Une so­lu­tion pour faire bais­ser l’en­semble des pré­lè­ve­ments obli­ga­toires et sor­tir de la crise en Union eu­ro­péenne

Investir en Europe - - Som­maire | Contents - Jeanne Ri­va

Pour sor­tir de la crise, peut­être fau­drait­il in­ver­ser les po­li­tiques ac­tuelles en Union eu­ro­péenne ?

To over­come the cri­sis, maybe it would be ne­ces­sa­ry to re­verse the cur­rent po­li­cies in Eu­ro­pean Union?

Une ré­forme fis­cale et so­ciale glo­bale pour faire di­mi­nuer l’en­semble des ni­veaux de pré­lè­ve­ments obli­ga­toires dans les 28 pays membres de l’UE sous la barre des 1/3 du PIB y com­pris bud­get eu­ro­péen et sor­tir de la crise(

1)

Are­form to­de­crea­seall­le­vel­sof­taxand so­cial­se­cu­ri­ty­con­tri­bu­tions in the28EU­mem­bers­ta­tes­be­low1/3ofGDPin­clu­dingEU­bud­ge­tan­do­ver­co­me­the­cri­sis(

1)

Par ef­fet de synergie et d’ef­fi­cience avec un meilleur par­tage des com­pé­tences entre Union eu­ro­péenne (UE) et Etats­membres, payer moins d’im­pôt en Eu­rope sans re­non­cer au mo­dèle d’Etat pro­vi­dence est pos­sible (1).

Le ni­veau de pré­lè­ve­ments obli­ga­toires moyen en Union eu­ro­péenne des 28 est de 40,6% du PIB en 2012 (2). En France, il était de 34,1% en 1970 (3) et 47% en 2012 (2). Cette évo­lu­tion crois­sante des re­cettes pu­bliques (im­pôts et co­ti­sa­tions so­ciales) est si­mi­laire dans tous les pays riches puisque le taux de pré­lè­ve­ments obli­ga­toires des pays de l’OCDE est pas­sé de 25,4% du PIB en 1965 à 38,4% en 2009, mais dans des pro­por­tions plus rai­son­nables qu’en Ita­lie (44,3%), en France (47%), en Bel­gique (48%), en Au­triche (44,8%) pour­tant pays sur­en­det­tés avoi­si­nant les 100% du PIB en termes de dette pu­blique (91,9% du PIB la dette pu­blique moyenne des 19 pays de la zone Eu­ro en 2014, Ita­lie 132,1%, Bel­gique 106,5%, France 95%, Au­triche 84,5%)(4). La crise a certes ac­cen­tué les dé­fi­cits bud­gé­taires et ain­si la dette pu­blique mais les dé­rives bud­gé­taires sont an­ciennes (en France de­puis 1975 tous les bud­gets an­nuels ont été vo­tés en dé­fi­cits) et les ré­formes in­suf­fi­santes, non adap­tées au contexte de mon­dia­li­sa­tion, glo­ba­li­sa­tion fi­nan­cière, vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion, l’ère nu­mé­rique, crois­sance des éco­no­mies émer­gentes et autres évo­lu­tions met­tant fin aux concepts de ter­ri­to­ria­li­té fer­mé et de po­li­tiques na­tio­nales in­opé­rantes. D’après la Cour des comptes (5), la si­tua­tion va s’ag­gra­ver en France si au­cune ré­forme n’est in­tro­duite. Se­lon les pré­vi­sions d’ici 2020 (6), la dette pu­blique fran­çaise pour­rait at­teindre entre 110% et 140% du PIB avec des hy­po­thèses de taux de crois­sance an­nuels de 2,6% à 1,5%. By sy­ner­gism ef­fect and ef­fi­cien­cy with bet­ter sha­ring of res­pon­si­bi­li­ties bet­ween EU and Mem­ber States, to pay less tax in Eu­rope wi­thout sa­cri­fi­cing wel­fare state mo­del is pos­sible(1).

