Edi­to­rial

Investir en Europe - - Sommaire -

Se­lon l’adage « Rome ne s’est pas faite en un seul jour », il ne faut pas ain­si s’éton­ner que la construc­tion eu­ro­péenne ne soit pas ache­vée en 57 ans. De plus, si Rome s’est construite sous la force, l’Union eu­ro­péenne se veut un pro­ces­sus pacifique sur la base d’in­té­rêts com­muns et en­ca­dré par des ins­ti­tu­tions re­le­vant des pou­voirs exé­cu­tif, lé­gis­la­tif et ju­di­ciaire.

De nom­breux pays doivent faire face aux crises fi­nan­cières et éco­no­miques, les so­lu­tions com­munes étant par­fois plus ef­fi­caces. Face aux risques de faillite ban­caire par exemple, chaque Etat a du ren­flouer les banques par des dettes na­tio­nales, rem­bour­sées par les im­pôts des contri­buables et ac­cen­tuant la crise de sur­en­det­te­ment pu­blic. Grâce à une di­rec­tive eu­ro­péenne, à par­tir du 1er jan­vier 2016, les banques en dif­fi­cul­té se­ront sou­te­nues par un Fond qu’elles au­ront-elles-mêmes fi­nan­cé (par le prin­cipe du ren­floue­ment in­terne) (1).

In­ves­tir en Eu­rope se veut être l’écho des opi­nions po­pu­laires et pro­fes­sion­nelles et de leurs at­tentes. Pour ce nu­mé­ro 1, l’équipe a in­ter­viewé les po­pu­la­tions à l’oc­ca­sion des élec­tions eu­ro­péennes ain­si que les agences immobilières es­pa­gnoles sur la crise.

Pour­quoi de­vrions-nous li­mi­ter nos modes de rai­son­ne­ment aux fron­tières na­tio­nales tan­dis que nous sommes dans un mar­ché com­mun et une union po­li­tique de 28 pays membres ? In­ves­tir en Eu­rope n°1 pré­sente des com­pa­rai­sons de mar­chés de l’im­mo­bi­lier, de sa­laires, de pro­blèmes de sur­en­det­te­ment pu­blic ain­si que des ac­tua­li­tés en Ukraine, Es­to­nie, Al­le­magne, Groen­land.

N’hé­si­tez pas à nous don­ner vos avis sur l’Eu­rope. Bonne lec­ture.

Jeanne Ri­va, rédactrice en chef d’In­ves­tir en Eu­rope

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.