Girod de l’Ain,

Infrarouge - - INTERVIEW -

amie qui a dé­cou­vert en­fin quelle sorte de yaourts elle ai­mait, car à chaque fois, elle se cal­quait sur les goûts que l’autre lui im­po­sait, à en nier sa propre per­son­na­li­té. Au se­cours ! Evi­dem­ment, ces femmes y trouvent leur compte.

Ça marche la ja­chère af­fec­tive ?

K : Oui, si on a en­vie d’ar­rê­ter de

« mor­fler » . On se dit « je ne veux pas d’his­toire amou­reuse pen­dant quelques mois

ou quelque an­nées » et on s’y tient. Il faut pro­fi­ter de cette pause pour s’oc­cu­per de soi uni­que­ment, pour chan­ger son image, se re­dé­cou­vrir. Ar­rê­ter d’être dans la de­mande et vivre pour soi. Alors on de­vient in­dé­pen­dant af­fec­ti­ve­ment, on ar­rive à s’ai­mer soi, pour en­suite ai­mer des gens qui nous fe­ront du bien plus tard. Ce n’est pas une ja­chère sexuelle non plus, on peut avoir des sex- friends, mais seule­ment parce qu’on ne cherche pas l ’amour. On leur dit qu’il ne se pas­se­ra rien. On doit s’in­ter­dire de tom­ber amou­reux pen­dant cette pé­riode. Et c’est sou­vent là que l ’autre tombe amou­reux ! Lors de votre pre­mière dé­cep­tion amou­reuse, vous vous êtes ju­ré de ne plus… ?

A : Ecrire de lettres d’amour. Pas de trace écrite car ce­la reste.

K : Je n’ai pas eu de dé­cep­tion amou­reuse. C’est moi qui par­tais tout le temps avant.

Puisque tout le monde est per­fec­tible, sur quoi avez- vous fait des ef­forts pour que votre couple fonc­tionne ? A : A la fer­mer un peu plus. K : A être plus to­lé­rante sur nos dif­fé­rences et ar­rê­ter de ju­ger l’autre. En tant que mère, quel est le conseil que vous don­ne­riez à vos en­fants pour être heu­reux en couple ?

A : Lais­ser sa chance au pro­duit. Il faut re­des­cendre sur terre et ne pas tou­jours cher­cher la gra­vure de mode. Laisse- toi sur­prendre par des gens qui ne t’au­raient pas tout de suite at­ti­ré.

K : Qu’elle soit dé­jà une femme libre et qu’elle pense à em­bras­ser plein de cra­pauds avant de trou­ver le prince char­mant. Voire d’ou­blier le prince char­mant. Je pré­cise que le père n’est pas du tout d’ac­cord avec cette ap­proche ! Si on ou­bliait vos ma­ris Li­lian et Laurent deux mi­nutes, qu’est- ce qui peut vous faire com­plè­te­ment cra­quer chez un homme ? K : L’hu­mour. A : L’es­prit, qu’il y ait un ping- pong in­tel­lec­tuel pos­sible. En­fin si vous étiez cé­li­ba­taire, vous en pro­fi­te­riez pour faire quoi ?

K : Ne pas être obli­gée de par­ler le soir ! Mais j’ai un mec qui voyage beau­coup donc ce n’est pas un be­soin in­as­sou­vi. Heu­reu­se­ment, je n’ai pas quel­qu’un qui est tou­jours sur mon dos et qui me dit « qu’est- ce ce qu’on mange ? » le soir ! Quelle hor­reur…

A : Rien ne me manque vrai­ment. Je di­rais es­sayer de chauf­fer un mec pour voir si ça marche en­core ! Mais, on doit être très bien en couple car on n’a pas eu de ré­ponse trop spon­ta­née. On est donc avec des mecs qu’on aime et qui ne sont vrai­ment pas chiants à vivre.

Ce dont je suis sûre, c’est qu’il ne faut ja­mais cou­cher le der­nier soir, ce­lui de la rup­ture.

Re­trou­vez Alix Girod de l’Ain ré­gu­liè­re­ment dans le ma­ga­zine et Ka­rine Le Mar­chand à par­tir du mar­di 16 mai à 20h50 sur M6 dans une nou­velle émis­sion :

Un Air de star.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.