The ave­rage le­vel of tax and so­cial se­cu­ri­ty contri­bu­tions in the EU 28 is 40.6% of GDP in 2012 (2). In France it was 34.1% in 1970 (3) and 47% in 2012 (2). This gro­wing trend of go­vern­ment re­ve­nue is si­mi­lar in all the rich coun­tries of OECD. It in­crea­sed from 25.4% of GDP in 1965 to 38.4% in 2009. But some States in­crea­sed a lot as in Ita­ly (44.3%), France (47%), Bel­gium (48%), Aus­tria (44.8%) and, in the same time, in­crea­sed al­so their pu­blic debt around 100% of GDP (91, 9% of GDP the ave­rage pu­blic debt of the 19 mem­ber States of the Eu­ro zone in 2014, 132.1% Ita­ly, Bel­gium 106.5%, France 95%), Aus­tria 84.5%) (4). The cri­sis has cer­tain­ly exa­cer­ba­ted bud­get de­fi­cits and pu­blic debt and overs­pen­ding but this in­deb­ted­ness starts be­fore the cur­rent cri­sis (in France since 1975, all the an­nual bud­gets have been vo­ted de­fi­cits) be­cause of in­suf­fi­cient re­forms, not adap­ted to the context of glo­ba­li­za­tion, fi­nan­cial glo­ba­li­za­tion, aging of the po­pu­la­tion, the di­gi­tal age, growth in emer­ging eco­no­mies and other de­ve­lop­ments en­ding the ter­ri­to­ria­li­ty concept and na­tio­nal po­li­cies iso­la­ted. Ac­cor­ding to the Au­dit of­fice (5), the si­tua­tion will get worse in France if no re­forms are in­tro­du­ced. Fo­re­casts to 2020 (6), the French pu­blic debt could reach 110% and 140 % of GDP with an­nual growth rate as­sump­tions from 2.6% to 1.5%.

Tou­te­fois, l’en­det­te­ment pour­rait at­teindre ce­lui de la Grece si ces éva­lua­tions prennent en compte un taux de crois­sance de 0,5% cor­res­pon­dant à la si­tua­tion de ces der­nières an­nées. Il est illu­soire de croire qu’un pays comme la Grèce ou la France peuvent sor­tir d’une si­tua­tion de sur­en­det­te­ment pu­blic en in­tro­dui­sant des po­li­tiques de ri­gueur ag­gra­vant la ré­ces­sion et le chô­mage et ain­si di­mi­nuant les re­cettes fis­cales et so­ciales tout en conti­nuant de s’en­det­ter plus. Ho­we­ver, the debt could reach the cur­rent Greek si­tua­tion if such as­sess­ments take in­to ac­count a growth rate of 0.5 % cor­res­pon­ding to the si­tua­tion in recent years. It is illu­so­ry to be­lieve that a coun­try such as Greece or France can solve a si­tua­tion of pu­blic in­deb­ted­ness by in­tro­du­cing aus­te­ri­ty po­li­cies which ag­gra­vate the re­ces­sion and unemployment and thus re­du­cing the tax and so­cial se­cu­ri­ty re­ve­nues while conti­nuing to in­crease pu­blic debt.

Sur les quatre postes de dé­penses bud­gé­taires na­tio­nales les plus im­por­tants, trois peuvent être di­mi­nués si cer­taines ré­formes sont mises en place.

Il s’agit de la pro­tec­tion so­ciale, de la dé­fense et des charges d’in­té­rêt d’em­prunt (le qua­trième poste le plus coû­teux ne peut être di­mi­nué, l’édu­ca­tion pu­blique, mais son ef­fi­cience peut tou­te­fois être ima­gi­née dans des cadres na­tio­naux et lo­caux, ce qui ne se­ra pas trai­té dans cet ar­ticle). D’autres postes de dé­penses peuvent aus­si contri­buer à faire di­mi­nuer les dé­penses pu­bliques comme les af­faires ex­té­rieures et l’éner­gie.

