Don­ner une deuxième vie aux ma­chines et non aux don­nées confi­den­tielles !

Avec la mul­ti­pli­ca­tion des sup­ports, les en­tre­prises doivent veiller de plus en plus à ef­fa­cer les don­nées qu’elles pos­sèdent quand elles changent de ma­té­riel. Lea­der mon­dial d’ori­gine fin­lan­dais, Blanc­co se concentre sur ce mar­ché de niche et offre des

Informations Entreprise - - TECHNOLOGIES -

Q>> La mul­ti­pli­ca­tion des sup­ports

uand on leur parle sé­cu­ri­té in­for­ma­tique, les grandes so­cié­tés dé­clarent prendre beau­coup de pré­cau­tions et in­ves­tissent dans les an­ti­vi­rus, les pare-feux, etc… Mais quand elles rem­placent leurs ma­chines (ser­veurs, or­di­na­teurs, smartphones…), elles aban­donnent par­fois toute pré­cau­tion et laissent sou­vent par­tir leurs ma­chines dans la na­ture avec des don­nées es­sen­tielles, comme celles concer­nant leurs clients. Et, en cas d'uti­li­sa­tion frau­du­leuse par un tiers, leur res­pon­sa­bi­li­té est en­ga­gée. « Au­jourd'hui, il y a une prise de conscience et nous avons de plus en plus de sol­li­ci­ta­tions», constate Yves Ghee­raert, di­rec­teur gé­né­ral de Blanc­co France qu'il a créée en 2006. Cette so­cié­té est spé­cia­li­sée dans les so­lu­tions lo­gi­cielles pour ef­fa­cer les don­nées. Forte d'une ex­pé­rience de 15 ans, Blanc­co est la so­lu­tion d'ef­fa­ce­ment de don­nées ap­prou­vée par des mil­lions d'uti­li­sa­teurs dans le monde. Lea­der mon­dial, Blanc­co offre des so­lu­tions de des­truc­tion de don­nées les plus cer­ti­fiées dans son sec­teur d'ac­ti­vi­té. L'en­tre­prise tra­vaille dans de nom­breux sec­teurs comme la banque, la fi­nance, le sec­teur pu­blic ou la dé­fense, et des pro­fes­sion­nels de la ges­tion d'ac­tifs IT. Le groupe dis­pose d'un im­por­tant ré­seau in­ter­na­tio­nal d'an­tennes et de par­te­naires à tra­vers l'Eu­rope, l'Amé­rique du Nord, l'Amé­rique La­tine, l'Asie et l'Aus­tra­lie. Tout a com­men­cé en Fin­lande en 1997. Un hô­pi­tal re­vend son parc in­for­ma­tique sans ef­fa­cer les don­nées. 3 000 dos­siers de pa­tients se re­trouvent dans la presse. Suite à cette fuite de don­nées, Blanc­co est né pour ré­pondre au be­soin d'ef­fa­ce­ment de don­nées sur tous types de sto­ckage. « Avec l'es­sor des nou­veaux sup­ports comme les ta­blettes et les smartphones, notre mar­ché ex­plose, com­plète Yves Ghee­raert. Car nos so­lu­tions fonc­tionnent aus­si sur ce type de sup­ports ». Ces ou­tils sont gé­rés de ma­nière cen­tra­li­sée et sé­cu­ri­sée : ils in­ven­to­rient les ma­chines et ef­facent com­plè­te­ment les disques durs ma­gné­tiques, (PC, Ser­veurs, …), les mé­moires flash (clés USB,...) mais éga­le­ment les smartphones et ta­blettes (com­pa­tibles An­droid, Win­dows Mo­bile, Blackberry, IOS et Sym­bian...). Blanc­co concentre son éner­gie, ses dé­ve­lop­pe­ments et sa tech­no­lo­gie sur ce mar­ché de niche. « Nous ne ven­dons ni de so­lu­tion an­ti-vi­rus, ni de so­lu­tions pour ré­cu­pé­rer les don­nées : ce sont d'autres mé­tiers. Notre force, c'est notre spé­cia­li­sa­tion». Et ce­la paye : les so­lu­tions dé­ve­lop­pées par Blanc­co ont re­çu les cer­ti­fi­ca­tions les plus exi­geantes ; la der­nière en date a été don­née en France par l'Agence na­tio­nale de la sé­cu­ri­té des sys­tèmes d'in­for­ma­tion (ANSSI). Outre les en­tre­prises, Blanc­co vend ses pro­duits aux so­cié­tés qui re­con­di­tionnent les ma­chines in­for­ma­tiques et plus glo­ba­le­ment tous les sup­ports. Alors que l'uni­vers nu­mé­rique double de vo­lume tous les 18 mois, l'ef­fa­ce­ment de don­nées sé­cu­ri­sé est donc plus exi­geant. En rai­son de l'aug­men­ta­tion du nombre d'ap­pa­reils de sto­ckage de don­nées dif­fé­rents, les or­ga­ni­sa­tions vont de­voir gé­rer l'ef­fa­ce­ment d'une masse ex­po­nen­tielle de don­nées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.