Team Le gang de Ds­qua­red2

Jalouse - - SOMMAIRE - Par Del­phine Val­loire

DE­PUIS L’EN­FANCE, LE VERRE DE MU­RA­NO A MAR­QUÉ LE DE­SI­GNEUR JACQUEMUS. IL NE S’EN EST PAS RE­MIS…

OB­SES­SION POP

Tout a com­men­cé lors d’une vi­site chez des amis de mes pa­rents quand j’étais pe­tit. Ils avaient une grande vi­trine rem­plie d’ob­jets en verre de Mu­ra­no, des trucs as­sez kitsch, des pois­sons, etc. Ça m’a ob­sé­dé, c’était plus fort que moi. Ça m’a mar­qué et, il y a trois-quatre ans, j’ai com­men­cé à en ache­ter. Bon, il pa­raît que ça porte mal­chance d’avoir des vases vides chez soi, mais je m’en fiche ! Cer­tains viennent de bro­cantes, ou de Mar­ra­kech, d’autres sont même des ca­deaux de mes sta­giaires.

SUR LA MO­QUETTE

Je ne col­lec­tionne pas seule­ment les vases de Mu­ra­no ; il faut juste qu’ils soient co­lo­rés, avec des lignes spé­ci­fiques, des ar­ron­dis, en verre ou en plas­tique, ça m’est égal. En fait, j’aime l’ac­cu­mu­la­tion. C’est très ins­tinc­tif, je ne suis pas blo­qué sur un cou­rant ou une époque. Je m’amuse à dé­gra­der les cou­leurs, et je les dis­pose chez moi sur la mo­quette se­ven­ties, comme une ins­tal­la­tion d’art. C’est comme ça de­puis mon pre­mier ap­par­te­ment, même le ca­na­pé est en­com­bré d’ob­jets, il n’y a que trois pe­tites chaises pour s’as­seoir !

LA BOÎTE À SA­VONS

Mon autre col­lec­tion est celle des sa­vons usa­gés que je conserve de­puis quatre ans et de­mi, juste au mo­ment où ils de­viennent tout fins, po­lis et très plats. J’en ai une cen­taine dans des dé­gra­dés de blanc, beige et rose, ran­gés dans une boîte à chaus­sures blanche sous mon lit. Ils ne se fis­surent pas, j’ima­gine qu’ils se sentent bien tous en­semble, comme une pe­tite fa­mille ! Plus tard, j’ai­me­rais les mettre dans une belle boîte en Plexi­glas.

DAN­GER PAS­SION

Mon rêve ul­time, ce se­rait d’avoir une col­lec­tion de cé­ra­miques de Pi­cas­so. Mais je me mé­fie de moi-même : les ob­ses­sions pour les ob­jets, ça peut prendre de la place dans la tête, il faut être vi­gi­lant. Je n’ai pas en­vie de trop m’at­ta­cher. Il vaut mieux se concen­trer sur ce qu’on peut par­ta­ger avec les autres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.