Ré­formes pour faire bais­ser l’en­semble des taux d’im­po­si­tion fis­caux et so­ciaux propres à gé­né­rer plus de re­cettes

Di­mi­nuer les taux d’im­po­si­tion tout en gé­né­rant des re­cettes fis­cales et so­ciales suf­fi­santes pour main­te­nir le ser­vice pu­blic et les sys­tèmes de pro­tec­tion so­ciale dans le contexte d’in­ver­sion de la py­ra­mide des âges est pos­sible. Il suf­fit de mettre en place une ré­forme fis­cale plus ef­fi­cace, te­nant ain­si compte des prin­cipes fis­caux sui­vants (7) :

1­Une ef­fi­cience fis­cale

Un meilleur ren­de­ment est ob­te­nu en ap­pli­quant une as­siette large et des taux bas car plus il y a de contri­buables qui paient plus les mon­tants à payer peuvent être bas et plus les mé­nages et les en­tre­prises sont fa­vo­rables à le payer. Les re­cettes de l’im­pôt sur le re­ve­nu en Al­le­magne sont de 239,290 mil­liards d’eu­ros et en France de 50,677 mil­liards d’eu­ros (9). Pour­tant, les ba­rèmes sont proches (de 0% pour les re­ve­nus in­fé­rieurs à 5.875€/an à 40% en France et de 0% pour les re­ve­nus in­fé­rieurs à 7.834€/an à 45% en Al­le­magne). Ce qui dif­fère, c’est l’in­tro­duc­tion du quo­tient fa­mi­lial éle­vé pour un cer­tain nombre de mé­nages en France, des ni­veaux de sa­laires pour les em­plois qua­li­fiés plus éle­vés en Al­le­magne, un taux d’em­ploi bien su­pé­rieur en Al­le­magne aus­si, et de nom­breux cas d’ex­pa­tria­tion (ex­pli­quant ain­si que les re­cettes de l’im­pôt sur le re­ve­nu ont di­mi­nué de 50% en 20 ans en France) (8) et de dé­lo­ca­li­sa­tion en France (l’in­dus­trie et l’éner­gie ne contri­bue que pour 13,6% de la va­leur ajou­tée en France contre 25% en Al­le­magne)(9).

Among the four most im­por­tant po­si­tions in na­tio­nal bud­ge­ta­ry ex­pen­di­tures, th­ree can be re­du­ced if cer­tain re­forms are set up.

This is so­cial se­cu­ri­ty, De­fense and loads of debt in­ter­est (the fourth most ex­pen­sive post can’t be de­crea­sed , pu­blic edu­ca­tion ). Other ex­pen­di­ture items can al­so help to re­duce pu­blic spen­ding as fo­rei­gn af­fairs and ener­gy.

Re­forms to de­crease all tax and cor­po­rate tax rates spe­ci­fic to ge­ne­rate more re­ve­nue

Re­duce tax rates while ge­ne­ra­ting suf­fi­cient tax and so­cial se­cu­ri­ty re­ve­nue to main­tain the pu­blic ser­vice and so­cial pro­tec­tion sys­tems in the context of re­ver­sal of the age py­ra­mid is pos­sible. It needs to set up a more ef­fec­tive tax re­form, and ta­king in­to ac­count the fol­lo­wing tax prin­ciples (7):

