Une agence mar­ke­ting re­com­mande le « dopage » des ventes

KA­LI­DEA PULSE est une des rares agences de conseil en mar­ke­ting spé­cia­li­sées dans l’ani­ma­tion de ré­seau de vente Btob of­frant des so­lu­tions as­su­rant un ROI fi­nan­cier et so­cial

Informations Entreprise - - A LA LOUPE -

De­puis son in­té­gra­tion en 2010 au sein du Groupe KA­LI­DEA (fon­dé par Sandra Le­grand), Ka­li­dea Pulse est au­jourd'hui l'unique agence ca­pable de pro­po­ser à ses clients une ap­proche cross ca­nal in­té­grée à 360°. Ce rap­pro­che­ment a per­mis d'agré­ger l'en­semble des mé­tiers né­ces­saires au dé­ploie­ment de pro­grammes de mar­ke­ting re­la­tion­nel. Au conseil mar­ke­ting et au stu­dio gra­phique se sont ajou­tés de fortes com­pé­tences dans la lo­gis­tique, les achats avec l'ap­port d'un ca­ta­logue de 80.000 avan­tages, et l'in­for­ma­tique avec l'édi­tion de pro­gi­ciel. Dans ce do­maine Ka­li­dea Pulse dis­pose main­te­nant d'une pla­te­forme de ges­tion de pro­gramme re­la­tion­nel in­di­vi­dua­li­sé ain­si que des ou­tils de Bu­si­ness In­tel­li­gence et de mo­dé­li­sa­tion pré­dic­tive du ROI fi­nan­cier.

>> Ex­per­tise, maî­trise, ef­fi­ca­ci­té et per­for­mance

Se­lon De­nis Co­naut, di­ri­geant de KA­LI­DEA PULSE de­puis 2010, «les pro­grammes de mar­ke­ting re­la­tion­nel sont à la jonc­tion de trois do­maines pas­sion­nants: la connais­sance du client (né­ces­si­tant de so­lides com­pé­tences en études, base de don­nées et en in­for­ma­tique), le mar­ke­ting (vi­sant con­crè­te­ment l'écoute et la sa­tis­fac­tion des be­soins des clients) et la vente (car la fi­na­li­té reste de fa­vo­ri­ser et dé­clen­cher un acte de vente of­frant un re­tour sur in­ves­tis­se­ment)» Maî­tri­sant ses trois do­maines de connais­sances et pos­sé­dant les ou­tils né­ces­saires à leur mise en oeuvre KA­LI­DEA PULSE s'at­tache à ré­pondre aux nou­veaux en­jeux du mar­ché via le dé­ve­lop­pe­ment conti­nu d'une plate-forme de ges­tion de pro­gramme de mar­ke­ting re­la­tion­nel avec toutes les nou­velles pos­si­bi­li­tés of­ferte par la di­gi­ta­li­sa­tion comme par exemple le mo­bile.

>> Des so­lu­tions as­su­rant un ROI fi­nan­cier et so­cial.

Les pres­ta­tions de KA­LI­DEA PULSE sont ba­sées sur la tech­no­lo­gie PULSE SYS­TEMS et se dé­clinent au tra­vers de quatre offres : Le CRM & la bu­si­ness in­tel­li­gence pour agré­ger ana­ly­ser et ex­ploi­ter les dif­fé­rentes sources de don­nées clients de l'en­tre­prise, La sti­mu­la­tion / in­cen­tive avec des so­lu­tions on et off-line pour for­mer et sti­mu­ler les dif­fé­rents ré­seaux de de vente, Les pro­grammes de mar­ke­ting re­la­tion­nel & de fi­dé­li­sa­tion pour éta­blir des re­la­tions in­di­vi­dua­li­sées et in­ter­ac­tives avec les clients et en­fin le web2shop per­met­tant de drai­ner le tra­fic des consom­ma­teurs au­près de l'en­semble des points de vente des clients. Dé­jà iden­ti­fiée comme acteur in­con­tour­nable de ce mar­ché, aus­si bien au­près de di­rec­tion com­mer­ciale et mar­ke­ting de Grands comptes, qu'au­près d'en­tre­prises de taille in­ter­mé­diaire (250 à 5000 sa­la­riés) comme To­tal, Unilever, Co­ca-Co­la, AG2R, Orange, Con­fo­ra­ma, Fiat, Banque Pos­tale, BigMat... KA­LI­DEA PULSE s'ancre dans ce mar­ché por­tée d'une part par les pré­oc­cu­pa­tions de ses clients, qui se­lon De­nis Co­naut sont «le be­soin de dé­ve­lop­per leurs ventes et de fi­dé­li­ser la base de leurs clients exis­tants avec des mé­ca­niques ren­tables» et d'autre part des pro­jets ar­ti­cu­lés au­tour de deux axes de dé­ve­lop­pe­ment: l'amé­lio­ra­tion des ou­tils exis­tants en ren­for­çant leur in­té­gra­tion avec toutes les nou­velles pos­si­bi­li­tés of­ferte par la di­gi­ta­li­sa­tion et l'ac­com­pa­gne­ment de nos clients à l'in­ter­na­tio­nal, Es­pagne et Be­ne­lux.

