Louis Gar­rel

Mys­té­rieux, sen­suel, vi­ril, trou­blant… Les ad­jec­tifs s’amon­cellent au­tour du fa­tal sé­duc­teur Louis Gar­rel. Re­tour sur son cas, alors que sort sur les écrans Mal de pierres, de Ni­cole Gar­cia.

Infrarouge - - EDITO | SOMMAIRE - Par Oli­vier De Bruyn

À force de sé­duire et sé­duire en­core, il fal­lait bien que Louis Gar­rel fi­nisse un jour par in­ter­pré­ter un pur fan­tasme. Une sorte d’homme idéal qui, comme il se doit, jongle avec les an­to­nymes : puis­sance et fra­gi­li­té, dé­li­ca­tesse et vi­ri­li­té, évi­dence et mys­tère, on en passe… Le tout sans ja­mais don­ner l’im­pres­sion d’obéir à une quel­conque stra­té­gie. Gar­rel ou le genre sé­duc­teur qui fait mine de ne pas s’en aper­ce­voir. De quoi ai­man­ter les filles, même si le genre les énerve. Et as­su­ré­ment de quoi exas­pé­rer le mâle lamb­da, ir­ri­té par ce mec cou­vert de femmes dans ses films et dans sa vie ( Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi, Gol­shif­teh Fa­ra­ha­ni, Lae­ti­tia Cas­ta).

OB­JET RÊ­VÉ

Louis Gar­rel, pur fan­tasme ? C’est chose faite dans

Mal de pierres, de Ni­cole Gar­cia. Un film dans le­quel la ci­néaste di­rige l’ac­teur dans la peau dé­li­cate d’An­dré Sau­vage, qui traîne ses bles­sures et son vague à l’âme dans une cli­nique de la France des an­nées cin­quante. En ces lieux, Sau­vage sus­cite la pâ­moi­son d’une jeune femme, Ga­brielle, agi­tée par une sen­sua­li­té que les autres jugent « dé­bor­dante » . Ga­brielle brûle son es­prit ( et pas que) au­près de ce Sau­vage qui est à la fois homme de chair et mer­veilleux ob­jet rê­vé. Si le per­son­nage n’est peut- être pas ce­lui qu’on croit, Louis Gar­rel, lui, maî­trise de toute évi­dence la gamme com­plète du sé­duc­teur : re­belle et dan­dy, in­tel­li­gent et ani­mal, éro­tique et cé­ré­bral, doux et dur. Avec ce soup­çon de per­ver­si­té qui laisse au­gu­rer de sul­fu­reuses étreintes sous la couette. Ou des­sus… Et ça marche !

EXQUISE DÉSINVOLTURE

De­puis une dé­cen­nie, l’ac­teur sé­duit les spec­ta­trices en pro­me­nant son exquise désinvolture dans les films les plus ten­dance de l’époque. Des films dans les­quels il fait tom­ber comme des mouches les hé­roïnes qui frôlent sa sin­gu­lière per­sonne. Les co­mé­diennes se bous­culent au por­tillon pour tom­ber : Eva Green dans Les In­no­cents, de Ber­nar­do Ber­to­luc­ci, Lu­di­vine Sa­gnier et Clo­tilde Hesme dans Les Chan­sons

d’amour, de Ch­ris­tophe Ho­no­ré, Ma­rion Co­tillard dans Mal de pierres.

SUR­PRENDRE, C’EST PLAIRE

Avec sa belle gueule, son beau mètre 83 et sa belle fil­mo­gra­phie 100 % au­teu­riste, Louis Gar­rel, trente- trois ans, au­rait pu som­brer dans la ca­ri­ca­ture exas­pé­rante du beau gosse ar­ro­gant, pa­ri­sien et vain. Il a par­fois frô­lé la ligne rouge mais a échap­pé au pire : de­ve­nir l’icône d’une sai­son puis las­ser. Sur­prendre, c’est ( sou­vent) plaire. Lu­cide, l’homme, avec dis­tance et hu­mour, a em­prun­té les che­mins de tra­verse en culti­vant le se­cret – il s’ex­prime peu dans les mé­dias –, a joué ha­bi­le­ment avec son image ( sa pres­ta­tion hi­la­rante dans Mon roi, de Maï­wenn, le prouve) et, sur­tout, a ac­com­pli des choix qui prouvent qu’il ne mise pas que sur sa mine de té­né­breux ir­ré­sis­tible.

BIEN­TÔT GO­DARD

L’ an pas­sé, il a ain­si si­gné ses dé­buts de réa­li­sa­teur avec Les Deux Amis, une co­mé­die aé­rienne qui pro­hibe l’es­prit de sé­rieux. L’ an pro­chain, on le re­trou­ve­ra à l’af­fiche du Re­dou­table de Mi­chel Ha­za­na­vi­cius ( The

Ar­tist). Il y in­car­ne­ra un cer­tain Jean- Luc Go­dard, en 1966, alors que le ci­néaste de la Nou­velle Vague na­vigue amou­reu­se­ment entre An­na Ka­ri­na et Anne Wia­zem­sky, deux ac­trices, deux muses, deux beau­tés. Le film s’an­nonce comme char­meur et sty­lé, jo­li à re­gar­der et un poil mys­té­rieux. Gar­rel­lien, en quelque sorte.

Re­trou­vez Louis Gar­rel dans Mal de pierres, de Ni­cole Gar­cia, avec Ma­rion Co­tillard, sor­tie le 19 oc­tobre. Et dans Pla­ne­ta­rium de Re­bec­ca Zlo­tows­ki avec Na­ta­lie Port­man, sor­tie le 16 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.