1­A tax ef­fi­cien­cy

Best per­for­mance is ob­tai­ned by ap­plying a broad base and low rates be­cause the more tax­payers paying more tax amounts may be lo­wer and more hou­se­holds and bu­si­nesses are in fa­vor to pay it. The re­ve­nue of the in­come tax in Ger­ma­ny are 239.290 bil­lion eu­ros and in France of 50.677 bil­lion eu­ros (9). But the scales are close (0% for in­come be­low € 5,875 / year to 40% in France and 0% for in­come be­low € 7,834 / year to 45% in Ger­ma­ny). What dif­fers is the in­tro­duc­tion of high fa­mi­ly quo­tient for a num­ber of hou­se­holds in France, wage le­vels for hi­gher skilled jobs in Ger­ma­ny, a much hi­gher em­ploy­ment rate in Ger­ma­ny too, and ma­ny ex­pa­tria­tion (re­ve­nue from in­come tax de­crea­sed by 50% in 20 years in France) (8) and re­lo­ca­tion from France (in­dus­try and ener­gy contri­butes on­ly 13, 6% of va­lue ad­ded in France against 25% in Ger­ma­ny) (9). (1)Jeanne Ri­va, Eu­rope à géo­mé­trie va­riable, L’Har­mat­tan, Pa­ris, 2013. (2)IN­SEE, Poids des pré­lè­ve­ments obli­ga­toires au sein de l’Union eu­ro­péenne en 2012/ tax and so­cial contri­bu­tions. (3)www.vie­pu­blique. fr, les res­sources de l’Etat, 07/06/2013. (4)Eu­ro­stat, Dette pu­blique brute en % PIB en 2014. (5) Cour des comptes (Au­dit Of­fice), Rap­port pu­blic thé­ma­tique « Les pré­lè­ve­ments fis­caux et so­ciaux en France et en Al­le­magne », mars 2011/Tax and so­cial contri­bu­tions in France and Ger­ma­ny. (6) P. Champ­saur et J­P Co­tis, Rap­port sur la si­tua­tion des fi­nances pu­bliques, avril 2010. (7) Jeanne Ri­va, In­tro­duc­tion à l’éco­no­mie, El­lipses, 2015. (8) D’après la Cour des comptes, l’IR ne re­pré­sente plus que 2,59% du PIB en France en 2008. (9) Eu­ro­stat 2008 sur la dé­com­po­si­tion de la va­leur ajou­tée.

In­tro­duire un im­pôt sym­bo­lique mais à forte ren­ta­bi­li­té (as­siette large et taux très bas) pour toutes les per­sonnes adultes vi­vant dans l’Union eu­ro­péenne, même les plus pauvres, de 2eu­ros, per­met­trait une ren­trée fis­cale de 873,8 mil­lions d’eu­ros par an (10). Aus­si, les sys­tèmes de pro­tec­tion so­ciale fi­nan­cés sur le mo­dèle al­le­mand (du nom de son in­ven­teur Bis­mark) par les co­ti­sa­tions sa­la­riales non seule­ment han­di­capent la com­pé­ti­ti­vi­té des en­tre­prises vis­à­vis des pays émer­gents aux fis­ca­li­tés allégées mais éga­le­ment le pou­voir d’achat des sa­la­riés car les ni­veaux de sa­laires sont bas du fait de ce coût éle­vé du tra­vail. L’idéal se­rait d’in­tro­duire une base uni­ver­selle comme au Royaume­Uni (du nom de son in­ven­teur Be­ve­ridge) avec une cou­ver­ture so­ciale mi­ni­male pour tous et d’y ajou­ter deux autres pi­liers, l’un pri­vé l’autre pu­blic (1). La Cour des comptes fran­çaise en 2011 sug­gé­rait un « al­lè­ge­ment re­la­tif à la taxa­tion por­tant sur le tra­vail » (5).

2­Une neu­tra­li­té éco­no­mique de l’im­pôt

Elle né­ces­site de la clar­té et de la trans­pa­rence au­quel cas les mé­nages n’ont pas la pos­si­bi­li­té de connaître leur pou­voir d’achat et les en­tre­prises n’an­ti­cipent pas leurs marges,

3­Un rap­port im­pôt­ser­vice ren­du ac­cep­table par le contri­buable

Une ac­cep­ta­tion des mé­nages et des en­tre­prises du prix à payer pour ser­vices pu­blics ren­dus est in­dis­pen­sable. Beau­coup d’éva­sion fis­cale, de dé­lo­ca­li­sa­tion et de tri­che­rie sont le ré­sul­tat d’un sys­tème eu­ro­péen trop coû­teux et, en plus, pas tou­jours jus­ti­fié. Si les pré­lè­ve­ments obli­ga­toires bais­saient de fa­çon dras­tique, beau­coup de ca­pi­taux et ain­si de contri­buables re­vien­draient, ce qui équi­li­bre­rait les comptes.

