Chan­ge­ment cli­ma­tique et éco­no­mie verte, un tour­nant consen­suel

Cli­ma­te­chan­geand­gree­ne­co­no­my,acon­sen­sual tur­ning­point?

Investir en Europe - - Sommaire / Contents -

Vi­viane du Cas­tel, ISEG­ISERAM, ISMEA, Pa­ris, Oc­tobre 2015.

A l’heure du chan­ge­ment cli­ma­tique, il convient de s’in­ter­ro­ger sur la forme que pren­dra l’éner­gie de de­main, no­tam­ment les éner­gies re­nou­ve­lables et le nucléaire. En ef­fet, l’éco­no­mie verte se dé­ve­loppe afin no­tam­ment, de contre­car­rer les aléas cli­ma­tiques.

Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable in­flue sur l’en­semble des ac­teurs du sec­teur éner­gé­tique. Quatre axes dé­ter­mi­nants du dé­ve­lop­pe­ment du­rable peuvent être as­si­mi­lés à une « éco­no­mie verte »: ­In­té­rêt stra­té­gique nou­veau (ex.: éner­gie), ­In­té­rêt des en­tre­prises (ex.: TIC), ­In­té­rêt des élites (ex.: par­te­na­riat pu­blic/pri­vé), ­In­té­rêts des po­pu­la­tions (ex.: en­vi­ron­ne­ment).

En ef­fet, les éner­gies al­ter­na­tives se­ront les éner­gies de tran­si­tion d’ici 2030­2050 et ce, même si l’éner­gie de de­main se­ra sans doute le nucléaire, en dé­pit des pro­blèmes de pro­li­fé­ra­tion et de vente de nucléaire ci­vil, dans la me­sure où il s’agit d’une éner­gie qui n’a presque pas d’ef­fet de serre ; le seul pro­blème ac­tuel de­meure l’éli­mi­na­tion des dé­chets(2) .

De son cô­té, d’ici 2030, la Nor­vège en­tend de­ve­nir « car­bo­ni­que­ment neut re », grâ­ceà­la­fo is aux in­fra struc­tures hy­dro-élec­triques etaux­éner­gi es re­nouv el ables, ma is a us si­grâ­ceàu ne di­mi­nu­tion des émis­sions de CO². Dès lors, l’éner­gie de com­plé­ment ap­pa­raît comme étant le nucléaire. Le ré­seau d’élec­tri­ci­té est en ef­fet au coeur des ten­sions in­ter­na­tio­nales.

Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et les éner­gies re­nou­ve­lables ré­pondent à un double ob­jec­tif : gé­rer de fa­çon in­tel­li­gente des res­sources en ré­dui­sant, no­tam­ment les re­jets de gaz à ef­fet de serre ; et gé­rer de fa­çon in­tel­li­gente des res­sources lo­cales en créant des em­plois(3). Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable peut éga­le­ment se dé­fi­nir comme étant le moyen de s’ef­for­cer de ré­pondre aux be­soins du pré­sent sans com­pro­mettre la ca­pa­ci­té de sa­tis­faire de ceux des gé­né­ra­tions fu­tures(4).

At a time of cli­mate change , it is worth ques­tio­ning the fu­ture shape of the ener­gy of to­mor­row, spe­cial­ly re­ne­wable energies and nu­clear po­wer. In­deed, the green eco­no­my de­ve­lops in par­ti­cu­lar in or­der to coun­te­ract the cli­ma­tic ha­zards .

Sus­tai­nable de­ve­lop­ment af­fects all players in the ener­gy sec­tor . Four cri­ti­cal pillars of sus­tai­nable de­ve­lop­ment are li­ke­ned to a "green eco­no­my ": ­New stra­te­gic in­ter­est (ex .: ener­gy), ­In­ter­est com­pa­nies (ex .: ICT), ­In­ter­est of the elites (ex .: pu­blic/ pri­vate part­ner­ship), ­In­ter­ests of people (ex .: en­vi­ron­men­tal ).

In­deed, al­ter­na­tive ener­gy will be by 2030­2050 tran­si­tion energies, even if the ener­gy of to­mor­row will pro­ba­bly be nu­clear, des­pite the pro­blems of pro­li­fe­ra­tion and ci­vi­lian nu­clear sales, since it is an ener­gy that has al­most no green­house ef­fect; re­mains the on­ly cur­rent pro­blem of ra­dio­ac­tive waste(2).

For its part, 2030, Nor­way in­tends to be­come "neu­tral car­bo­nic ac­tor", thanks to both hy­dro­po­wer infrastructure and re­ne­wable ener­gy, but al­so through a re­duc­tion of CO² emis­sions. The­re­fore, the ad­di­tio­nal ener­gy ap­pears to be nu­clear. The elec­tri­ci­ty net­work is in­deed at the heart of in­ter­na­tio­nal ten­sions.

