CO­CO LA VÉ­NI­TIENNE

Infrarouge - - BEAUTÉ TENDANCE -

Quand on dit Co­co, on pense ir­ré­mé­dia­ble­ment Cha­nel. C’est en son hon­neur que Jacques Polge créa Co­co en 1984, plus boi­sé et épi­cé que le fleu­ri et frui­té Co­co Ma­de­moi­selle de 2001. Onze ans plus tard, voi­ci Co­co Noir, complexe et élé­gant dans la li­gnée des pré­cé­dents, pen­sé dans la conti­nui­té avec ce­pen­dant « la force des oeuvres neuves, le goût violent de la li­ber­té ». C’est tou­jours en pen­sant à Ga­brielle Cha­nel et à son uni­vers que l’his­toire de ces par­fums fut ra­con­tée. Co­co Noir est une em­preinte ol­fac­tive de ses voyages vé­ni­tiens. C’est vers « cet orient qui com­mence et fi­nit à Ve­nise » que Polge a eu en­vie d’al­ler. La Ve­nise noc­turne s’est im­po­sée à lui. Et son fla­con noir en est une magnifique al­lu­sion. Ga­brielle Cha­nel ar­ri­va pour la pre­mière fois dans la ci­té des Doges en août 1920 après la mort de son seul amour Boy Ca­pel. Elle y ap­pré­cie­ra la lu­mière, le mystère, ces ors et ses fresques by­zan­tines. Elle y re­vien­dra sou­vent en­tou­rée du couple Jo­sé-Ma­ria et Mi­sia Sert et fe­ra sien l’em­blème pro­tec­teur de la ville : le lion, son signe as­tro­lo­gique. Elle, dont la vie n’est que signes, au­rait sans nul doute ap­pré­cié cet écrin noir dont le jus en­voûte mys­té­rieu­se­ment de notes de baies de roses, de jas­min, de fève Ton­ka, de Pat­chou­li, d’en­cens et de musc blanc… Co­co Noir. Eau de Par­fum, va­po­ri­sa­teur 100 ml, 132 € - 50 ml, 92 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.