4­Une règle d’équi­libre bud­gé­taire

Deux des cri­tères de con­ver­gence du trai­té de Maas­tricht de 1993 ont été re­pris par le Pacte de sta­bi­li­té et de crois­sance de 1998 en im­po­sant une li­mite en termes de dé­fi­cit bud­gé­taire (3% du PIB) et d’en­det­te­ment pu­blic (60% du PIB) aux Etats membres de l’UE et ren­for­cés par le pacte bud­gé­taire de 2014(11). Tou­te­fois, non seule­ment bon nombre des Etats dé­passent ces ra­tios mais, en plus, un dé­fi­cit bud­gé­taire de 3% du PIB an­nuel ac­croit la dette pu­blique du fait qu’il y a une crois­sance faible in­fé­rieure à 2% et, dans des pays comme la France, entre 0 et 1%. In­tro­duce a sym­bo­lic tax but ef­fi­cient (broad base and low rate) for all adults li­ving in the Eu­ro­pean Union, even the poo­rest, 2eu­ros, could al­low a tax re­turn of EUR 873.8 mil­lion per year (10). Al­so, so­cial se­cu­ri­ty sys­tems fi­nan­ced on the Ger­man mo­del (na­med Bis­mark) by em­ployee contri­bu­tions not on­ly slow­down com­pe­ti­ti­ve­ness fa­cing com­pa­nies of emer­ging coun­tries ea­sed the tax sys­tems, but al­so the pur­cha­sing po­wer of em­ployees as wages le­vels are low due to the high cost of la­bor. The ideal would be to in­tro­duce a uni­ver­sal ba­sis as UK (na­med Be­ve­ridge) with mi­ni­mum so­cial se­cu­ri­ty for all ci­ti­zens and to add two other pillars, one pri­vate the other pu­blic (1) . The French Au­dit Of­fice in 2011 sug­ges­ted a "la­bor tax re­lief" (5).

2­An eco­no­mic neu­tra­li­ty tax

It re­quires sim­pli­ci­ty and trans­pa­ren­cy in which case the hou­se­holds do not have the op­por­tu­ni­ty to know their pur­cha­sing po­wer and bu­si­nesses do not an­ti­ci­pate their pre­tax mar­gins.

3­A Tax ac­cep­table by the tax­payer in ac­cor­dance to the price to pay pu­blic ser­vices

Price ac­cep­tance of hou­se­holds to pay for pu­blic ser­vices is es­sen­tial. Ma­ny tax eva­sion, exo­dus of ca­pi­tal, re­lo­ca­tion and chea­ting are the re­sult of an Eu­ro­pean sys­tem too ex­pen­sive and, in ad­di­tion, not al­ways jus­ti­fied. If the tax and so­cial se­cu­ri­ty contri­bu­tions lo­we­red dras­ti­cal­ly, in­ves­tors would come back and be­come tax­payers, which would ba­lance the ac­counts.

4­A ba­lan­ced bud­get rule

The 1993 Maas­tricht Trea­ty streng­the­ned by the 1998 Pact of Sta­bi­li­ty and Growth im­po­sed a li­mit in terms of bud­get de­fi­cit (3% of GDP) and pu­blic debt (60% of GDP) and streng­then­ded by the 2014 Bud­get Pact. Ho­we­ver, ma­ny of the EU Mem­ber States ex­ceed these ra­tios but al­so a bud­get de­fi­cit of 3% of an­nual GDP in­creases pu­blic debt be­cause it is a low growth be­low 2% and, in Coun­tries such as France, bet­ween 0 and 1%. (10) Sur les 514 mil­lions de per­sonnes vi­vant dans l’Union eu­ro­péenne, on sous­trait les moins de 18 ans, soit 15,5% de la po­pu­la­tion, seuls 436,9 mil­lions de per­sonnes paie­raient 2eu­ros. Among the 514 mil­lion people li­ving in the Eu­ro­pean Union, sub­tract the age of 18 (15.5 % of the po­pu­la­tion), on­ly 436.9 mil­lion people would pay 2eu­ros . (11)Trai­té sur la sta­bi­li­té, la co­or­di­na­tion et la gou­ver­nance/Trea­ty on Sta­bi­li­ty, Co­or­di­na­tion and Go­ver­nance.