Sus­tai­nable de­ve­lop­ment and re­ne­wable ener­gy meet two ob­jec­tives: to ma­nage in­tel­li­gent­ly the re­sources in­clu­ding re­du­cing emis­sions of green­house gases; and in­tel­li­gent­ly ma­nage lo­cal re­sources by crea­ting jobs (3). Sus­tai­nable de­ve­lop­ment can al­so be de­fi­ned as a way to try to meet the needs of the present wi­thout com­pro­mi­sing the abi­li­ty to meet those of fu­ture ge­ne­ra­tions (4).

(1) Vi­viane du Cas­tel, « Les terres rares : En­jeux géo­po­li­tiques et dé­pen­dance géos­tra­té­gique ? »/ « Rare earths : geo­po­li­ti­cal and geos­tra­te­gic is­sues ad­dic­tion? " , L’Har­mat­tan, Pa­ris, 2015. (2) Ju­lie Monfort et Vi­viane du Cas­tel, « Le nucléaire, ré­ponse aux en­jeux géoé­co­no­miques du XXIe siècle ? », Col­lec­tion Géoé­co­no­mie et Géo­fi­nance, L’Har­mat­tan, Pa­ris, 2014. (3) Jacques Ver­nier, « Les éner­gies re­nou­ve­lables », PUF, Pa­ris, 2012. (4) Bru­nel Syl­vie, « Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable », Que sais­je ? PUF, Pa­ris, 2012.

Dans ce cadre, la tran­si­tion éner­gé­tique consiste en un pas­sage pro­gres­sif mais ac­cé­lé­ré aux res­sources re­nou­ve­lables du cô­té de l’offre, me­sures d’éco­no­mie et de so­brié­té dans la consom­ma­tion du cô­té de la de­mande, tout ce­la ac­com­pa­gnant la mu­ta­tion du tis­su pro­duc­tif et des modes de vie(5). Ain­si, la France, en 2003 (confir­mé par le Gre­nelle de l’en­vi­ron­ne­ment en 2007)(6), a re­te­nu le cri­tère de « Facteur 4 » qui dé­signe la ré­duc­tion par 4 des émis­sions de gaz à ef­fet de serre à l’ho­ri­zon de 2050(7).

Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et les éner­gies re­nou­ve­lables re­pré­sentent ac­tuel­le­ment une thé­ma­tique im­por­tante du XXIè siècle, tant elle est por­teuse d’en­jeux, de dé­fis et d’op­por­tu­ni­tés à sai­sir. Les éner­gies al­ter­na­tives s’ins­crivent ain­si dans une pro­blé­ma­tique glo­bale qui as­so­cie la com­pé­ti­ti­vi­té des mar­chés, la maî­trise de l’in­for­ma­tion et des en­jeux contrai­gnants. En ef­fet, cinq dé­fis doivent être mis en exergue aux­quels une dé­marche de dé­ve­lop­pe­ment du­rable se de­vra d’ap­por­ter une ré­ponse prag­ma­tique eta pp ro­priée: le chan­ge­ment cli­ma­tique, la­sé cur ité des ap pro­vi­sion ne men ts, lac om­pé ti ti vi­té,l’ in­no­va­tion etl’ e mp loi. Dans ce contexte, l’Union eu­ro­péenne(8) s’est fixée trois ob­jec­tifs qui l’en­gagent d’ici 2020, dans le cadre du « Pa­quet Ener­gie­Cli­mat 2000 ». Le but ain­si vi­sé est de dé­ve­lop­per une crois­sance in­tel­li­gente, du­rable et in­clu­sive s’ap­puyant sur une grande co­or­di­na­tion entre les po­li­tiques nationales et européennes, en dé­ve­lop­pant trois axes : la pro­mo­tion des in­dus­tries sobres en car­bone, l’in­ves­tis­se­ment dans le dé­ve­lop­pe­ment de nou­veaux pro­duits, l’ex­ploi­ta­tion des pos­si­bi­li­tés de l’éco­no­mie nu­mé­rique et la mo­der­ni­sa­tion de l’édu­ca­tion et de la for­ma­tion(9).

Dans ce même ordre d’idées, le « mar­ché du car­bone », ins­tau­ré en 2005, fa­vo­rise l’échange de quo­tas d’émis­sion de CO2 d’ici 2020 avec un pla­fond unique eu­ro­péen, fixé en 2013 avec des quo­tas payants (le sys­tème SCEQE : sys­tème com­mu­nau­taire d’échange de quo­tas d’émis­sion).

La po­li­tique de l’Union eu­ro­péenne en ma­tière d’éner­gie, no­tam­ment re­nou­ve­lable, de­vra ré­pondre à un triple en­jeu : la puis­sance, l’in­fluence et l’in­dé­pen­dance de l’Eu­rope.

