Idée fixe Le diable est dans les dé­tails

Jalouse - - TEASER -

Le­wis Ha­mil­ton (F1) chez Cal­vin Klein, Dwyane Wade (bas­ket) chez Ova­dia & Sons mais aus­si, et sur­tout, Odell Beck­ham Jr (foot­ball amé­ri­cain) as­sis à cô­té d’an­na Win­tour chez Pu­blic School NYC : ja­mais les spor­tifs n’ont au­tant as­sis­té aux dé­fi­lés qu’aux der­nières fashion weeks homme. Si la mode squatte les tri­bunes, le sport aime aus­si les front rows. De Da­vid Beck­ham (Mo­dern Es­sen­tials H&M) aux soeurs Williams (Se­re­na Williams Si­gna­ture Sta­te­ment pour l’une, et Ele­ven pour l’autre), la mode offre aux ath­lètes la meilleure des re­con­ver­sions, qu’il s’agisse de simples col­la­bo­ra­tions ou d’une nou­velle car­rière. Pour de­ve­nir une icône, les per­for­mances spor­tives ne suf­fisent plus. Tous savent dé­sor­mais qu’ils sont des marques, et tout com­mence par leur propre style. Pour un seul Den­nis Rod­man sor­tant du lot au­tre­fois, on ne compte plus au­jourd’hui les spor­tifs loo­kés, qu’ils soient ai­dés par une ar­mée de sty­listes ou au­to­di­dactes. Il n’y a qu’à che­cker l’ins­ta­gram des joueurs de la NBA (ce­lui d’amar’e Stou­de­mire ou de Ch­ris Bosh) pour s’en rendre compte. C’est d’ailleurs un peu par la cé­lèbre ligue de bas­ket que tout a com­men­cé. En 2005, fi­ni le jog­ging et le bag­gy hip hop, les bas­ket­teurs se voient im­po­ser un dress code plus for­mel pour le hors­match (ar­ri­vées et dé­parts du ter­rain, confé­rences de presse…). Du bus au ves­tiaire, sur ce catwalk un peu par­ti­cu­lier, cer­tains ont trou­vé un nou­veau moyen d’ex­pres­sion, et d’autres, une vraie vo­ca­tion. C’est le cas du joueur Rus­sell Westbrook, de­si­gner d’une col­lec­tion pour Bar­neys l’an der­nier, qui ne compte pas s’ar­rê­ter là et que ses co­équi­piers, comme la presse, sur­nomment le Kate Moss de la NBA!

au Grand Prix de Mo­na­co se­ra-t-elle le it de l’au­tomne? À voir. Mais ce qui est sûr, c’est que son hôte, TAG Heuer, lui, n’est pas pas­sé in­aper­çu. “C’est elle qui a choi­si cette te­nue”, as­sure Jean-claude Bi­ver, le PDG de la marque de montres, qui a fait du mo­dèle son am­bas­sa­drice lors de l’évé­ne­ment. “Sa per­son­na­li­té créa­tive – c’est aus­si elle qui a eu l’idée de rem­pla­cer les grid girls par des hommes et d’in­vi­ter ses co­pines man­ne­quins sur notre ba­teau – nous per­met de par­ler de fa­çon dé­con­trac­tée au monde de la mode, à une autre gé­né­ra­tion qui connaît moins l’uni­vers hor­lo­ger”, ajoute-t-il. Nou­velle vi­trine, l’évé­ne­ment spor­tif per­met aus­si aux marques clas­sées sport de se re­po­si­tion­ner. De Mo­na­co à Pa­ris, la ten­dance ar­rive comme un bo­lide en France, où Ken­dall au­rait dé­jà pris ses billets pour l’alpe d’huez et les routes du Tour de France 2016.

Ci-des­sus, dé­fi­lé de Ka­nye West pour Adi­das, fashion week de New York, fé­vrier 2015. En haut, cou­ver­ture d’es­quire avec Mo­ha­med Ali en saint Sé­bas­tien mar­tyre, en 1968. En bas, show Jim­my Choo à Londres, col­lec­tion homme prin­temps-été 2015. Page de gauche, cam­pagne H&M “Mo­dern Es­sen­tials” prin­temps-été 2015 avec Da­vid Beck­ham.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.