières in­flam­mables, cau­sant un grand dom­mage et aus­si grande ter­reur par la fu­mée » ; et « là où on ne peut se ser­vir de ca­non, je puis le rem­pla­cer par des ca­ta­pultes et des en­gins pour lan­cer des traits d’une ef­fi­ca­ci­té éton­nante et jus­qu’ici in­con­nus ». Une for­mu­la­tion pour le moins étrange. Léo­nard ima­gine en fait des ca­nons à l’an­cienne, où la fu­mée et le bruit comptent plus que le pro­jec­tile ; et il se vante de construire ba­listes et ca­ta­pultes à une époque où, dans le reste de l’eu­rope, l’ar­tille­rie à poudre les a ir­ré­mé­dia­ble­ment rem­pla­cées – les tré­bu­chets ne sont plus d’usage en France après les an­nées 1430. Mais les Ita­liens ont pris beau­coup de re­tard dans le do­maine mi­li­taire, et Vin­ci, tout gé­nie qu’il est, vou­drait construire des en­gins qui sont ob­so­lètes ailleurs de­puis un de­mi-siècle ! L. V.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.