Ac­tua­li­tés po­li­tiques eu­ro­péennes ­6 ­Eu­ro­pean po­li­tics news

Eu­ros­cep­ti­cisme ou Eu­ro­op­ti­misme? Eu­ros­cep­tic or Eu­roop­ti­mism?

Investir en Europe - - Sommaire / Contents -

La Politique agri­cole com­mune eu­ro­péenne: pour­quoi les agri­cul­teurs fran­çais sont en co­lère? The Eu­ro­pean Com­mon Agri­cul­tu­ral Po­li­cy : why the French far­mers are an­gry?

Cas­per Holl, conseiller aux Af­faires eu­ro­péennes près l’am­bas­sade des Pays­Bas à Pa­ris

Eu­ro­pean Af­fairs ad­vi­so­rof the Em­bas­sy of the Ne­ther­lands in Pa­ris

Eu­ros­cep­ti­cisme aux Pays­Bas

Le 6 avril 2016, 61% des élec­teurs néer­lan­dais qui se sont dé­pla­cés aux urnes (taux de par­ti­ci­pa­tion de 32%) se sont pro­non­cés contre l’ac­cord d’as­so­cia­tion com­mer­cial et de sécurité entre l’Ukraine et l’Union eu­ro­péenne. Cette cam­pagne(1) me­née par le lea­der d’ex­trême droite Geert Wil­ders avait pour ob­jec­tif prin­ci­pal de dé­mon­trer le mé­con­ten­te­ment po­pu­laire vis­à­vis de la dy­na­mique eu­ro­péenne ac­tuelle mais aus­si face à son op­po­sant, le chef de gou­ver­ne­ment Mark Rutte ain­si que la ma­jo­ri­té par­le­men­taire. Le jour­nal the Gar­dians ti­trait « Les po­li­ti­ciens ont per­du notre confiance »(2).

L’équipe In­ves­tir en Eu­rope a in­ter­ro­gé le Conseiller aux Af­faires eu­ro­péennes près l’am­bas­sade des PaysBas en France, Cas­per Holl(3) « les Néer­lan­dais ont le sen­ti­ment de n’avoir au­cune in­fluence sur les dé­ci­sions po­li­tiques na­tio­nales et eu­ro­péennes » (…) « La si­tua­tion éco­no­mique n’est pas bonne même aux Pays­Bas, les élar­gis­se­ments ont été trop ra­pides et en­fin la crise mi­gra­toire in­quiète ». Tou­te­fois, Cas­per Holl a éga­le­ment sou­li­gné que les Néer­lan­dais étaient prag­ma­tiques et n’étaient pas in­sen­sibles aux ré­sul­tats concrets comme le ren­for­ce­ment des contrôles aux aé­ro­ports (PNR), l’Union ban­caire ou en­core les échanges de don­nées contre l’éva­sion fis­cale.

The 6 April 2016, a ma­jo­ri­ty of 61% of vo­ters (par­ti­ci­pa­tion rate of 32%) re­jec­ted the EU­Ukraine as­so­cia­tion agree­ment on Trade and se­cu­ri­ty. This cam­pai­gn (1 ) was lead by Geert Wil­ders and his far­right par­ty. The main ob­jec­tive was to de­mons­trate po­pu­lar dis­content against the cur­rent Eu­ro­pean pro­cess but al­so face his op­ponent, the head of go­vern­ment Mark Rutte and the par­lia­men­ta­ry ma­jo­ri­ty. To ex­plain the fai­lure of the Dutch re­fe­ren­dum, the title page of the Gar­dians was: ‘Po­li­ti­cians have lost our trust’(2).

In­ves­ting in Eu­rope's team in­ter­vie­wed the Coun­cil­lor for Eu­ro­pean Af­fairs at the Em­bas­sy of the Ne­ther­lands in France, Cas­per Holl (3) " the Dutch have the fee­ling of ha­ving no in­fluence on na­tio­nal and Eu­ro­pean po­li­cy de­ci­sions" ( ... ) "the eco­no­mic si­tua­tion is not good even in the Ne­ther­lands, en­lar­ge­ments were too fast and the migration cri­sis wor­ried." Ho­we­ver, Cas­per Holl al­so stres­sed that the Dutch were prag­ma­tic and were not in­sen­si­tive to concrete re­sults such as streng­the­ning air­port controls (PNR), the ban­king union or da­ta ex­changes against tax eva­sion.