In this context, the ener­gy tran­si­tion consists in the gra­dual tran­si­tion to re­ne­wable re­sources but ac­ce­le­ra­ted the sup­ply side, eco­no­mic mea­sures and so­brie­ty in consump­tion on the de­mand side, all ac­com­pa­nying mu­ta­tion of the pro­duc­tive mo­dels and li­fe­styles(5). Thus France, in 2003 (confir­med by the Gre­nelle En­vi­ron­ment Fo­rum in 2007) (6), has se­lec­ted the cri­te­rion of "Fac­tor 4" mea­ning the re­duc­tion by 4 of emis­sions of green­house ho­ri­zon 2050 (7).

Sus­tai­nable de­ve­lop­ment and re­ne­wable ener­gy sources cur­rent­ly re­present a ma­jor theme of the XXI cen­tu­ry, so it is car­rier of is­sues, chal­lenges and op­por­tu­ni­ties to seize. Al­ter­na­tive energies are thus part of a glo­bal pro­blem which com­bines com­pe­ti­tive mar­kets, the control of in­for­ma­tion and bin­ding is­sues. In­deed, five chal­lenges must be em­pha­si­zed that a sus­tai­nable de­ve­lop­ment ap­proach will be to bring a prag­ma­tic and ap­pro­priate res­ponse: cli­mate change, se­cu­ri­ty of sup­ply, com­pe­ti­ti­ve­ness, in­no­va­tion and em­ploy­ment. In this context, the Eu­ro­pean Union (8) has set three ob­jec­tives which un­der­take by 2020, as part of the "Ener­gy­Cli­mate Pa­ckage 2000". And the goal is to de­ve­lop a smart, sus­tai­nable and in­clu­sive growth ba­sed on a grea­ter co­or­di­na­tion bet­ween na­tio­nal and Eu­ro­pean po­li­cies, by de­ve­lo­ping three areas: the pro­mo­tion of low­car­bon in­dus­tries, in­ves­ting in new pro­duct de­ve­lop­ment , ex­ploi­ting the op­por­tu­ni­ties of the di­gi­tal eco­no­my and mo­der­ni­zing edu­ca­tion and trai­ning (9).

In this same vein, the "car­bon mar­ket", es­ta­bli­shed in 2005, pro­motes the ex­change of CO2 emis­sion al­lo­wances by 2020 with a single Eu­ro­pean li­mit, set in 2013 and pay al­lo­wances (the sys­tem ETS: EU sys­tem of emis­sions tra­ding).

The po­li­cy of the Eu­ro­pean Union in the field of ener­gy, in­clu­ding re­ne­wable, must meet a triple chal­lenge: po­wer, in­fluence and in­de­pen­dence of Eu­rope.

(5) Phi­lippe Fré­meaux, Wo­j­tek Ka­li­nows­ki, Au­rore La­lucq, « Tran­si­tion éco­lo­gique, mode d’em­ploi », Les pe­tits ma­tins, Pa­ris, 2012. (6) La France s’est do­tée d’un cadre lé­gis­la­tif et ju­ri­dique très vaste : loi sur l’air et l’uti­li­sa­tion ra­tion­nelle de l’éner­gie (LAURE), 1966 ; loi d’orien­ta­tion pour l’amé­na­ge­ment et le dé­ve­lop­pe­ment du­rable du ter­ri­toire (LOADDT), 1999 ; loi re­la­tive à la so­li­da­ri­té et au re­nou­vel­le­ment ur­bains (SRU), 2000 ; charte de l’en­vi­ron­ne­ment, 2004 ; loi d’orien­ta­tion sur l’éner­gie (LOE), 2005 ; Gre­nelle de l’en­vi­ron­ne­ment (2007 et 2010).

France has a vast le­gis­la­tive and le­gal fra­me­work: the law on air and ra­tio­nal use of ener­gy (LAURE), 1966; fra­me­work law for plan­ning and sus­tai­nable de­ve­lop­ment of the ter­ri­to­ry (LOADDT), 1999; law on so­li­da­ri­ty and ur­ban re­ne­wal (SRU), 2000; en­vi­ron­men­tal char­ter, 2004; Gui­dance Ener­gy Act (LOE), 2005; Gre­nelle En­vi­ron­ment (2007 and 2010).

(7) Phi­lippe Fré­meaux, Wo­j­tek Ka­li­nows­ki, Au­rore La­lucq, « Tran­si­tion éco­lo­gique, mode d’em­ploi », Les pe­tits ma­tins, Pa­ris, 2012. (8) L’Union eu­ro­péenne s’est do­té d’un cadre lé­gis­la­tif et ju­ri­dique im­por­tant en la ma­tière : Trai­té de Maas­tricht, 1992 ; Trai­té d’Am­ster­dam, 1997 ; Trai­té de Lis­bonne : 2000. (9) Ro­bin De­gron, « La France, bonne élève du dé­ve­lop­pe­ment du­rable ? », La do­cu­men­ta­tion fran­çaise, Pa­ris, 2012.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.