Sé­cu­ri­té des ap pro­vi­sion ne men ts­éner­gé ti ques:ve rs de­nouv el les so­lu­tions éner­gé­tiques

Se­cu­ri­ty of ener­gy sup­plies: to­wards new ener­gy so­lu­tions

Investir en Europe - - SOMMAIRE / CONTENTS -

Vi­viane du Cas­tel, ISG­PBM/ ISERAM, Pa­ris, mai 2017.

La sé­cu­ri­té des ap­pro­vi­sion­ne­ments est une pro­blé­ma­tique fon­da­men­tale pour les villes qui sont à la re­cherche de so­lu­tions al­ter­na­tives à celles exis­tantes afin de pou­voir rester com­pé­ti­tif sur le long terme et qui tentent de s’or­ga­ni­ser. Ain­si, l’UE cherche à mettre ses États membres d’ac­cord.

L’UE oriente son mar­ché unique vers tou­jours plus de mu­tua­li­sa­tion, mais pour autant, les vingt­sept/ 28 États ne sont pas una­nimes sur la ligne di­rec­trice générale à suivre.

L’Union eu­ro­péenne cherche à mettre en place un mar­ché unique de l’éner­gie, ce qui n’est pas tou­jours ai­sé tant les vingt­sept États membres n’ont pas de réelles vi­sions com­munes sur ce thème. La lé­gis­la­tion eu­ro­péenne vise à l’ex­ten­sion de la créa­tion d’un mar­ché in­té­rieur eu­ro­péen à par­tir de 2014, dans le but de fa­vo­ri­ser le choix et ga­ran­tir le meilleur ser­vice pos­sible. Les moyens dis­po­nibles sont ain­si les « prix ré­gle­men­tés ( qui) per­turbent le fonc­tion­ne­ment des mar­chés (…) ; ils n’en re­flètent pas les be­soins réels et li­mitent les pos­si­bi­li­tés de concur­rence ef­fec­tive. Les prix ré­gle­men­tés peuvent être un obs­tacle à l’ar­ri­vée de nou­veaux en­trants (…) ; ils ne peuvent donc être adop­tés qu’à condi­tion de ser­vir à l’in­té­rêt éco­no­mique gé­né­ral et doivent être pro­por­tion­nés, clai­re­ment dé­fi­nis, trans­pa­rents, non dis­cri­mi­na­toires et vé­ri­fiables » ( 1) . Le ta­rif ré­gu­lé tient compte de deux com­po­santes es­sen­tielles : la pro­duc­tion, c’es­tà­dire la four­ni­ture de l’éner­gie, de l’élec­tri­ci­té et le TURPE ( ta­rif d’uti­li­sa­tion des ré­seaux pu­blics d’élec­tri­ci­té qui est lié tant aux tran­sports qu’à la dis­tri­bu­tion)( 2).

Les prix de l’éner­gie sont liés pour une pe­tite par­tie aux coûts tech­niques et tech­no­lo­giques, mais si cette part tend à di­mi­nuer. Celle qui évo­lue avec la fis­ca­li­té et le sys­tème de rente tend à s’ac­croître. La ques­tion des ta­rifs est alors un axe qui pour­rait être un pre­mier pas vers une po­li­tique com­mune eu­ro­péenne.

* EN*

Se­cu­ri­ty of sup­ply is a fun­da­men­tal pro­blem for ci­ties that are loo­king for al­ter­na­tives to exis­ting ones in or­der to re­main com­pe­ti­tive in the long term and to or­ga­nize them­selves. Thus, the EU tries to bring its Mem­ber States to­ge­ther.

The EU is stee­ring its single mar­ket to­wards more mu­tua­li­sa­tion, but the 27 / 28 states are not una­ni­mous on the ge­ne­ral gui­de­line to be fol­lo­wed.

