Halte au gâ­chis ! Dé­pan­nez votre ma­té­riel

Halte au gâ­chis ! Dé­pan­nez votre ma­té­riel

Hors-Série 01 net - - SOMMAIRE -

La loi pro­tège tout ache­teur contre les vices ca­chés du­rant deux ans

Après quelques an­nées (mois ou se­maines) de bons et loyaux ser­vices, un de vos ap­pa­reils vous lâche su­bi­te­ment. plu­tôt que de vous pré­ci­pi­ter dans un ma­ga­sin pour ache­ter un nou­veau mo­dèle, de­man­dez-vous d’ abord s’il est ré­cu­pé­rable ou ré­pa­rable, voire échange able. le pro­duit était neuf et il n’ a ja­mais fonc­tion­né? Faites-le rem­pla­cer en contac­tant le ven­deur ou en vous ren­dant dans le ma­ga­sin où vous l’avez ache­té, mu­ni du ti­cket de caisse et de la fac­ture.

Votre ac­qui­si­tion com­mence à dé­railler au bout de quelques se­maines à peine? s’ il pro­vient d’un site Web ou d’un ma­ga­sin phy­sique, sa ga­ran­tie est de deux ans (et non d’un an comme cer­tains fa­bri­cants le laissent en­tendre), à condi­tion qu’il ne soit pas d’oc­ca­sion. La loi dis­pense même de prou­ver l’ exis­tence d’ un dé­faut de confor­mi­té d’un bien neuf du­rant les vingt-quatre mois sui­vant sa dé­li­vrance. Et le code ci­vil (ar­ticle 1641) oc­troie éga­le­ment le droit de dé­ci­der de mettre en oeuvre la ga­ran­tie contre les vices ca­chés dans un dé­lai de deux ans après l’achat. Dans cette hy­po­thèse, l’ache­teur choi­sit entre la ré­so­lu­tion de la vente( le pro­duit est ren­du et rem­bour­sé) ou une ré­duc­tion du prix d’ achat.

Par contre, si le ma­té­riel est de se­conde main, les mar­chands sont en droit de fixer la du­rée de ga­ran­tie qu’ils sou­haitent. Autre cas de fi­gure, les tran­sac­tions is­sues d’une mar­ket­place. Là, des ven­deurs in­dé­pen­dants uti­lisent les pla­te­formes de vente en ligne (Ama­zon, Cdis­count, Fnac, etc.) pour y écou­ler leur mar­chan­dise. Et ce sont les condi­tions gé­né­rales de vente des uns et des

autres qui dé­cident des condi­tions de ga­ran­tie. Pour connaître vos droits, ren­dez-vous dans l’his­to­rique de vos com­mandes. Vous pou­vez alors lais­ser un com­men­taire ou de­man­der à contac­ter le ven­deur pour sa­voir ce qu’il pré­voit. N’ou­bliez pas de dé­crire la panne. Les ré­ponses dé­pendent de la date d’achat. Avec un peu de chance, le ven­deur ac­cep­te­ra de vous re­prendre le pro­duit et de vous en en­voyer un autre.

Des ga­ran­ties en­ca­drées. Si­vou­sa­ve­za­che­té le bien dans un pays de l’ union eu­ro­péenne, la loi vous couvre, là en­core, pour une du­rée de deux ans. sa­chez que le ven­deur a l’ obli­ga­tion de ré­pa­rer, rem­pla­cer ou rem­bour­ser l’ ap­pa­reil. pour en sa­voir plus, contac­tez le Centre eu­ro­péen des consom­ma­teurs de France via leur site ( bit.do/d3l­gn). Par ailleurs, cer­taines bou­tiques phy­sique sou en ligne pro­posent des ga­ran­ties ad­di­tion­nelles. vé­ri­fiez que ces der­nières ne dou­blonnent pas avec les dis­po­si­tions lé­gales. Si­non, vous paie­rez un ser­vice pour rien.

Seules les offres al­lant au-de­là de deux ans offrent un réel in­té­rêt. vous pou­vez com­plé­ter la cou­ver­ture en ajou­tant une as­su­rance sup­plé­men­taire en cas de casse ou de vol. Vé­ri­fiez tou­jours le mon­tant maxi­mal d’ in­dem­ni­sa­tion, ajou­tez-le au ta­rif de la ga­ran­tie de base et com­pa­rez le ré­sul­tat au prix de vente du bien pour vé­ri­fier qu’il s’agit d’une bonne af­faire.

Que se passe-t-il si votre ma­té­riel vous lâche alors qu’il n’est plus sous ga­ran­tie ? Avant de l’en­voyer au re­cy­clage ( bit.do/d3lsv), com­men­cez par contac­ter le ma­ga­sin d’où il pro­vient pour voir s’il est pos­sible de le faire ré­pa­rer, et à quel prix. cer­tains construc­teurs conti­nuent à as­su­rer un ser­vice après-vente moyen­nant fi­nances. Une pe­tite ré­pa­ra­tion vaut alors mieux qu’ un grand rem­pla­ce­ment! Dans tous les cas, exi­gez un de vis de ma­nière à évi­ter les mau­vaises sur­prises et les coûts ca­chés( for­fait dé­pla­ce­ment, pièces chan­gé es sans votre consen­te­ment …). Les co­or­don­nées des SAV des grandes marques sont dis­po­nibles sur le site bit.do/d3l­jl. Vous y trou­ve­rez aus­si celles de ré­pa­ra­teurs in­dé­pen­dants dans votre ré­gion. Ceux-ci ne manquent pas. Leurs pres­ta­tions étant très in­égales, ren­sei­gnez-vous avant de leur confier votre ap­pa­reil. Pour ce­la, consul­tez les avis pu­bliés sur In­ter­net et fuyez les pres­ta­taires pro­po­sant des ta­rifs dé­fiant toute concur­rence.

Des ré­seaux d’en­traide. Il existe d’autres pos­si­bi­li­tés pour re­mettre en état unpc ou un té­lé­phone à moindres frais. Ain­si, dans les Re­pair Ca­fés ( bit.do/d3lde), des spé­cia­listes dis­pensent bé­né­vo­le­ment des con­seils et vous aident à me­ner à bien les ré­pa­ra­tions. De son cô­té, le ré­seau En­vie ( bit.do/d3lfz) dé­panne les équi­pe­ments élec­tro­mé­na­gers en uti­li­sant des pièces dé­ta­ché es d’ oc­ca­sion et ga­ran­tit les ré­pa­ra­tions du­rant six mois. Vous pou­vez aus­si de­man­der de l’aide par le biais du site Al­lo­voi­sins ( bit.do/D3LK9). Une ma­nière de faire con­nais­sance avec des pros proches de chez vous. En­fin, si vous êtes dé­brouillards et que vous avez un peu de temps, pour­quoi ne pas par­tir à la re­cherche d’ un tu­to­riel sur You­tube ou vous ini­tier à la ré­pa­ra­tion au­près de la so­cié­té Re­par’tout ( bit.do/D3LM3) ? Celle-ci pro­pose des for­ma­tions gra­tuites de re­mise en route des ap­pa­reils élec­tro­mé­na­gers et élec­tro­niques. À vous de jouer !

Les ap­pa­reils élec­tro­niques se dé­modent vite, mais peuvent rendre

des ser­vices très long­temps !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.