La cam­pagne en fa­veur ou contre la sor­tie du Royaume­Uni de l’Union eu­ro­péenne fut in­ter­rom­pue par les dé­rives meur­trières d’un par­ti­san d’ex­trême droite contre le dé­pu­té du par­ti tra­vailliste Jo Cox tuée le 16 juin 2016. Sept jours plus tard, le vote en fa­veur du Brexit l’em­porte à 52% mal­gré un vote mi­no­ri­taire en Ecosse (38%) et au Pays de Galle (44%).

Les par­ti­sans du Brexit re­prochent à la ré­gle­men­ta­tion eu­ro­péenne, par exemple, d’avoir em­pê­ché la dé­por­ta­tion d’une cin­quan­taine de cri­mi­nels étran­gers y com­pris des as­sas­sins et vio­leurs. Les pro­européens comme Lord Mand­le­son rap­pellent tou­te­fois qu’en moins de 6 ans 6.500 cri­mi­nels ont été dé­por­té du Royaume­Uni.

Où en est­on au­jourd’hui de la sor­tie du RU de l’UE ? Ce ne sont pas les lea­ders du Brexit qui au­ront la charge de l’ap­pli­quer mais le nou­veau Pre­mier mi­nistre The­re­sa May du camp des conser­va­teurs (mo­dé­rés sur ce point). Son porte pa­role Ch­ris Gray­ling a ré­vé­lé à la BBC(6) « qu’elle fe­ra usage de l’ar­ticle 50 du trai­té de Lis­bonne à la fin de l’an­née ». En­suite il fau­dra deux an­nées de pro­cé­dures. On peut sup­po­ser que le Royaume­Uni ten­te­ra de res­ter dans le mar­ché com­mun comme la Nor­vège, l’Is­lande et le Liech­ten­stein au sein de l’EEE (Es­pace éco­no­mique eu­ro­péen). Tou­te­fois, le Royaume­Uni ne se­ra plus le che­val de Troie des lob­bies in­dus­triels et fi­nan­ciers puis­qu’ils n’au­ront plus de re­pré­sen­tants dans les ins­tances eu­ro­péennes.

“Brexit re­fe­ren­dum cam­pai­gns sus­pen­ded af­ter Jo Cox MP mur­der” tit­led RT the 16 June 2016. Se­ven days la­ter, the vote in fa­vor of Brexit wins 52% des­pite a mi­no­ri­ty vote in Scot­land (38%) and Wales ( 44%).

Fa­cing Vote Leave com­plai­ned that, for example, EU re­gu­la­tions have pre­ven­ted the UK from de­por­ting 50 of fo­rei­gn cri­mi­nals, in­clu­ding killers and sex of­fen­ders (4) Re­main cam­pai­gner Lord Mand­le­son ans­we­red that they didn’t take in­to ac­count the 6,500 cri­mi­nals de­por­ted from the UK since 2010 (5).

And now? The­re­sa May be­comes the new Bri­tish Prime Mi­nis­ter even if she didn’t lead the cam­pai­gn in fa­vor the Brexit. “She's said that we will trig­ger Ar­ticle 50 around the end of this year," Ch­ris Gray­ling, who ma­na­ged May’s lea­der­ship cam­pai­gn, told the BBC(6). Then it will take two years of pro­ce­dures. Pre­su­ma­bly the UK at­tempts to re­main in the com­mon mar­ket such as Nor­way, Ice­land and Liech­ten­stein in the EEA ( Eu­ro­pean Eco­no­mic Area). Ho­we­ver, the UK will no lon­ger be the Tro­jan horse of the in­dus­trial and fi­nan­cial lob­bies since they will have no more re­pre­sen­ta­tives in Eu­ro­pean ins­ti­tu­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.