>>Les se­niors free­lances : un ca­pi­tal hu­main unique et pré­cieux.

La plu­part des en­tre­prises sont conduites à sor­tir pré­ma­tu­ré­ment les sé­niors de l'em­ploi. Dès lors, une des so­lu­tions per­ti­nentes est l'out­sour­cing par­tiel qui per­met de conser­ver ces res­sources pré­cieuses en in­terne et fa­vo­ri­ser l'em­ploya­bi­li­té per­ma­nente en leur trou­vant des mis­sions au ser­vice d'autres en­tre­prises : le Por­tage Sa­la­rial. Le­ver les freins à l'em­bauche des se­niors pour pré­ser­ver leur li­ber­té, leur in­dé­pen­dance et leur di­gni­té. Il y a une ano­ma­lie qu'il convient de dé­non­cer. Les be­soins en se­niors chez les en­tre­prises n'ont ja­mais été aus­si grands. Il y a dès lors un pa­ra­doxe in­sup­por­table. Ces en­tre­prises ont du mal à em­bau­cher des se­niors mais offrent néan­moins de vraies op­por­tu­ni­tés de tra­vail qui mé­ritent de se po­ser la ques­tion de l'in­dé­pen­dance no­tam­ment dans celles qui n'ont pas or­ga­ni­sé en in­terne le trans­fert de com­pé­tences ces der­nières an­nées. C'est ce qui nous conduit à re­fu­ser la fa­ta­li­té et à ne pas ac­cep­ter que près de 500.000 chô­meurs fran­çais aient plus de 50 ans. Les grands groupes et les ad­mi­nis­tra­tions n'ont ja­mais au­tant fait ap­pel à Di­daxis pour trou­ver des re­trai­tés pour des mis­sions ponc­tuelles no­tam­ment dans les sec­teurs banque/as­su­rance, éner­gie/trans­port/btp ain­si que ce­lui du Luxe. L'im­mo­bi­lier a de­puis peu de plus en plus re­cours à nos ser­vices.

>>Un ou­til au ser­vice de l’em­ploi des se­niors cu­mu­lant em­ploi et re­traite.

Si le por­tage sa­la­rial est aus­si convoi­té par les re­trai­tés dans le cadre du dis­po­si­tif cu­mul em­ploi/ re­traite c'est parce qu'il per­met au re­trai­té de conser­ver son in­dé­pen­dance tout en pro­fi­tant d'un en­ca­dre­ment. Il de­vient ain­si un por­té. Le por­tage sa­la­rial est une re­la­tion tri­par­tite dans la­quelle le re­trai­té est sa­la­rié, ce qui est sé­cu­ri­sant, il faut le rap­pe­ler. C'est un dis­po­si­tif ga­gnant- ga­gnant. Le por­tage sa­la­rial per­met aux re­trai­tés de se concen­trer sur la re­la­tion avec le client et la mis­sion, pen­dant que la so­cié­té de por­tage sa­la­rial s'oc­cupe de la ges­tion ad­mi­nis­tra­tive, de l'ac­com­pa­gne­ment pro­fes­sion­nel et de l'as­sis­tance au quo­ti­dien. Le por­tage sa­la­rial per­met à ces re­trai­tés de com­plé­ter une re­traite in­suf­fi­sante par une ac­ti­vi­té à temps par­tiel. Le por­tage sa­la­rial per­met en­fin de ré­pondre au be­soin d'in­dé­pen­dance des se­niors en li­mi­tant no­tam­ment les risques d'une créa­tion d'en­tre­prise.

>>Sur­mon­ter la ri­gi­di­té du mar­ché du tra­vail.

Pour Guillaume Cai­rou, Pré­sident du Groupe Di­daxis « le suc­cès du por­tage sa­la­rial est lié à deux phé­no­mènes : la ri­gi­di­té du mar­ché du tra­vail qui fait qu'en France nous avons la triste par­ti­cu­la­ri­té de ne plus faire confiance à nos se­niors qui font pour­tant le suc­cès de notre groupe par la ri­chesse de leur ex­pé­rience et leur très forte vo­lon­té de ne pas rompre le lien avec une ac­ti­vi­té qui a sou­vent été au coeur de leur quo­ti­dien. Ce­la est évi­dem­ment ac­cen­tué par les faibles re­traites de cer­tains de nos sa­la­riés. Ils sont la clé de la crois­sance de de­main ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.