OUI À UNE COM­MIS­SION DE DISCIPLINE POUR LES SYN­DICS

Intérêts Privés - - IMMOBILIER -

« En tant que syn­dic, je ra­chète ré­gu­liè­re­ment des ca­bi­nets tout en étant un au­di­teur des charges de copropriété. Je suis ain­si con­fron­té à la réa­li­té du tra­vail de mes confrères. Un grand nombre d’entre eux ne res­pectent pas la ré­gle­men­ta­tion, no­tam­ment le contrat de syn­dic obli­ga­toire et fac­turent donc, en plus, des sommes qui de­vraient être in­cluses dans la ges­tion cou­rante. De plus, des pra­tiques abu­sives, que l’on peut presque qua­li­fier d’es­cro­que­ries, conti­nuent à grande échelle comme, par exemple, celle qui consiste à ne pas rendre les fonds pla­cés dans les comptes d’at­tentes et que tout le monde a ou­bliés.

Le prin­cipe des ré­tro­com­mis­sions ver­sées par les en­tre­prises au syn­dic en cas de tra­vaux est éga­le­ment très im­por­tant. Autre sys­tème : cer­tains syn­dics ne versent pas la to­ta­li­té de la somme à l’en­tre­prise qui a ef­fec­tué les tra­vaux en re­né­go­ciant avec elle et gardent pour eux la dif­fé­rence entre ce qu’ont payé les co­pro­prié­taires et ce qui est ver­sé à l’en­tre­prise. Or, il n’existe au­cune struc­ture pro­fes­sion­nelle char­gée de pu­nir les syn­dics qui pra­tiquent ce genre de mal­ver­sa­tions comme ce­la existe pour les mé­de­cins ou les ar­chi­tectes. Il faut que notre pro­fes­sion la mette en place à l’oc­ca­sion de la loi et ce­la per­met­trait de res­tau­rer la re­la­tion de confiance avec les co­pro­prié­taires ».

*Pré­sident de Syn­dic Ex­perts

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.