Pen­ser au jour d’après

Infrarouge - - AGENDA -

« A New York, seuls comptent le pré­sent et le fu­tur » , ex­pli­quait l’au­teur new- yor­kais Jay McI­ner­ney dans une in­ter­view. Comme si le pas­sé n’avait plus sa place ou jus­te­ment parce que son ombre, pe­sante de­puis une dé­cen­nie, était si pré­sente, qu’on pré­fé­rait l’ou­blier ou faire sem­blant de la re­gar­der. Pour­tant, c’est im­por­tant d’ob­ser­ver le pas­sé, ça peut faire du bien. Et avec du re­cul, ça fait sou­vent rire. C’est bien connu : on ne re­tient que le po­si­tif ( les Mal­dives c’est beau, même avec un ciel gris), notre mé­moire est sé­lec­tive et filtre d’une telle fa­çon qu’on ne garde que le meilleur ( la caï­pi était dingue, même si j’ai nour­ri les mous­tiques de Je­ri­co­co­a­ra pen­dant une se­maine).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.