La re­vanche de la sou­ris

Historia - - Dossier Chats -

Ad­mis dans le foyer dès le Moyen Em­pire, le chat ac­quiert une place pré­pon­dé­rante et par­vient même à fo­ca­li­ser l’at­ten­tion de toute la mai­son­née. Hé­ro­dote (Ve siècle av. J.-C.) ex­plique com­ment, en cas d’incendie, les Égyp­tiens font la chaîne au­tour des flammes pour veiller sur leurs chats sans se sou­cier d’éteindre le feu. De même, dit-il, lors­qu’un chat vient à mou­rir de sa belle mort, tous les ha­bi­tants se rasent les sour­cils. Puis­sant et do­mi­na­teur, le chat est men­ta­le­ment as­si­mi­lé au pou­voir. Aus­si ap­pa­raît-il ra­pi­de­ment sur des ca­ri­ca­tures hu­mo­ris­tiques… où il est mon­tré au ser­vice des sou­ris ! On ima­gine un homme, sans cesse confron­té aux tra­cas­se­ries de son su­pé­rieur, se sen­tant pe­tite sou­ris face aux puis­sants chats qui le di­rigent. Et le voi­là qui, le temps d’un des­sin ra­pi­de­ment es­quis­sé, rêve d’un monde à l’en­vers, où les plus for­tu­nés se­raient au ser­vice des plus dé­mu­nis, un monde où les chats se­raient au ser­vice des ron­geurs : ici, une chatte évente une dame rat ; là, des sou­ris as­siègent une for­te­resse dé­fen­due par des chats ; en­core ailleurs, un chat pré­sente une oie rô­tie à un rat confor­ta­ble­ment ins­tal­lé dans un fau­teuil… A. G. D. B.

LE MONDE À L’EN­VERS La place de choix qu’oc­cupe le chat dans la so­cié­té égyp­tienne donne lieu à des ca­ri­ca­tures, où le fé­lin se re­trouve au ser­vice des sou­ris. Ier mil­lé­naire av. J.-C.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.