Soft­ware AG se connecte sur l’iot

Pour se faire une place sur ce mar­ché émergent, l’édi­teur al­le­mand mise sur l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle et sur des par­te­na­riats avec des in­dus­triels.

IT for Business - - SOMMAIRE - Pa­trick Bré­bion

Soft­ware AG vient de nouer un par­te­na­riat avec Bosch pour pro­po­ser une pla­te­forme de ser­vices au­tour des ob­jets connec­tés. Une dé­marche qui ren­force la po­si­tion de l’édi­teur al­le­mand sur ce mar­ché émergent. « L’IOT est le plus grand pro­jet d’in­té­gra­tion ja­mais vu au monde », as­sène Karl-heinz Strei­bich, PDG de Soft­ware AG. Qui ajoute que les cas d’usage sont qua­si­ment illi­mi­tés : main­te­nance pré­dic­tive, villes in­tel­li­gentes, e-san­té, as­su­rances, smart grids… En 2016, se­lon cet édi­teur, au­tour de 400 of­freurs pro­ve­nant de plu­sieurs sec­teurs — in­dus­triels, IT, ser­vices… — avaient une offre liée aux ob­jets connec­tés. « Il n’existe pas de so­lu­tions glo­bales cou­vrant la to­ta­li­té des étapes d’une ap­pli­ca­tion IOT. Il n’y au­ra pas de four­nis­seur en po­si­tion de mo­no­pole sur ce mar­ché », avance Wol­fram Jost, di­rec­teur tech­nique de l’édi­teur. Pour Soft­ware AG, l’ave­nir passe par la mise au point de fra­me­works com­bi­nant des ou­tils lo­gi­ciels de dif­fé­rents édi­teurs. « La lo­gique mé­tier est trop im­por­tante dans ce type de pro­jet pour dis­po­ser de so­lu­tions gé­né­riques comme ce qui existe dans d’autres do­maines comme les bases de don­nées, par exemple », ren­ché­rit Karl-heinz Strei­bich. Wol­fram Jost com­plète : « Une pla­te­forme IOT a pour rôle de mo­ni­to­rer, contrô­ler, op­ti­mi­ser et gé­rer des ap­pa­reils ». Dans cette lo­gique, l’édi­teur muscle son offre dans le do­maine à tra­vers le ra­chat d’édi­teurs spé­cia­li­sés et des par­te­na­riats. « Nous avons dé­ve­lop­pé des pla­te­formes de “edge ana­ly­tics” et de strea­ming ana­ly­tics en par­te­na­riat avec DELL-EMC », sou­ligne Karl-heinz Strei­bich.

Plus large, le par­te­na­riat avec Bosch se concré­tise par un por­tail com­po­sé d’une suite de ser­vices lo­gi­ciels ac­ces­sibles en mode Saas. Ces ser­vices consti­tuent au­tant de briques à la base d’ap­pli­ca­tions mé­tier qui res­tent en­core, pour la plu­part, à conce­voir. Dans cette lo­gique, la pla­te­forme est ou­verte aux clients, aux par­te­naires, et même aux concur­rents. Cô­té stratégie de crois­sance ex­terne, après l’ac­qui­si­tion, entre autres, de Ter­ra­cot­ta pour sa tech­no­lo­gie In-me­mo­ry, l’édi­teur al­le­mand a, l’an­née der­nière, ajou­té une brique d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle avec le ra­chat de Ze­men­tis, un amé­ri­cain spé­cia­li­sé dans le Deep Lear­ning. Co­fon­da­teur de Ze­men­tis, Mi­chael Zel­ler tra­vaille dé­sor­mais en pa­ral­lèle de la R&D de l’édi­teur sur la co-in­no­va­tion pour ac­cé­lé­rer le dé­ve­lop­pe­ment de nou­veaux ser­vices. « Le lo­gi­ciel est de­ve­nu la pre­mière source d’in­no­va­tion dans les en­tre­prises. Les nou­veaux mo­dèles éco­no­miques sont écrits dans les lo­gi­ciels, les PDG doivent pen­ser “Soft­ware First” », rap­pelle Karl-heinz Strei­bich. •

« L’IOT est le plus grand pro­jet d'in­té­gra­tion ja­mais vu au monde » Karl-heinz Strei­bich, PDG de Soft­ware AG

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.