1

Infrarouge - - DESIGN -

nous dé­fi­nis­sons comme une pe­tite fa­brique ar­ti­sa­nale et cher­chons à créer des uni­vers in­ti­mistes, à la ma­nière des dé­co­ra­teurs en­sem­bliers du dé­but du XXe siècle » , ex­plique- t- il. Pour chaque in­té­rieur, il crée un mo­bi­lier ex­clu­sif réa­li­sé pièce par pièce par des ar­ti­sans d’art, dont le fer­ron­nier li­mou­sin Poue­nat. Ces oeuvres s’as­semblent à des meubles de fa­mille ou chi­nés pour créer un uni­vers unique et très per­son­nel. « Chaque de­meure doit re­flé­ter la per­son­na­li­té de ses pro­prié­taires. Nous pre­nons au­tant en compte leurs en­vies, leurs goûts, que les vo­lumes ou la lu­mière d’une pièce. Chaque in­té­rieur se construit à plu­sieurs mains avec, comme seul fil conduc­teur, ceux qui vont y vivre. » Autre ca­rac­té­ris­tique de son style, Tris­tan Auer ne tra­vaille pas ses pro­jets sur écran nu­mé­rique mais tou­jours à par­tir de cro­quis et de ma­quettes construites à la main et réa­lise une grande re­cherche de ma­tières et de Dans le même es­prit de sur- me­sure, il signe le nou­veau luxe hô­te­lier. À Cour­che­vel 1850, il a ima­gi­né la Si­vo­lière, un hô­tel fa­mi­lial qui se dé­marque du style montagnard par son at­mo­sphère co­sy contem­po­raine très cha­leu­reuse. Pour la lé­gen­daire boîte de nuit Les Bains, qui a rou­vert cet hi­ver, il a as­so­cié l’es­prit 80 qui a fait sa cé­lé­bri­té au luxe bour­geois du XIXe siècle. Les pièces my­thiques de la boîte de nuit ont été conser­vées presque dans leur « jus » , telle la pis­cine car­re­lée créée à l’époque par Phi­lippe Starck, tan­dis que le bu­reau d’Hu­bert Bou­kob­za est de­ve­nu un res­tau­rant pri­vé. Les tables sont en ra­ku, une cé­ra­mique émaillée ja­po­naise. Le pas­sé et l’his­toire sont pré­sents, mais ni om­ni­pré­sents ni étouf­fés par la mo­der­ni­té. Pour le Crillon, dont la ré­no­va­tion est en cours d’achè­ve­ment, Tris­tan Auer est en­core dans l’an­ti- mode. « Ce ne se­ra pas un flash éphé­mère de de­si­gn. Tout est construit pour du­rer long­temps, tout en fai­sant bas­cu­ler le lieu dans la mo­der­ni­té. La struc­ture d’époque est conser­vée et amé­na­gée avec des meubles ex­clu­sifs qui lui ap­por­te­ront dé­li­ca­tesse et in­ten­si­té. L’ob­jec­tif fi­nal étant le confort et le bien- être des per­sonnes qui y sé­jour­ne­ront. » Ce qu’il pousse à son pa­roxysme à Mous­tique et à Saint- Bar­thé­lé­my, où il crée un nou­veau style dé­co­ra­tif qui re­flète cet art de vivre simple et so­phis­ti­qué à la fois, si ap­pré­cié par la jet- set. Ain­si, il in­vente un nou­veau type de salle de bains, entre salle de re­pos et dres­sing, puis­qu’on y passe beau­coup de temps le soir à s’y pré­pa­rer pour un dî­ner, une soi­rée, qui de­vront mar­quer les es­prits et la sai­son.

1. 2. 3 et 4.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.