Jeanne Ri­va, ré­dac­trice en chef/ Edi­to­rial

Investir en Europe - - Editorial -

L’an­née 2015, pour les Fran­çais et les Belges, est sy­no­nyme d’at­ten­tats ter­ro­ristes is­la­mistes, pour les Al­le­mands et les Sué­dois, de vio­lences per­pé­trées contre les femmes par la vague mi­gra­toire no­tam­ment de Sy­riens. Le ter­ro­risme, l’is­la­misme ra­di­ca­li­sé est dans l’es­prit de tous en Eu­rope et les pro­blèmes sous­ja­cents, jus­qu’ici peu trai­tés, de­meurent une énigme. Les par­tis ex­tré­mistes de droite ex­ploitent ce contexte pour exa­cer­ber la haine en­vers les im­mi­grés. La dé­gra­da­tion des quar­tiers po­pu­laires, gé­né­ra­le­ment à très forte concen­tra­tion de per­sonnes d’Afrique, du Moyen­Orient ou du Proche­Orient prin­ci­pa­le­ment, ne date pas d’hier et cette réa­li­té oc­culte les ef­fets po­si­tifs de ceux qui se sont in­té­grés. Jus­qu’à pré­sent, les ré­fu­giés, per­sonnes ne pou­vant pas ren­trer dans leurs do­mi­ciles et/ou leurs pays pour des mo­tifs po­li­tiques ou en­vi­ron­ne­men­taux, sont pris en charge dans des camps gé­rés par une an­tenne de l’Or­ga­ni­sa­tion des Na­tions Unies sur place ou dans un pays fron­ta­lier. Alors, sur les 57 mil­lions de ré­fu­giés ac­tuels, pour­quoi 1 mil­lion d’entre eux sont ve­nus en Eu­rope ? Avec la rente pé­tro­lière pro­ve­nant de pays (Ara­bie­saou­dite, Qa­tar par exemple) du car­tel pé­tro­lier et ajou­tant à ce­la les re­cettes is­sues des puits de pé­trole «dé­ro­bés» en Sy­rie et en Irak, la spo­lia­tion d’ob­jets ap­par­te­nant aux po­pu­la­tions dé­lo­gées, l’Etat Is­la­miste a pu fi­nan­cer cette vague mi­gra­toire pour y en­voyer quelques uns de ses mer­ce­naires et leurs fi­nances sont en­core im­por­tantes. Si la COP21 (Confé­rence des Na­tions unies sur le chan­ge­ment cli­ma­tique) rap­pe­lait en plus l’ur­gence de ra­len­tir les ef­fets dé­vas­ta­teurs de la pol­lu­tion sur notre pla­nète, un des en­jeux est un fort ac­crois­se­ment du nombre de ré­fu­giés à ve­nir. Ac­tuel­le­ment, le pro­blème des ré­fu­giés est loin d’être ré­glé, mais ce­lui des mi­grants éco­no­miques dé­jà in­té­grés en Eu­rope non plus et il faut s’at­tendre à voir les pro­blèmes mi­gra­toires s’ac­croître du fait du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique et de la non ré­so­lu­tion des conflits po­li­tiques dans un très grand nombre de pays. Les po­pu­la­tions veulent de la sé­cu­ri­té avant tout, du tra­vail aus­si, les en­tre­prises s’en­ri­chir et les po­li­tiques être ré­élus. Mais ac­tuel­le­ment, rien n’est mis en place en pro­por­tion aux pro­blèmes à ve­nir car les échelles tem­po­relles et spa­tiales ne sont pas les mêmes. Les ob­jec­tifs des po­pu­la­tions, des en­tre­prises et des po­li­tiques sont à court terme et lo­ca­li­sés dans une sphère na­tio­nale. Les en­jeux du XXIe siècle né­ces­sitent des in­ves­tis­se­ments avec des ef­fets à plus ou moins long terme et des dé­ci­sions sur une échelle à la fois lo­cale, ré­gio­nale et trans­na­tio­nale. The year 2015, for the French and the Bel­gians, is sy­no­ny­mous with Is­la­mist ter­ro­rist at­tacks, the Ger­mans and Swedes, vio­lence per­pe­tra­ted against wo­men by the mi­gra­to­ry wave es­pe­cial­ly Sy­rians. Ter­ro­rism, ra­di­ca­li­zed Is­la­mism is in the minds of eve­ryone in Eu­rope and the un­der­lying pro­blems, un­til now are not real­ly ta­ken in­to ac­count and re­main an enig­ma. Ex­treme right par­ties are ex­ploi­ting this context to exa­cer­bate ha­tred to­wards im­mi­grants. The de­gra­da­tion of wor­king­class dis­tricts, usual­ly at ve­ry high concen­tra­tion of people from Afri­ca, the Middle East or the Middle East main­ly, that’s no­thing new, and that rea­li­ty obs­cures the po­si­tive ef­fects of those who are in­te­gra­ted. So far, re­fu­gees, people who can’t re­turn to their homes and/or coun­try for po­li­ti­cal or en­vi­ron­men­tal rea­sons, are sup­por­ted in camps ma­na­ged by a branch of the Uni­ted Na­tions in the coun­try or in a neigh­bo­ring coun­try. So, among the 57 mil­lion re­fu­gees, why 1 mil­lion of them came to Eu­rope? With oil re­ve­nues from coun­tries (Sau­di Ara­bia, Qa­tar, for example) of the oil car­tel and ad­ding to that the re­ve­nue from oil wells sto­len in Sy­ria and Iraq, the sale of ob­jects be­lon­ging to people evic­ted, the Is­la­mist State could fi­nance the wave of mi­gra­tion to send them some of its mer­ce­na­ries and it still have a lot of mo­ney. If the COP21 (Uni­ted Na­tions confe­rence on cli­mate change) re­cal­led more ur­gen­cy to slow the de­vas­ta­ting ef­fects of pol­lu­tion on our planet, one of the is­sues is a sharp in­crease in the num­ber of re­fu­gees co­ming. At present , the re­fu­gee pro­blem is far from be re­sol­ved, but that of eco­no­mic mi­grants al­rea­dy in­te­gra­ted in Eu­rope ei­ther and it must be ex­pec­ted that mi­gra­tion pro­blems will in­crease due to cli­mate war­ming and not re­so­lu­tion of po­li­ti­cal conflicts in a ma­ny coun­tries in Afri­ca, the Near East and the Middle East in par­ti­cu­lar. People want se­cu­ri­ty above all, work well, com­pa­nies get rich and po­li­ti­cal re­elec­tion. But at present, no­thing is im­ple­men­ted in pro­por­tion to the pro­blems to come as the tem­po­ral and spa­tial scales are not the same. The ob­jec­tives of the people, com­pa­nies and po­li­cies are short ­term and lo­ca­li­zed in a na­tio­nal sphere. The chal­lenges of the twen­ty­first cen­tu­ry re­quire in­vest­ments with more or less long­term ef­fects and de­ci­sions on a scale both lo­cal, regional and trans­na­tio­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.