Les Etats membres de l’UE ont dé­ci­dé une règle d’équi­libre au bud­get eu­ro­péen alors qu’au­cun d’entre eux ne se l’im­posent. Tout bud­get, hors in­ves­tis­se­ment ou crise, de­vrait être vo­té en équi­libre ou ex­cé­dent.

5­Un contrôle ef­fi­cient

Il est plus ai­sé d’ef­fec­tuer des re­dres­se­ments fis­caux sur les PME et les en­tre­pre­neurs dis­po­sant de tra­ça­bi­li­té ban­caire. Tou­te­fois, ces contrôles de­vraient te­nir compte d’une ca­pa­ci­té de rem­bour­se­ment du contri­buable et non être axé sur des pé­na­li­tés et des bases de cal­cul en dé­fa­veur du contri­buable (non prise en compte de nom­breux types de jus­ti­fi­ca­tifs) cau­sant sou­vent des faillites per­son­nelles et d’en­tre­prises.

Ré­formes pour faire bais­ser les charges d’in­té­rêt d’em­prunt

Il faut mo­di­fier l’ar­ticle 123 du trai­té de Lis­bonne(12) et mieux en­ca­drer le cré­dit. L’ar­ticle 123 in­ter­dit les banques cen­trales na­tio­nales et la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) d’ap­por­ter un sou­tien fi­nan­cier aux ad­mi­nis­tra­tions, col­lec­ti­vi­tés lo­cales et toutes en­ti­tés pu­bliques. Cet ar­ticle a conduit les mai­ries, les hô­pi­taux pu­blics et les ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques à s’en­det­ter à des taux de mar­ché comme tout ci­toyen ou en­tre­prise pri­vée au­près des banques ou des mar­chés fi­nan­ciers avec les consé­quences in­duites par tout sur­en­det­te­ment lorsque les charges de rem­bour­se­ment d’em­prunt de­viennent trop éle­vées et risques de faillite des banques lorsque les dé­fauts de rem­bour­se­ment ar­rivent (cas de la faillite de Dexia en 2011 qui avait prê­té à 5000 col­lec­ti­vi­tés lo­cales et en­ti­tés pu­bliques fran­çaises par­fois à taux va­riables qui se sont éle­vés jus­qu’à 14% ; né­ces­saire sou­tien des banques par des prêts pu­blics en rai­son de dé­fauts de paie­ments de prêts hy­po­thé­caires pri­vés et de dettes sou­ve­raines no­tam­ment grecque,…). Si de­puis 2010, la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) ra­chète des dettes pu­bliques, elle ne re­né­go­cie pas les taux. Ain­si, il fau­drait ap­pli­quer des taux bas (1%) aux pays sur­en­det­tés et pour tous pro­jets d’in­ves­tis­se­ments pu­blics sous condi­tion d’in­tro­duc­tion de ré­formes ef­fi­cientes. The EU Mem­ber States agreed a rule of ba­lance to the EU bud­get so that none of them would dic­tate for their own bud­get. Any na­tio­nal bud­gets, ex­clu­ding in the cases of in­vest­ment or cri­sis, should be vo­ted in ba­lance or sur­plus.

5­An ef­fi­cient control

It is ea­sier to make tax ad­just­ments on lit­tle com­pa­nies or bu­si­ness­men with bank tra­cea­bi­li­ty. Ho­we­ver, these controls should take in­to ac­count of a tax­payer's abi­li­ty to re­pay and not fo­cus on pe­nal­ties and cal­cu­la­tion bases to the de­triment of the tax­payer (not ta­king in­to ac­count ma­ny types of re­ceipts) of­ten cau­sing ban­krupt­cies and bu­si­nesses.