The Eu­ro­pean Union is see­king to es­ta­blish a single ener­gy mar­ket, which is not al­ways ea­sy as the 27 Mem­ber States do not have a com­mon vi­sion on this is­sue. Eu­ro­pean le­gis­la­tion aims to ex­tend the crea­tion of a Eu­ro­pean in­ter­nal mar­ket from 2014, to pro­mote choice and gua­ran­teeing the best pos­sible ser­vice. The means avai­lable are thus "re­gu­la­ted prices ( which) dis­rupt the func­tio­ning of markets (...); They do not re­flect ac­tual needs and li­mit the scope for ef­fec­tive com­pe­ti­tion. Re­gu­la­ted prices may be an obs­tacle to the ar­ri­val of new en­trants (...); They can the­re­fore on­ly be adop­ted if they are to serve the ge­ne­ral eco­no­mic in­ter­est and must be pro­por­tio­nate, clear­ly de­fi­ned, trans­pa­rent, non­dis­cri­mi­na­to­ry and ve­ri­fiable '( 1). The re­gu­la­ted ta­riff takes in­to ac­count two es­sen­tial com­po­nents: pro­duc­tion, ie the sup­ply of ener­gy and elec­tri­ci­ty, and TURPE ( ta­riff for the use of pu­blic elec­tri­ci­ty net­works Trans­port and dis­tri­bu­tion) ( 2).

Ener­gy prices are lin­ked for a small part to tech­ni­cal and tech­no­lo­gi­cal costs, but it tends to de­crease. It evolves with taxa­tion and the sys­tem of rent in­creases tends to in­crease. The ques­tion of ta­riffs is then an axis which could be a first step to­wards a com­mon Eu­ro­pean po­li­cy.

Les éner­gies re­nou­ve­lables ne peuvent pas com­pen­ser im­mé­dia­te­ment les ca­pa­ci­tés du nu­cléaire. Les cen­trales conven­tion­nelles sont pro­gres­si­ve­ment ar­rê­tées. L’élec­tri­ci­té éo­lienne et le so­laire sont vo­la­tiles et moins pré­vi­sibles.

Dès lors, il est né­ces­saire de sto­cker pour ne pas dé­sta­bi­li­ser les ré­seaux. Ac­tuel­le­ment, le sto­ckage s’ef­fec­tue par « pom­page de l’eau avec le cou­rant ex­cé­den­taire vers les ré­ser­voirs en al­ti­tude » , les STEP. Si­non, en pé­riode de forte consom­ma­tion, on re­lâche l’eau pour ob­te­nir de l’élec­tri­ci­té hy­drau­lique. L’Al­le­magne en­vi­sage de sto­cker de l’éner­gie en Norvège via de nou­veaux câbles sous­ma­rins. Le tour­nant éner­gé­tique al­le­mand est un vé­ri­table dé­fi, à la fois tech­no­lo­gique, lo­gis­tique, or­ga­ni­sa­tion­nel, voire ci­toyen. En juin 2011, un ac­cord entre la Chine ( pre­mier mar­ché in­ter­na­tio­nal de l’éo­lien) et la so­cié­té al­le­mande Sie­mens a été si­gné( 3).

* EN*

Re­ne­wable ener­gies can not im­me­dia­te­ly com­pen­sate nu­clear ca­pa­bi­li­ties. Con­ven­tio­nal po­wer sta­tions are being pha­sed out. Wind and so­lar po­wer are vo­la­tile and less pre­dic­table.

The­re­fore, it is ne­ces­sa­ry to store in or­der not to des­ta­bi­lize the net­works. Cur­rent­ly, sto­rage is car­ried out by "pum­ping the wa­ter with the ex­cess cur­rent to­wards the re­ser­voirs at al­ti­tude", the STEP. Other­wise, du­ring per­iods of high con­sump­tion, wa­ter is re­lea­sed to ob­tain hy­drau­lic elec­tri­ci­ty. Ger­ma­ny plans to store ener­gy in Nor­way via new sub­ma­rine cables. The Ger­man ener­gy po­li­cy is a chal­lenge, both tech­no­lo­gi­cal, lo­gis­tic, or­ga­ni­za­tio­nal and even ci­ti­zen­ship. In June 2011, an agree­ment was si­gned bet­ween Chi­na ( the lea­ding in­ter­na­tio­nal wind po­wer mar­ket) and the Ger­man com­pa­ny Sie­mens ( 3).

L’ob­jec­tif prio­ri­taire de la po­li­tique étran­gère de l’Union eu­ro­péenne re­pose sur la sé­cu­ri­té éner­gé­tique( 4) :

