Quand les idées virent à la pure dé­rai­son !

Informations Entreprise - - REGARD - Phi­lippe Dayan Ré­dac­teur-en-chef

Bien sûr, nous pour­rions conti­nuer à dis­ser­ter sur les rai­sons qui font que la France soit of­fi­ciel­le­ment en­trée en ré­ces­sion avec un PIB qui a re­cu­lé de 0,2% au pre­mier tri­mestre 2013. Au de­meu­rant, pas fran­che­ment une pre­mière puis­qu’une contrac­tion si­mi­laire s’était dé­jà faite jour avec le der­nier tri­mestre de l’an­née 2012 et que de­puis main­te­nant quatre ans, il s’agit là de la troi­sième fois que notre éco­no­mie passe dans le rouge. Bien évi­dem­ment aus­si, nous pour­rions mettre notre grain de sel dans l’ac­tuel dé­bat por­tant sur la ré­forme des re­traites et nous perdre en conjec­tures et sup­pu­ta­tions quant aux orien­ta­tions sur les­quelles va s’ap­puyer le gou­ver­ne­ment de Fran­çois Hol­lande à par­tir des re­com­man­da­tions du rap­port Mo­reau. Sur le su­jet, soyons-en as­su­rés, même si sur le plan des tem­pé­ra­tures les mé­téo­ro­logues ne se montrent guère d’un op­ti­misme dé­bor­dant, la ren­trée risque bel et bien de s’amor­cer «ca­ni­cu­laire» au ni­veau des ré­ac­tions de l’opi­nion pu­blique et des échanges avec les dif­fé­rents par­te­naires so­ciaux. Nous pré­fé­rons re­ve­nir sur ce qui n’au­rait pu être que l’un de ces énièmes faits-di­vers tra­giques comme il s’en pro­duit hé­las chaque jour dans notre pays mais qui, par la na­ture même du contexte dans le­quel il a été per­pé­tré et par le pro­fil à la fois de la vic­time et de ses agres­seurs re­vêt un ca­rac­tère hau­te­ment sym­bo­lique d’in­di­gni­té na­tio­nale. Clé­ment Mé­ric, puisque c’est de lui dont il s’agit, mort à 19 ans, âge pour­tant plein de pro­messes, sous les coups d’un gar­çon à peine plus âgé que lui, uni­que­ment parce que le pre­mier n’a pas vou­lu taire son dé­goût et sa ré­volte par rap­port à l’idéo­lo­gie d’in­to­lé­rance et de haine prô­née par le se­cond avec son grou­pus­cule de néo « na­zillons ». Une di­men­sion em­preinte de ces re­mugles nau­séa­bonds sou­le­vés de­puis plu­sieurs an­nées non seule­ment en France mais aus­si dans toute l’Eu­rope avec le dé­ve­lop­pe­ment des mou­ve­ments se si­tuant aux ex­trêmes de la ra­di­ca­li­té.. Des mou­vances en aug­men­ta­tion crois­sante et dont le point com­mun est leur pro­pen­sion à se ré­fé­rer aux heures les plus noires de notre his­toire contem­po­raine pour cla­mer la su­pré­ma­tie de la race aryenne et leur vo­lon­té à te­nir le monde sous la botte de leurs idées mor­ti­fères. Tous nos par­tis po­li­tiques peuvent bien condam­ner, main sur le coeur, un acte aus­si bar­bare et de­man­der avec force la dis­so­lu­tion de tous ces grou­pus­cules de la haine, n’est-ce pas au fond leurs dis­cours élec­to­ra­listes ne ces­sant de culti­ver l’am­bi­guï­té sur les crises et les ma­laises so­ciaux qui ont fi­ni par l’en­gen­drer ? Con­trai­re­ment à Mi­chel Re­ca­na­ti, l’une des fi­gures cen­trales du do­cu­men­taire de Ro­main Gou­pil « Mou­rir à trente ans », ayant choi­si le sui­cide un jour de mars 1978 par sen­ti­ment d’aban­don après sa rup­ture d’avec son iti­né­raire de mi­li­tant trots­kiste, Clé­ment Mé­ric s’est vu dé­pouillé de sa vie uni­que­ment pour avoir re­fu­ser de cour­ber l’échine par sen­ti­ment de peur ou de ré­si­gna­tion. Et même si une vi­déo­sur­veillance montre que le jeune Clé­ment au­rait pro­vo­qué la rixe fa­tale, il n’en de­meure pas moins que l’on ne peut ex­cu­ser l’in­ex­cu­sable ! Ce cli­mat dé­lé­tère qui obs­cur­cit nos modes de pen­sée grippe aus­si les rouages du monde des af­faires sur fond de scan­dales à ré­pé­ti­tion. Il suf­fit de re­gar­der du cô­té du bu­si­ness en­tre­pris par le Qa­tar dans notre Hexa­gone. Les sommes as­tro­no­miques que cet émi­rat de la taille d’un « confet­ti » sur la carte du monde in­ves­tit tant dans l’im­mo­bi­lier de haut stan­ding que dans l’hô­tel­le­rie de luxe, les griffes de mode, les clubs spor­tifs et dans le ca­pi­tal de grands groupes in­dus­triels ali­mentent les plus folles rumeurs et laissent libre cours à d’étranges res­sen­ti­ments. Au point d’ame­ner l’opi­nion pu­blique à se de­man­der si le Qa­tar ne se­rait pas en passe de s’ache­ter pu­re­ment et sim­ple­ment la France. Une ques­tion sur la­quelle, au-tra­vers d’une pa­tiente en­quête, notre ré­dac­tion a vou­lu ten­ter d’ap­por­ter un cer­tain nombre d’élé­ments de ré­ponse. Un dos­sier à dé­cou­vrir par­mi beau­coup d’autres su­jets qui forment l’ac­tuelle toile de fond de notre éco­no­mie. Mais parce que la pé­riode es­ti­vale est aus­si sy­no­nyme d’ar­rêt sur le stress et de pause au grand air, toute notre équipe vous sou­haite tout au­tant qu’une bonne lec­ture d’ex­cel­lentes va­cances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.