Re­forms to lo­wer costs of debt in­ter­est

It should amend Ar­ticle 123 of the Lis­bon Trea­ty(12) and bet­ter re­gu­late the cre­dit. Sec­tion 123 pro­hi­bits na­tio­nal cen­tral banks and the Eu­ro­pean Cen­tral Bank (ECB) to pro­vide fi­nan­cial sup­port to go­vern­ments, lo­cal au­tho­ri­ties and all pu­blic bo­dies. This ar­ticle led town coun­cils, pu­blic hos­pi­tals and pu­blic ad­mi­nis­tra­tions to bor­row at mar­ket rates like any ci­ti­zen or pri­vate com­pa­ny from banks or fi­nan­cial mar­kets with the con­se­quences in­du­ced by any in­deb­ted­ness when loads re­pay­ment of debt be­come too high and risk of bank fai­lures when loan de­faults hap­pen (the case of ban­krupt­cy of Dexia in 2011 who lent 5000 French lo­cal au­tho­ri­ties and pu­blic en­ti­ties so­me­times va­riable rates which amoun­ted to 14%; sup­port nee­ded banks by pu­blic loans be­cause of de­fects pay­ments of pri­vate mort­gages and par­ti­cu­lar­ly Greek so­ve­rei­gn debt, ...). If since 2010 the Eu­ro­pean Cen­tral Bank ( ECB) buys go­vern­ment debt, it does not re­ne­go­tiate in­ter­est rates. Thus, ap­ply low in­ter­est rates (1%) to in­deb­ted coun­tries and all pu­blic in­vest­ment pro­jects in condi­tion of ef­fi­cient re­forms could be a way to over­come the cri­sis.

(12)Le trai­té de Lis­bonne est en­tré en vi­gueur le 01/12/2009, mais l’ar­ticle 123 a re­pris l’ar­ticle 104 du trai­té de Maas­tricht de 1993/The Lis­bon Trea­ty en­te­red in­to force on 01/12/2009, but Ar­ticle 123 has ta­ken Ar­ticle 104 of the 1993 Maas­tricht Trea­ty.

