Mi­chel Cymes, le doc qui dé­foule

Infrarouge - - INTERVIEW CORRIGÉE - Par Her­vé Prou­teau.

De­puis 15 ans, il fait du bien… aux com­mandes du Ma­ga­zine de la San­té. Nous lui avons po­sé des vraies ques­tions, on a ima­gi­né ses ré­ponses. Il les dé­couvre, les com­mente et cor­rige en rouge ! avec l’aug­men­ta­tion de la du­rée de vie, elle frappe main­te­nant de « 7 à 87 ans » ! C’est bien la seule ma­la­die que je vous sou­haite d’at­tra­per ! Et que je ne veux pas gué­rir.

Le com­men­taire qui vous agace à votre pas­sage ?

« Il est mieux à la télé qu’en vrai… » et « il a mau­vaise mine, non ?... » Un jour, dans un res­tau­rant, deux dames me re­gardent. L’une dit à l’autre : « Non, ce n’est pas lui, il est beau­coup plus vieux ! » . Je n’ai pas osé leur de­man­der si je fai­sais plus vieux ce jour- là ou à la télé…

Quelle est l’ex­pres­sion ou le slo­gan que vous au­riez ado­ré in­ven­ter ?

« Un mal… des mots » ! Et j’au­rais ado­ré in­ven­ter : « Sou­ris aux gens que tu croises en mon­tant, tu re­croi­se­ras les mêmes en des­cen­dant… » .

Qui ne pour­rait- on pas vous soup­çon­ner d’ap­pré­cier ?

Le « Doc » sur Fun ra­dio à l’époque, on ou­blie qu’il a ou­vert les yeux et les oreilles à pas mal d’ados en manque d’in­fos. Tout à fait d’ac­cord ! Et per­sonne ne l’a rem­pla­cé de­puis.

Un truc au­quel vous ne vous at­ten­diez pas avec Adria­na Ka­rem­beu au som­met du Mont Blanc ?

Je l’ai re­gar­dé dans les yeux, bien dans les yeux et j’y ai vu une pro­fon­deur et un re­lief aux­quels je ne m’at­ten­dais pas vrai­ment. C’est vrai, mais c’était avant d’ar­ri­ver au som­met. Et j’ai été scot­ché par sa force men­tale pour at­teindre le som­met.

Croyez- vous en Dieu ? Et en la voyance ?

J’ai­me­rais y croire et je ne crois pas non plus au Père Noël. Je crois par­fois en Dieu, no­tam­ment lorsque je me re­garde et que je me de­mande pour­quoi il m’a tout don­né… !

Pen­sez- vous que la télé soit une bonne thé­ra­pie ?

Pour com­battre la so­li­tude et se dis­traire par­fois, cer­tai­ne­ment ! Pour ap­prendre et mieux com­prendre le monde… ça se dis­cute. Sauf chez nous dans « le ma­ga­zine de la san­té » ! 1h30 de trai­te­ment quo­ti­dien qui fait du bien.

Vous êtes plus « mé­de­cin sans li­mite » que « mé­de­cin sans frontières » ?

C’est vrai que je ne suis jamais contre une mau­vaise vanne dans l’es­poir de dé­cro­cher un sou­rire ! Dans « gué­rir » , il y a rire… La fron­tière est proche ! Di­sons que je suis un mé­de­cin sans li­mite de frontières !

Je crois par­fois en Dieu, no­tam­ment lorsque

je me re­garde et que je me de­mande pour­quoi il m’a tout

don­né… !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.