­ « di­ver­si­fi­ca­tion des sources d’éner­gie. Le but est « d’évi­ter les pro­blèmes de rup­ture d’une source d’ap­pro­vi­sion­ne­ment dé­ter­mi­née pour qu’ils ne dé­gé­nèrent pas en une crise tou­chant l’en­semble de l’UE » ; ­ dé­ve­lop­pe­ment du « cor­ri­dor sud » , dont le but est « d’ache­mi­ner par ga­zo­duc en pas­sant par la Tur­quie, le gaz du bas­sin de la Cas­pienne dans une par­tie de l’Eu­rope qui ne dé­pend qua­si­ment, pour son ap­pro­vi­sion­ne­ment, que d’un seul four­nis­seur mo­no­po­lis­tique (..) » . Le bou­quet éner­gé­tique de­vra com­prendre une part im­por­tante d’éner­gies re­nou­ve­lables afin de di­mi­nuer la dé­pen­dance aux four­nis­seurs tra­di­tion­nels et ac­croître les pers­pec­tives de co­opé­ra­tion avec de nombreux pays par rap­port aux tech­no­lo­gies vertes » ;

­« sou­tien à la mo­der­ni­sa­tion de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment éner­gé­tique et plus si­gni­fi­ca­ti­ve­ment des modes d’ex­trac­tion, d’ache­mi­ne­ment et d’uti­li­sa­tion : in­ci­dences sur la po­li­tique d’ap­pro­vi­sion­ne­ment éner­gé­tique, « aide les pro­duc­teurs à mieux uti­li­ser à long terme leurs re­cettes pé­tro­ga­zières en pro­mou­vant le trans­port et en ré­ta­blis­sant un cli­mat d’in­ves­tis­se­ment plus at­trayant » ( 5);

­« dé­ve­lop­pe­ment im­por­tant de ques­tions éner­gé­tiques dans les re­la­tions bi­la­té­rales avec les grands pro­duc­teurs : Rus­sie, Norvège, Algérie, Qa­tar, Afrique oc­ci­den­tale et avec les grands consom­ma­teurs : Inde, Chine » .

The prio­ri­ty ob­jec­tive of the Eu­ro­pean Union's fo­rei­gn po­li­cy is ener­gy se­cu­ri­ty ( 4):

­ "di­ver­si­fi­ca­tion of ener­gy sources. The aim is "to avoid the pro­blems of brea­king a de­ter­mi­ned source of sup­ply so that they do not de­ge­ne­rate in­to a cri­sis af­fec­ting the whole of the EU"; ­the de­ve­lop­ment of the "sou­thern cor­ri­dor", it aims "to trans­port gas through the Cas­pian ba­sin to parts of Eu­rope by gas pi­pe­line through Tur­key, which de­pends al­most en­ti­re­ly on sup­ply, A single mo­no­po­ly sup­plier (...) ". The ener­gy mix will have to in­clude a si­gni­fi­cant share of re­ne­wable ener­gies in or­der to re­duce re­liance on tra­di­tio­nal sup­pliers and in­crease the pros­pects for co­ope­ra­tion with ma­ny coun­tries in re­la­tion to green tech­no­lo­gies "; ­" sup­port for the mo­der­ni­za­tion of ener­gy sup­ply and, more si­gni­fi­cant­ly, ex­trac­tion, trans­mis­sion and use: im­pli­ca­tions for ener­gy sup­ply po­li­cy," helps pro­du­cers to make bet­ter use of their oil re­ve­nues over the long term by pro­mo­ting trans­port and res­to­ring a more at­trac­tive in­vest­ment cli­mate "( 5);

­ "si­gni­fi­cant de­ve­lop­ment of ener­gy is­sues in bi­la­te­ral re­la­tions with ma­jor pro­du­cers: Rus­sia, Nor­way, Al­ge­ria, Qa­tar, West Afri­ca and with ma­jor consu­mers: In­dia, Chi­na".

Dès lors, le mar­ché éner­gé­tique re­pose sur la confiance qui per­met d’élar­gir la com­mu­nau­té éner­gé­tique, la charte de l’éner­gie, les ef­forts du G8 et les autres ac­cords in­ter­na­tio­naux sur les prin­cipes de la sé­cu­ri­té éner­gé­tique : do­rénavant, « la sé­cu­ri­té éner­gé­tique dé­pen­dra de la sta­bi­li­té ré­gio­nale, du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et du res­pect des droits de l’homme et des trai­tés in­ter­na­tio­naux » ( 6) .

Dès lors, afin d’op­ti­mi­ser la sé­cu­ri­té des ap­pro­vi­sion­ne­ments, sur la pé­riode 2011­2021, « l’UE s’en­gage à col­la­bo­rer da­van­tage avec les pays par­te­naires, à ré­duire sa consom­ma­tion, à créer un mar­ché unique de l’éner­gie d’ici 2015, à né­go­cier à 27, à in­no­ver et à in­for­mer les consom­ma­teurs » ( 7) .