Ré­formes pour faire bais­ser le poste de la Dé­fense Dé­jà en 1950 le pré­sident fran­çais du Conseil pro­po­sait la mise en place d’une Eu­rope po­li­tique (Plan Ple­ven) qui se concré­ti­sa en 1952 par la si­gna­ture du trai­té de Com­mu­nau­té eu­ro­péenne de dé­fense des six Etats membres de la Com­mu­nau­té eu­ro­péenne du Char­bon et de l’Acier (CECA)(13) pré­voyant une ar­mée eu­ro­péenne com­mune et l’ins­tau­ra­tion d’une Com­mu­nau­té po­li­tique eu­ro­péenne, mais re­je­té par les dé­pu­té Fran­çais en 1954. Les trois pays qui dé­ga­ge­raient la plus forte baisse de dé­pense bud­gé­taire se­raient la France, le Royaume­Uni et la Grèce. Aus­si, un autre as­pect de la ré­forme jus­ti­fie­rait la mise en place d’une ar­mée mul­ti­na­tio­nale. Elle né­ces­si­te­rait moins d’hommes mais aus­si une for­ma­tion com­mune en es­pace ou­vert face à des conflits per­ma­nents. Se­lon le gé­né­ral V. De­sportes, il faut « pen­ser au­tre­ment », in­tro­duire une « in­ter­opé­ra­bi­li­té » en tant que « com­pré­hen­sion mu­tuelle, c'est­à­dire une ques­tion de proxi­mi­té cultu­relle et de com­pa­ti­bi­li­té des doc­trines » (14). Il s’agi­rait ain­si de mettre en place un sys­tème fis­cal py­ra­mi­dal avec des éche­lons fé­dé­raux, na­tio­naux et lo­caux ne dé­pas­sant pas 33% du PIB avec des règles com­munes. Les règles de saine ges­tion pu­blique de­vraient consis­ter à ne pas vo­ter des bud­gets en dé­fi­cit et ne pas dé­pas­ser 50% du PIB de dette pu­blique (lors­qu’il n’y a pas de contexte de crise) ou en­core des contrôles fis­caux et so­ciaux plus ef­fi­cients et res­pec­tant les prin­cipes de pro­por­tion­na­li­té, de ca­pa­ci­té de rem­bour­se­ment et de contexte éco­no­mique. Aus­si, les pro­jets d’in­ves­tis­se­ments pu­blics por­teurs en crois­sance, em­plois et dé­ve­lop­pe­ment du­rable ain­si que les aides ponc­tuelles liées à des ca­tas­trophes éco­no­miques ou en­vi­ron­ne­men­tales de­vraient trou­ver un sou­tien fi­nan­cier par la BCE ou les banques cen­trales na­tio­nales se­lon leurs por­tées à des taux d’in­té­rêt ne dé­pas­sant pas 1%. Si vous vou­lez ré­agir à ce dos­sier, sou­hai­tez qu’il fasse l’ob­jet d’une Ini­tia­tive ci­toyenne eu­ro­péenne ou que l’on fasse part de vos com­men­taires par exemple, écri­vez­nous à eu­ro­peen­pa­ral­lele@ya­hoo.fr Re­forms to bring down the De­fense bud­get Al­rea­dy in 1950, the French Pre­sident of the Coun­cil pro­po­sed the es­ta­blish­ment of a po­li­ti­cal Eu­rope (Ple­ven Plan) that ma­te­ria­li­zed in 1952 by the Eu­ro­pean Com­mu­ni­ty of De­fense Trea­ty si­gned by the six mem­ber States of the Eu­ro­pean Com­mu­ni­ty of Coal and Steel (13) pro­vi­ding for a com­mon Eu­ro­pean ar­my and the es­ta­blish­ment of an Eu­ro­pean Po­li­ti­cal Com­mu­ni­ty, but re­jec­ted by French de­pu­ties in 1954. Th­ree States would re­lease the big­gest de­cline in bud­ge­ta­ry ex­pen­di­ture would be France, the Uni­ted King­dom and Greece. Al­so, ano­ther as­pect of the re­form would jus­ti­fy to set up a mul­ti­na­tio­nal ar­my. It re­quires fe­wer men but al­so a com­mon trai­ning in open space fa­cing per­ma­nent conflicts. Ac­cor­ding to Ge­ne­ral V. De­sportes , we must " think dif­fe­rent­ly " in­tro­duce "in­ter­ope­ra­bi­li­ty" as " mu­tual un­ders­tan­ding, that is to say, a ques­tion of proxi­mi­ty and cultu­ral com­pa­ti­bi­li­ty of doc­trines" (14). It would be well to set up a py­ra­mid tax sys­tem with fe­de­ral, state and lo­cal le­vels not ex­cee­ding 33% of GDP with com­mon rules. The rules of good go­ver­nance should be not to vote the bud­gets in de­fi­cit and not ex­ceed 50% of the pu­blic debt of GDP (in the context of sta­bi­li­ty) and more ef­fi­cient tax and so­cial au­dit and res­pec­ting the prin­ciples of pro­por­tio­na­li­ty, re­pay­ment ca­pa­ci­ty and context Eco­no­mic. Al­so, hol­ders of pu­blic in­vest­ment pro­jects in growth, em­ploy­ment and sus­tai­nable de­ve­lop­ment as well as spe­ci­fic aid lin­ked to eco­no­mic or en­vi­ron­men­tal di­sas­ters should find fi­nan­cial sup­port by the ECB or na­tio­nal cen­tral banks at in­ter­est rates not ex­cee­ding 1%. Let us know how you react on those is­sues, if you want to sup­port an Eu­ro­pean Ci­ti­zens' Ini­tia­tive or just com­ment our ar­ticles, write to eu­ro­peen­pa­ral­lele@ya­hoo.fr (13) Al­le­magne, Bel­gique, France, Ita­lie, Luxem­bourg, PaysBas/ Ger­ma­ny, Bel­gium, France, Ita­ly, Luxem­bourg, Ne­ther­lands. (14)Gé­né­ral Vincent De­sportes, Pen­ser au­tre­ment (think other­wise), la guerre pro­bable (the pro­bable war), Eco­no­mi­ca, 2008.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.