Yo­go­sha rap­proche en­tre­prises et cher­cheurs de failles

La start-up pro­pose aux en­tre­prises de faire tes­ter par une com­mu­nau­té de ha­ckers la vul­né­ra­bi­li­té de leurs ap­pli­ca­tions ou in­fra­struc­tures connec­tées à In­ter­net. Dans cette ap­proche de « bug boun­ty » , chaque faille dé­tec­tée est ré­mu­né­rée en fonc­tion de

IT for Business - - SOMMAIRE -

Un an et de­mi seule­ment après sa créa­tion, Yo­go­sha af­fiche une im­pres­sion­nante col­lec­tion de prix et la­bels en tous genres. Der­nier en date : le titre de start-up la plus pro­met­teuse de l’an­née dans la ca­té­go­rie « Trans­for­ma­tion nu­mé­rique des en­tre­prises », at­tri­bué par Scien­ti­pôle, l’un des plus im­por­tants ac­cé­lé­ra­teurs de jeunes pousses en Eu­rope. Dès son lan­ce­ment, fin 2015, Yo­go­sha avait été re­te­nue par Hew­lett-pa­ckard dans le cadre de sa « Pro­mo Start-up 2016 », avant d’être lau­réate du prix Scien­ti­pôle Ini­tia­tive ain­si que de la bourse French Tech. En dé­cembre 2016, la start-up rem­porte le Grand Prix de l’in­no­va­tion de la Ville de Pa­ris…

Cette réus­site, la start-up ne la doit pas au ha­sard, mais à un long tra­vail de ré­flexion et à l’ex­per­tise de ses fon­da­teurs. Yo­go­sha est née fin 2014 à Ca­sa­blan­ca d’une dis­cus­sion entre Yas­sir Ka­zar (35 ans), de­ve­nu son PDG, et Fa­brice Epel­boin (46 ans) dans les cou­lisses d’une confé­rence in­ter­na­tio­nale sur l’in­no­va­tion par le lo­gi­ciel libre. « Ex­perts en cy­ber­sé­cu­ri­té et amis de longue date, nous avions l’ha­bi­tude de nous croi­ser ré- gu­liè­re­ment, à l’oc­ca­sion de nos in­ter­ven­tions ou par­ti­ci­pa­tions à divers évé­ne­ments » , ra­conte Fa­brice Epel­boin, pro­fes­seur à Sciences Po, qui af­fiche une ving­taine d’an­nées d’ex­pé­rience dans le monde des web agen­cies, mé­dias en ligne, ré­seaux so­ciaux, conseil, etc. « Pas­sion­nés par l’ap­proche in­no­vante du “bug boun­ty”, qui avait dé­jà prou­vé son ef­fi­ca­ci­té aux ÉtatsU­nis, et convain­cus du po­ten­tiel sur le mar­ché eu­ro­péen, nous avons pris la dé­ci­sion de nous lan­cer » . Le concept ? Le bug boun­ty consiste, pour une en­tre­prise, à pro­po­ser une ré­mu­né­ra­tion à des ex­perts en sé­cu­ri­té qui dé­couvrent des failles dans ses sys­tèmes connec­tés à In­ter­net. D’où le nom re­te­nu pour la so­cié­té : Yo­go­sha, « dé­fense » en ja­po­nais.

Un an de réf lexion et quelques dé­marches plus tard, la start-up était née. Con­crè­te­ment, l’offre de Yo­go­sha re­pose sur une pla­te­forme jouant le rôle d’in­ter­mé­diaire de confiance entre des en­tre­prises qui sou­haitent me­ner des tests de vul­né­ra­bi­li­té et une com­mu­nau­té fer­mée d’en­vi­ron 200 « gen­tils » ha­ckers. « Nous pré­fé­rons par­ler de cher­cheurs en sé­cu­ri­té in­for­ma­tique, in- siste Fa­brice Epel­boin, avec sa cas­quette de di­rec­teur mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion. Re­cru­tés de fa­çon mé­ti­cu­leuse, ils ont tous une haute ex­per­tise tech­no­lo­gique et une vé­ri­table en­vie de par­ta­ger leurs connais­sances avec les clients » . Pour l’en­tre­prise can­di­date, la pre­mière étape consiste à dé­li­mi­ter le pé­ri­mètre de l’au­dit, à fixer le ba­rème ta­ri­faire, puis à du­pli­quer le sys­tème cible ou à au­to­ri­ser l’ac­cès à ses ser­veurs. En fonc­tion de la cri­ti­ci­té de la faille dé­tec­tée, dé­crite dans un rap­port dé­taillé, mais aus­si de la taille ou du sec­teur d’ac­ti­vi­té du client, le prix peut os­cil­ler entre 100 et quelques di­zaines de mil­liers d’eu­ros. La start-up pré­lève une com­mis­sion de 25%. Après un dé­mar­rage ra­pide, Yo­go­sha re­ven­dique au­jourd’hui une tren­taine de clients, prin­ci­pa­le­ment des groupes du CAC 40 ou des grosses start-up de l’uni­vers B-to-b. Si, pour l’heure, le chiffre d’af­faires n’est pas si­gni­fi­ca­tif, Yo­go­sha en­vi­sage de dé­pas­ser la barre du mil­lion d’eu­ros en 2018. Autre ob­jec­tif, à même ho­ri­zon : sa­la­rier une di­zaine de per­sonnes, en plus des 7 as­so­ciés ac­tuels, en ou­vrant no­tam­ment des sites en Afrique et au MoyenO­rient. • Thierry Pa­ri­sot

L’équipe de Yo­go­sha, au­tour des deux co­fon­da­teurs : Yas­sir Ka­zar, PDG (au centre) et Fa­brice Epel­boin, di­rec­teur mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion (en 5e po­si­tion).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.