50

Infrarouge - - SPORT -

Sa de­vise était « ja­mais trop mince, ja­mais trop riche » . .. Après 30 ans dans la com, cette dingue de sacs aban­donne son job pour se consa­crer à sa pas­sion. À 50 ans, elle prend un vi­rage à 180 de­grés, dé­ci­dant de faire en­fin ce qu’elle sou­haite, en pre­nant le temps. Elle a vé­cu des tas d’ex­pé­riences et ren­con­tré beau­coup de monde dans son an­cienne vie, alors il était temps de dé­mar­rer une autre aven­ture. Pour­quoi les sacs ? Parce qu’en ache­ter l’a tou­jours ren­due heu­reuse. Elle les col­lec­tionne ! C’est comme le cho­co­lat pour cer­tains, à tel point que son ma­ri, Do­mi­nique, lui rap­pelle « qu’elle a le PIB de l’Afrique dans son ar­moire » ! Elle avait aus­si be­soin d’un sac qui cor­res­ponde à ses at­tentes, et puis­qu’on n’est ja­mais aus­si bien ser­vi que par soi­même, elle s’est lan­cée... Pour réa­li­ser le sac de ses rêves. Une fille a tou­jours un sac, il per­siste un cô­té mys­té­rieux car per­sonne n’ose re­gar­der le conte­nu d’un sac de fille. Une psy lui a même dit un jour que le sac « pou­vait re­pré­sen­ter la mère, avec la poche dont tout le conte­nu s’ana­ly­se­rait » . .. Je vous laisse ré­flé­chir à cette sym­bo­lique. Son style ? Plu­tôt rock in­tem­po­rel, cette femme de goût au sens pra­tique, qui dut long­temps por­ter des te­nues so­phis­ti­quées, aime adop­ter au­jourd’hui une garde- robe plus dé­con­trac­tée. Elle adore Za­ra car elle y trouve tout et qu’elle « n’a pas mal au ventre en n’y lâ­chant pas le prix d’un rein ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.