Por­traits For­tu­na­to Ga­ri­no, Gui­dance Soft­ware, Un homme de convic­tions

De­puis ses dé­buts, For­tu­na­to Ga­ri­no oeuvre à ren­for­cer la sé­cu­ri­té des don­nées. Avec une do­mi­nante : la lutte contre les ha­ckers dans le strict res­pect de la loi.

IT for Business - - SOMMAIRE - .• Sté­phane Dar­get

En nom­mant For­tu­na­to Ga­ri­no au poste de Da­ta Pri­va­cy Of­fi­cer, l’édi­teur amé­ri­cain Gui­dance Soft­ware n’a pas fait dans le « po­li­ti­que­ment cor­rect ». En ef­fet, ce Fran­çais qui n’a ja­mais eu sa langue dans sa poche, dé­fend l’idée de Jus­tice et n’hé­site pas à mon­ter au cré­neau. Ce­la plaît… ou énerve, mais ne laisse pas in­dif­fé­rent.

« Après plus de quinze an­nées à col­lec­ter des preuves de mal­ver­sa­tions sur des or­di­na­teurs avec des lo­gi­ciels d’e-fo­ren­sics, j’avais en­vie de par­ti­ci­per au dé­ve­lop­pe­ment de ces ou­tils tout en conti­nuant à faire quelque chose au­quel je crois », jus­ti­fie For­tu­na­to Ga­ri­no. Lors de sa formation à l’ins­ti­tut des hautes études de la Dé­fense na­tio­nale, sa ren­contre avec des juges lut­tant pour ins­truire des dos­siers lui montre clai­re­ment sa voie. « En tant qu’ex­pert ju­di­ciaire, un ma­gis­trat vous as­signe une mis­sion à ac­com­plir. En de­hors de lui et dans le plus strict res­pect de la loi, nul ne peut vous ar­rê­ter dans vos re­cherches », ex­plique For­tu­na­to Ga­ri­no. Il oeu­vre­ra dans la sé­cu­ri­té, et plus pré­ci­sé­ment sur les don­nées, tant pour leur pro­tec­tion, quand la loi l’exige, que dans la re­cherche de mal­ver­sa­tions. Sa pas­sion pour son mé­tier l’amène à col­la­bo­rer aux en­quêtes du juge Cour­roye et, plus gé­né­ra­le­ment, avec le pôle fi­nan­cier du par­quet de Pa­ris.

En 2008, sa vie de fa­mille le rat­trape et il re­joint Fau­re­cia, l’équi­pe­men­tier au­to­mo­bile, fi­liale de PSA. Il y de­vient di­rec­teur de la sé­cu­ri­té des in­for­ma­tions stra­té­giques, il a pour mis­sion d’évi­ter l’es­pion­nage in­dus­triel. Lors­qu’il ar­rive dans la so­cié­té, du fait de nom­breuses fu­sions-ac­qui­si­tions, l’en­ca­dre­ment, dans cer­taines zones géo­gra­phiques, ne « veut rien sa­voir de ces risques », sou­ligne-t-il, alors même que des fraudes in­ternes sont épin­glées. Au fur et à me­sure, la di­rec­tion eu­ro­péenne re­prend le contrôle, les ma­na­gers changent et le choc cultu­rel se tra­duit par da­van­tage de trans­pa­rence. La confiance dans la di­rec­tion IT pro­gresse. Son rôle de cor­res­pon­dant In­for­ma­tique et Li-

AVEC SOU­RIRE ET DI­PLO­MA­TIE, IL CHANGE LES COM­POR­TE­MENTS

ber­té lui donne l’oc­ca­sion d’ex­pli­quer aux uti­li­sa­teurs la va­leur de l’in­for­ma­tion, mais aus­si les risques in­duits. Avec sou­rire et di­plo­ma­tie, il change les com­por­te­ments. À l’in­verse, son rôle de char­gé des in­ves­ti­ga­tions nu­mé­riques fait grincer les dents, sur­tout quand des di­ri­geants im­por­tants sont vi­sés. S’il uti­lise stric­te­ment les mêmes mé­thodes que dans le mi­lieu ju­di­ciaire, For­tu­na­to Ga­ri­no se heurte aux contraintes propres au monde de l’en­tre­prise. Ces li­mites dans sa tâche de­viennent blo­quantes et, re­fu­sant d’en­té­ri­ner cer­taines affaires, il pré­fère quit­ter la so­cié­té en 2015. Il se tourne alors vers l’édi­teur de so­lu­tions qu’il connaît le mieux.

Créé en 1997, Gui­dance Soft­ware dis­pose d’un por­te­feuille d’ou­tils d’in­ves­ti­ga­tion plé­bis­ci­té par la ma­jo­ri­té des forces de po­lices mon­diales, y com­pris fran­çaises et eu­ro­péennes. Son lo­gi­ciel En­case ana­lyse et re­trouve des traces sur les disques durs, mé­moires flash, et les du­plique. Mais sur­tout, il trans­forme ces don­nées en preuves re­ce­vables par un tri­bu­nal. Pour ce­la, les in­for­ma­tions doivent être da­tées et cryp­tées afin de ne plus pou­voir être al­té­rées.

Nom­mé l’an­née der­nière conseiller en cy­ber­cri­mi­na­li­té et pro­tec­tion des don­nées pour la ré­gion EMEA, l’ac­tion de For­tu­na­to Gua­ri­no ne se li­mite pas à ai­der les po­ten­tiels clients de l’en­tre­prise. Son ex­pé­rience en tant que RSSI lui per­met de faire évo­luer des ou­tils jusque-là uti­li­sés dans le mi­lieu ju­di­ciaire vers des ver­sions adap­tées aux en­tre­prises. Pour tou­cher les opé­ra­teurs d’im­por­tance vi­tale, il pousse la cer­ti­fi­ca­tion EL3+ et la qua­li­fi­ca­tion se­lon les règles de l’ans­si en col­la­bo­ra­tion avec la so­cié­té Op­pi­da. De­puis la ren­trée, après s’être in­té­res­sé aux en­jeux ré­gle­men­taires de son en­tre­prise, le « gou­rou » comme il se qua­li­fie avec hu­mour, s’est vu nom­mé DPO du groupe : « nous ven­dons de la res­pon­sa­bi­li­té ju­ri­dique : nous de­vons nous-mêmes être par­fai­te­ment propres pour être en adé­qua­tion avec la confiance de nos clients »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.