Ce fou de sport po­ly­glotte n’a pas son pa­reil pour re­cueillir avec ta­lent les com­men­taires d’après match des plus grands cham­pions.

Infrarouge - - INTERVIEW - Par Ma­rine Tré­vil­lot

Du 21 mai au 9 juin, il as­sis­te­ra à sa 24e édi­tion des In­ter­na­tio­naux de France.

Balle au centre, à nous de lui po­ser quelques ques­tions.

Comment faites- vous pour être tou­jours en cos­tume même quand il fait 40° ?

Cos­tume et sou­vent… cos­tume cra­vate ! J’ai la chance de ne pas trop trans­pi­rer. Je ne me force pas, mais c’est une forme de res­pect des joueurs, des cham­pions, des té­lé­spec­ta­teurs. Le ten­nis est un sport élé­gant et en tant que jour­na­liste, nous avons une sorte de code non- écrit, un code d’élé­gance.

Etes- vous clas­sé au ten­nis ?

Je l e f us, mais j e ne l e suis plus ! En re­vanche, j’aime beau­coup jouer avec ma f i l le Vic­to­ria qui est une ex­cel­lente joueuse. Le ten­nis est pour moi un sport ex­tra­or­di­nai­re­ment lu­dique, un sport que j’adore !

Avez- vous dé­jà ta­pé des balles sur un court de Ro­land avec un pro ?

J’ai échan­gé des balles et fait un match ami­cal, ca­ri­ta­tif avec Ar­naud Boetsch.

Cer­tains joueurs ont sou­vent la fâ­cheuse ma­nie de hur­ler au moindre coup. Qui a le plus fort ni­veau so­nore ?

Match nul entre Ma­ria Sha­ra­po­va et Vic­to­ria Aza­ren­ka qui sont deux hur­leuses pa­ten­tées !

Les joueurs ont- ils des ma­nies dans les ves­tiaires ?

Dans les ves­tiaires, je ne sais pas trop. Mais Ra­fael Na­dal, qui est un gar­çon que j’adore, a un cer­tain nombre de tics et autres ha­bi­tudes. No­tam­ment avec son ban­deau.

Quels sont vos conseils de « sur­vie » à un spec­ta­teur no­vice à RG ?

Ne pas bou­ger de place de toute la jour­née ! Prendre ses pré­cau­tions avant et pa­ra­doxa­le­ment, ne pas trop boire pen­dant la jour­née. S’il fait 35°, c’est dif­fi­cile de ne pas se désal­té­rer, mais si on boit trop, on est obli­gé d’al­ler aux toi­lettes et si on va aux toi­lettes, on ne re­trouve pas tou­jours sa place. Même si elle est nu­mé­ro­tée ! J’ai quan­ti­té de té­moi­gnages de telles si­tua­tions !

Les joueurs qui per­dront aux 2e, 3e et 4e tour ga­gne­ront 25% en plus cette an­née versus 2012. Que pen­sez- vous de cette aug­men­ta­tion des do­ta­tions ( 1,5 mil­lion pour les vainqueurs homme et femme) ?

J’ai plus en­vie de par­ler de pa­ri­té. Je suis pour la pa­ri­té pour toute chose de la vie. Mais quitte à me faire quelques « en­ne­mis » , je ne trouve pas tout à fait nor­mal que les filles gagnent au­tant que les gar­çons. ( La pa­ri­té entre les joueurs et les joueuses a été ins­tau­rée par la FFT de­puis l’édi­tion 2007, ndlr). Les filles jouent en deux sets ga­gnants et les gar­çons en trois sets ga­gnants. Un match de filles du­re­ra au maxi­mum 2h voire 2h30 alors qu’un match de gar­çons peut du­rer jus­qu’à 5h... Vous n’êtes pas d’ac­cord avec moi ?

Quels sont vos pronostics pour ce Ro­land Gar­ros 2013 ?

Ma­ria Sha­ra­po­va de­vrait pou­voir conser­ver son titre. Elle au­ra quelques ad­ver­saires. C’est une joueuse gla­mour : ce se­rait une bonne chose pour le tour­noi qu’elle s’ im­pose à nou­veau. Chez les hommes, quitte à bous­cu­ler ce que di­ront beau­coup de gens, je pense que Na­dal, d’ici un mois, au­ra re­trou­vé l ’es­sen­tiel de ses forces. Il pren­dra sa re­vanche sur le thème de Monte- Car­lo et re­ga­gne­ra ce tour­noi. Je vois en­core trois ou quatre vic­toires de Ra­fael Na­dal à Ro­land Gar­ros pour de­ve­nir le plus grand joueur sur terre bat­tue de l’his­toire du Ten­nis. Il est, en plus, vrai­ment le joueur le plus sym­pa !

Nel­son, pour fi­nir, nous avons be­soin de votre avis d’ex­pert : Dans quelle al­lée de Ro­land Gar­ros trouve- t- on le meilleur sand­wich ?

Le meilleur sand­wich de Ro­land Gar­ros, vous le trou­ve­rez… dans des bou­lan­ge­ries ar­ti­sa­nales de la Porte d’Au­teuil !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.