Que pen­ser de la na­tu­ra­li­sa­tion ?

Intérêts Privés - - PRATIQUE -

La loi fran­çaise vous au­to­rise à faire em­pailler votre fi­dèle com­pa­gnon. Ren­sei­gnez-vous au­près de votre vé­té­ri­naire pour ob­te­nir les co­or­don­nées d’un taxi­der­miste agréé. Tou­te­fois, outre que c’est très oné­reux (entre 300 et 450 € pour un chat ; entre 500 et 1000 € pour un chien) et que le pro­ces­sus de na­tu­ra­li­sa­tion est très long (au moins 4 mois), ce­la peut fi­na­le­ment avoir un im­pact psychologique né­ga­tif pour ceux qui ont ai­mé l’ani­mal. « Même si le pro­fes­sion­nel a exé­cu­té un ex­cellent tra­vail d’après pho­to, le ré­sul­tat n’est for­cé­ment pas ce­lui es­comp­té. Peut-on vrai­ment re­trou­ver dans cette « pe­luche » inerte, le chien, le chat bien vi­vant ? », s’in­ter­roge Fran­çoise Gau­dron, com­por­te­men­ta­liste, spé­cia­li­sée dans la re­la­tion homme/chien et homme/chat. En outre, la na­tu­ra­li­sa­tion risque de « faire re­vivre en­core et en­core le mo­ment pé­nible du­rant le­quel le maître a lui aus­si souf­fert de voir son ani­mal ac­ci­den­té ou ma­lade et af­fai­bli, avec le risque de blo­quer chez le maître, le pro­ces­sus de deuil in­dis­pen­sable pour ac­cep­ter la mort et pou­voir re­vivre par la pen­sée les bons mo­ments en com­pa­gnie de son ani­mal fa­mi­lier ».

Le syn­di­cat des na­tu­ra­listes taxi­der­mistes de France (www.taxi­der­mistes.fr) met en ligne sur son site l’an­nuaire de ses adhé­rents. Le site « www.30mil­lions­da­mis.fr » (ru­brique « an­nuaire ») donne éga­le­ment des adresses de na­tu­ra­listes taxi­der­mistes en France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.