La sé­man­tique pour boos­ter l’ex­port des pro­grammes fran­çais

IT for Business - - RETOURS -

Pour rem­plir sa mis­sion — dé­ve­lop­per l’ex­port de la pro­duc­tion ci­né­ma­to­gra­phique fran­çaise —,TV France In­ter­na­tio­nal a mis en place un nou­veau ca­ta­logue en ligne do­pé à la sé­man­tique.

Com­pre­nant plus de 22 000 pro­grammes, dont 9 000 dis­po­nibles en vi­déo à la de­mande, la pla­te­forme Scree­nop­sis « in­clut des fonc­tions avan­cées de re­cherche in­tui­tive, d’in­dexa­tion sé­man­tique, de vi­sion­nage en ligne… » , ex­plique Ma­thieu Bé­jot, dé­lé­gué gé­né­ral de TV France In­ter­na­tio­nal. Un pro­jet au coeur de l’ac­ti­vi­té de cette as­so­cia­tion créée en 1995 et fi­nan­cée à hau­teur de 60 % par le pu­blic. TV France In­ter­na­tio­nal a pour mis­sion de fa­ci­li­ter la com­mer­cia­li­sa­tion des pro­grammes TV fran­çais. « Arte, France Té­lé­vi­sion, le pri­vé, les chaînes, les pro­duc­teurs, les dis­tri­bu­teurs… 140 so­cié­tés adhèrent à l’as­so­cia­tion » , sou­ligne Ma­thieu Bé­jot. Sa di­zaine de per­ma­nents fa­ci­lite la mise en re­la­tion entre ache­teurs et ven­deurs, par l’or­ga­ni­sa­tion de réu­nions, mais aus­si par la mise en place d’ou­tils nu­mé­riques. Des­ti­née aux pro­fes­sion­nels, la base de don­nées Scree­nop­sis s’ins­crit dans cette mis­sion. « Dans les an­nées 2006-2007, nous avons lan­cé le vi­sion­nage en ligne en hé­ber­geant nos vi­déos chez Dai­ly­mo­tion en ac­cès res­treint. Le ré­fé­ren­ce­ment des pro­grammes, les op­tions de re­cherche avan­cée, et le vi­sion­nage ré­ser­vé aux pro­fes­sion­nels ac­cré­di­tés » « Cer­tains pays veulent des for­mats de 82 mi­nutes, d’autres de 92 mi­nutes. Ou en­core des ver­sions ex­pur­gées de scènes de vio­lence… » pro­grammes. Par exemple, « pour pous­ser à un ache­teur qui ne prend que des do­cu­ments his­to­riques ou des conte­nus en rap­port avec ses centres d’in­té­rêt, tout en gar­dant un bon de­gré d’ou­ver­ture » , illustre notre in­ter­lo­cu­teur. Un ap­pel d’offres est donc lan­cé en 2014. Fi­na­le­ment, le trio com­po­sé de Nuxeo (pour son lo­gi­ciel de ges­tion de conte­nu), de Cap­ge­mi­ni (pour la prise en charge de tous les as­pects tech­no­lo­giques) et de l’édi­teur Per­fect Me­mo­ry (pour son lo­gi­ciel d’en­ri­chis­se­ment sé­man­tique) est re­te­nu. La base est mise en ligne une an­née après. sep­tembre 2016 d’une étape de mise en ligne des conte­nus. Celle-ci est ef­fec­tuée par les adhé­rents qui dis­posent d’un es­pace dé­dié sur le site » , dé­taille Ma­thieu Bé­jot.

La mise en place de la base de don­nées sup­pose des pa­ra­mé­trages et dé­ve­lop­pe­ments spé­ci­fiques, par exemple pour éta­blir une cor­res­pon­dance entre L’ISAN (In­ter­na­tio­nal Stan­dard Au­dio­vi­sual Num­ber) et l’iden­ti­fiant dans Scree­nop­sis. Plus com­plexe, il s’agit éga­le­ment de gé­rer toutes les ma­té­ria­li­sa­tions, toutes les ver­sions d’un pro­gramme. « Cer­tains pays veulent des for­mats de 82 mi­nutes, d’autres 92 mi­nutes. Ou en­core des ver­sions ex­pur­gées de scènes de vio­lence » , illustre Ma­thieu Bé­jot. Pas­sée cette étape, les conte­nus sont en­ri­chis sé­man­ti­que­ment avec l’ou­til de Per­fect Me­mo­ry, avec les noms des ac­teurs, ceux des réa­li­sa­teurs, les thé­ma­tiques, tout un en­semble de mé­ta­don­nées is­sues de l’ana­lyse des do­cu­ments liés aux pro­grammes. Cet en­ri­chis­se­ment a pour fonc­tion de fa­ci­li­ter les re­cherches et de sug­gé­rer. « Si la pla­te­forme iden­ti­fie que tel ac­teur a tour­né avec tel réa­li­sa­teur, elle peut sug­gé­rer des films de ce der­nier » , ajoute Ma­thieu Bé­jot. L’as­so­cia­tion ne compte pas s’ar­rê­ter là : « Nous al­lons tra­vailler sur le Speech-to-text, sur­tout pour les do­cu­men­taires » .• Pa­trick Bré­bion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.