D’ici 2030, la de­mande d’éner­gie fos­sile de­vrait s’ac­croître de 60 %, en rai­son de la fai­blesse des res­sources éner­gé­tiques eu­ro­péennes et par voie de consé­quence, aug­men­te­ra une dé­pen­dance éner­gé­tique dé­jà forte dans cer­tains pays.

En ef­fet, les éner­gies al­ter­na­tives se­ront les éner­gies de tran­si­tion d’ici 2030­2050, et ce, même si l’éner­gie de de­main se­ra sans doute le nu­cléaire, en dé­pit des pro­blèmes de pro­li­fé­ra­tion et de vente de nu­cléaire ci­vil, dans la mesure où il s’agit d’une éner­gie qui n’a presque pas d’ef­fet de serre ; le seul pro­blème ac­tuel de­meure l’éli­mi­na­tion des dé­chets ul­times( 8).

Mal­gré tout ce­la, l’Union eu­ro­péenne va de­voir mo­der­ni­ser les sys­tèmes de re­charges des bat­te­ries et ne pour­ra pas se pas­ser d’une vé­ri­table po­li­tique éner­gé­tique com­mune. La mo­bi­li­té du­rable doit être ren­table éco­no­mi­que­ment et il convient de dé­ve­lop­per l’au­to­con­som­ma­tion.

De plus, l’ef­fa­ce­ment de consom­ma­tion( 9) va en­traî­ner un ef­fet re­bond de l’an­ti­ci­pa­tion. L’ef­fa­ce­ment a sa jus­ti­fi­ca­tion pour lis­ser les pointes et li­mi­ter les in­ves­tis­se­ments de ré­seau et de pro­duc­tion qui cor­res­pon­draient à des pics de consom­ma­tion mar­gi­naux de quelques heures par an. Il faut donc prendre en compte les ex­ter­na­li­tés et ré­flé­chir au sys­tème d’as­su­rance. Tout ce­la a un coût éle­vé.

* EN*

The­re­fore, the ener­gy mar­ket is ba­sed on the confi­dence that en­larges the ener­gy com­mu­ni­ty, ener­gy char­ter, G8 ef­forts and other in­ter­na­tio­nal agree­ments on the prin­ciples of ener­gy se­cu­ri­ty: from now on "ener­gy se­cu­ri­ty will de­pend on Re­gio­nal sta­bi­li­ty, eco­no­mic de­ve­lop­ment and res­pect for hu­man rights and in­ter­na­tio­nal trea­ties "( 6).

The­re­fore, in or­der to op­ti­mize se­cu­ri­ty of sup­ply, over the per­iod 2011­2021, the EU is com­mit­ted to wor­king more with part­ner coun­tries, re­du­cing con­sump­tion, crea­ting a single ener­gy mar­ket, In 2015, to ne­go­tiate at 27, to in­no­vate and to in­form consu­mers "( 7).

By 2030, de­mand for fos­sil ener­gy is ex­pec­ted to in­crease by 60%, due to weak Eu­ro­pean ener­gy re­sources and, as a re­sult, will in­crease al­rea­dy high ener­gy de­pen­den­cy in some coun­tries.

In­deed, al­ter­na­tive ener­gies will be the ener­gies of tran­si­tion by 2030­2050, even if the ener­gy of to­mor­row will pro­ba­bly be nu­clear, des­pite pro­blems of pro­li­fe­ra­tion and sale of ci­vi­lian nu­clear, to the extent Where it is an ener­gy that has al­most no green­house ef­fect; The on­ly cur­rent pro­blem re­mains waste dis­po­sal ( 8).

Des­pite all this, the Eu­ro­pean Union will have to mo­der­nize bat­te­ry char­ging sys­tems and will not be able to do wi­thout a ge­nuine com­mon ener­gy po­li­cy. Sus­tai­nable mo­bi­li­ty must be eco­no­mi­cal­ly viable and self­con­sump­tion must be de­ve­lo­ped.

In ad­di­tion, the con­sump­tion era­sure ( 9) will cause a re­bound ef­fect of the an­ti­ci­pa­tion. Era­sing can be jus­ti­fied by smoo­thing peaks and li­mi­ting net­work and pro­duc­tion in­vest­ments which would cor­res­pond to mar­gi­nal con­sump­tion peaks of a few hours per year. It is the­re­fore ne­ces­sa­ry to take ac­count of ex­ter­na­li­ties and to think about the in­su­rance sys­tem. All this has a high cost.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.