An­nie Pré­vot

Au mi­lieu d’un pro­gramme qui s’étale jusque fin 2017, An­nie Pré­vot dé­ma­té­ria­lise les ser­vices d’aides pu­bliques aux al­lo­ca­taires de la Branche fa­mille, tout en oeu­vrant à la ré­duc­tion de ses dé­penses in­for­ma­tiques.

IT for Business - - DOSSIER - Pierre Lan­dry

Àl’heure où les ci­toyens fran­çais ré­clament de pou­voir réa­li­ser toutes leurs dé­marches ad­mi­nis­tra­tives en ligne, la Caisse na­tio­nale des al­lo­ca­tions fa­mi­liales (Cnaf) s’af­fiche comme l’une des fi­gures de proue de l’ad­mi­nis­tra­tion nu­mé­rique. Le pre­mier jan­vier 2016 a ou­vert le gui­chet 100 % dé­ma­té­ria­li­sé de la prime d’ac­ti­vi­té. Un pro­jet dé­clen­ché par le gou­ver­ne­ment mi-2015, qui est ve­nu s’ajou­ter à la charge dé­jà consé­quente de tra­vaux me­né par An­nie Pré­vot avec sa DSI.

Un suc­cès puisque le ser­vice a ou­vert le jour J — voir IT for Bu­si­ness nu­mé­ro 2211 — et qu’il a en­re­gis­tré 7,5 mil­lions de si­mu­la­tions dans les 3 pre­mières se­maines (et 17,6 mil­lions à fin juin). Le sys­tème mis en place en­globe un back-of­fice dé­ve­lop­pé avec So­pra Ste­ria, hé­ber­gé sur les da­ta­cen­ters de la Cnaf, et un simulateur, réa­li­sé avec Ac­cen­ture, ex­ploi­tant le cloud et le mo­teur de règles d’oracle. Pen­sé pour sim­pli­fier le par­cours client, le ser­vice ef­fec­tue le cal­cul des droits en temps réel et, en cas de dé­pôt de la de­mande, four­nit la date de ver­se­ment de l’al­lo­ca­tion. Le choix du cloud pour le simulateur per­met d’adap­ter les res­sources à une charge très dif­fi­cile à an­ti­ci­per. Le cloud a aus­si été mis à pro­fit, en phase de dé­ve­lop­pe­ment, pour dé­ployer plus ra­pi­de­ment des pro­to­types. Une dé­marche qui ser­vi­ra à l’ave­nir d’autres pro­jets. En re­vanche, pour rem­pla­cer ses main­frames, la Cnaf n’a pas choi­si le cloud mais des sys­tèmes ou­verts, en l’oc­cur­rence des ser­veurs bul­lion sous Li­nux. Éta­lé sur 24 mois, le pro­jet, pi­lo­té par Ac­cen­ture et réa­li­sé avec des ou­tils de por­tage d’ori­gine Bull (main­te­nant Atos), s’est ache­vé comme pré­vu au mois de juin 2016 avec l’ar­rêt de deux main­frames. S’il a en­glou­ti un in­ves­tis­se­ment de 22 M€, il per­met dé­sor­mais une éco­no­mie an­nuelle de 20 M€.

Au-de­là de la ra­tio­na­li­sa­tion de ses in­fra­struc­tures, il était né­ces­saire pour An­nie Pré­vot de ré­or­ga­ni­ser sa DSI pour mieux col­ler à la trans­for­ma­tion di­gi­tale por­tée par son di­rec­teur gé­né­ral Da­niel Le­noir. Il a no­tam­ment été dé­ci­dé de créer une DSI unique et com­plè­te­ment in­té­grée au sein de l’éta­blis­se­ment pu­blic à la place des 10 en­ti­tés ad­mi­nis­tra­ti­ve­ment dis­tinctes qui exis­taient au­pa­ra­vant. En même temps qu’elles doivent per­mettre à la DSI d’être en­core plus agile en termes de créa­tion de nou­veaux ser­vices nu­mé­riques pour les al­lo­ca­taires, la créa­tion de postes trans­ver­saux et la re­dis­tri­bu­tion de cer­tains rôles à la DSI vont ou­vrir de nou­velles op­por­tu­ni­tés d’évo­lu­tion de car­rière aux per­son­nels des dif­fé­rents sites géo­gra­phiques de la Cnaf.

La ges­tion de la mu­ta­tion des mé­tiers au sein de la cen­taine de Caf ré­par­ties sur le ter­ri­toire et pi­lo­tées par la Cnaf se­ra d’ailleurs l’une des pré­oc­cu­pa­tions ma­jeures de la DSI pour 2017, avec l’en­ri­chis­se­ment de son SIRH par des mo­dules de ges­tion des em­plois et des com­pé­tences et d’éva­lua­tion, ain­si que d’un ré­seau so­cial d’en­tre­prise pour ren­for­cer la col­la­bo­ra­tion. Des pro­jets aux­quels s’ajou­te­ront une nou­velle ges­tion do­cu­men­taire, la pour­suite de la prise en compte des ré­formes ré­gle­men­taires et la di­gi­ta­li­sa­tion des ser­vices exis­tants (avec no­tam­ment de nou­veaux dis­po­si­tifs nu­mé­riques d’ac­cueil dans les Caisses lo­cales).

Du pain sur la planche, donc, pour An­nie Pré­vot, qui est par ailleurs membre du Ci­gref, membre du Club des uti­li­sa­teurs d’oracle, et in­ter­vient ré­gu­liè­re­ment dans des con­fé­rences. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.