Quand les as­sis­tants per­son­nels col­la­borent

IT for Business - - ACTUALITÉ - Pierre Lan­dry

Mi­cro­soft et Ama­zon ont si­gné un ac­cord de co­opé­ra­tion entre leurs as­sis­tants Cor­ta­na et Alexa. Un si­gnal im­por­tant pour les autres pro­ta­go­nistes de ce sec­teur.

Sa­tya Na­del­la et Jeff Be­zos se sont en­ten­dus et un pre­mier ni­veau de co­opé­ra­tion de­vrait pou­voir être ob­ser­vé d’ici la fin de l’an­née entre Cor­ta­na et Alexa. Il se­ra pos­sible de s’adres­ser à l’un des as­sis­tants per­son­nels (Alexa de­puis un dis­po­si­tif Echo ou Cor­ta­na de­puis un PC sous Win­dows 10 ou un smart­phone) pour qu’il trans­mette la re­quête à l’autre. Une pre­mière phase ver­ra l’obli­ga­tion d’in­vo­quer ex­pli­ci­te­ment le « four­nis­seur de ser­vices » par une for­mule telle que « Hey Cor­ta­na, open Alexa » sui­vie de la re­quête adres­sée à Alexa. Nul doute que, par la suite, il ne se­ra plus né­ces­saire de se sou­cier de l’as­sis­tant au­quel on s’adresse et que la ré­par­ti­tion des tâches se­ra trans­pa­rente pour l’uti­li­sa­teur.

Cette in­ter­opé­ra­bi­li­té est ren­due né­ces­saire du fait de l’étan­chéi­té qui existe entre les éco­sys­tèmes adres­sés par les dif­fé­rents pro­ta­go­nistes (Ama­zon, Apple, Google, Mi­cro­soft, Sam­sung…). Lorsque Si­ri, par exemple, ne trouve pas la ré­ponse dans sa base de con­nais- sances ou dans les ap­pli­ca­tions avec les­quelles il est in­ter­fa­cé (Agen­da, Plans, itunes…), il es­time que la so­lu­tion doit se trou­ver sur le web et uti­lise le mo­teur Bing de Mi­cro­soft.

L’ac­cord antre Ama­zon et Mi­cro­soft est le pre­mier d’une longue sé­rie, a prio­ri, tant les as­sis­tants gé­né­riques au­ront be­soin d’ac­cé­der aux com­pé­tences de mo­teurs plus poin­tus, spé­ci­fiques à cer­tains sec­teurs (mé­di­cal, bâ­ti­ment…) ou po­pu­laires lo­ca­le­ment (Sher­pa en Es­pagne, par exemple). Ce n’est en ef­fet que lors­qu’ils se­ront vrai­ment per­for­mants et per­ti­nents qu’ils se ren­dront in­dis­pen­sables.

Der­rière l’en­jeu d’une pré­do­mi­nance sur le mar­ché des as­sis­tants per­son­nels se cachent tou­te­fois d’autres ba­tailles : l’une concer­nant les condi­tions de re­di­rec­tion vers tel ou tel ser­vice, l’autre concer­nant l’ac­cès à la connais­sance dé­ri­vant des re­quêtes des uti­li­sa­teurs. Le suc­cès de Google dans les mo­teurs de re­cherche l’a mon­tré : les re­quêtes sont au moins aus­si im­por­tantes que les ré­sul­tats. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.