Cul­ti­vez et dé­gus­tez les ra­dis !

Ce clas­sique par­mi les lé­gumes de prin­temps offre un arôme pi­quant et des tu­ber­cules tendres. Et il existe un large choix de va­rié­tés au goût sa­vou­reux, quelle que soit la pé­riode de plan­ta­tion

Jardin Facile - - La Une -

Contrai­re­ment à ce que l’on peut pen­ser, les ra­dis roses ne sont une forme naine des ra­dis blancs, mais une es­pèce à part, proche pa­rente. La prin­ci­pale dif­fé­rence : tout comme les choux-raves, les ra­dis roses se forment au ni­veau de la tige, entre les ra­cines et les feuilles et font par­tie, de ce fait, des tu­ber­cules. En re­vanche, les ra­dis blancs sont des ra­cines en­flées.

Les va­rié­tés de ra­dis pré­coces peuvent être se­mées dès le mois de mars, dès que le sol est bien sec. Les graines germent par­ti­cu­liè­re­ment vite et bien lorsque les tem­pé­ra­tures se si­tuent entre 12 et 15 °C. Plus tard, les jeunes plan­tules sup­portent les lé­gères ge­lées noc­turnes sans en être en­dom­ma­gées. Mais pour évi­ter que leur crois­sance ne soit in­ter­rom­pue, il est conseillé de les re­cou­vrir avec un voile d’hi­ver­nage. En pleine terre, ce­la vaut la peine d’ef­fec­tuer des se­mis suc­ces­sifs jus­qu’au dé­but du mois de sep­tembre. En été, se­mez dans un en­droit se­mi-om­bra­gé et uti­li­sez la place entre les ran­gées de plantes par­te­naires avé­rées telles que les ha­ri­cots nains, le poi­reau et les bettes. Pour les se­mis ul­té­rieurs, choisissez des ra­dis d’été spé­ciaux comme ‘So­ra’ ou ‘Vi­tes­sa’ – les culti­vars pré­coces ont ten­dance si­non à fleu­rir avant l’heure et à mon­ter en graines ! Si le temps chaud per­siste, n’ou­bliez pas d’ar­ro­ser, car même les va­rié­tés consi­dé­rées comme ré­sis­tantes à la cha­leur peuvent de­ve­nir dures, fi­lan­dreuses et prendre un goût pi­quant désa­gréable. Sous châs­sis ou sous un tun­nel en plas­tique, il est im­por­tant de bien aé­rer dès que les tem­pé­ra­tures dé­passent 20 °C.

Plu­tôt co­lo­rés ou roses ? Dans la gamme dis­po­nible, les pe­tits ra­dis ont un goût net­te­ment plus pro­non­cé que les va­rié­tés pa­rentes de grande taille. Les mé­langes de graines avec des va­rié­tés vio­lettes, jaune d’or et blanches sont un ré­gal pour les yeux et le pa­lais, que vous les man­giez comme ça, lors d’un casse-croûte, ou cou­pés en pe­tits mor­ceaux dans une sa­lade. Les grands cui­si­niers cuisent les tu­ber­cules briè­ve­ment à l’étu­vée, dans un wok – lorsque la cuis­son est plus longue, les cou­leurs s’es­tompent.

Cul­ture éche­lon­née pour une ré­colte pro­lon­gée

1 Des va­rié­tés clas­siques comme ‘Cher­ry Belle’ ou ‘Ma­rike’ avec leurs tu­ber­cules ronds, rouge vif, et leurs fines feuilles se sèment au prin­temps ou à la fin de l’été.

2 Chan­delle de glace, longue ra­cine blanche, cro­quante, 25 cm de long, pré­coce, se ré­colte en 4-5 se­maines. ette va­rié­té est culti­vée et connue de­puis plus de 100 ans.

3 Mé­lange de 4 va­rié­tés qui met­tra de la cou­leur dans vos horsd’oeuvres : 10 % de jaune, 20 % de blanc pur, 35 % de rouge vif et 35% de rouge à bout blanc.

4 ‘French Break­fast’ Graines is­sues de l’agri­cul­ture Bio­lo­gique pour se­mis de mars à dé­but sep­tembre, bonne ré­sis­tance au creu­se­ment (Graines Bau­maux).

5 ‘Ronde witte’ un jo­li pe­tit ra­dis rond d’un beau blanc uni­forme. Chair ferme, blanche et agréa­ble­ment pi­quante. Va­rié­té culti­vée et connue de­puis plus de 100 ans.

Conseil : «Chan­delle de glace» est un culti­var tra­di­tion­nel avec des tu­ber­cules poin­tus et une chair blanc neige, qui est ap­pré­cié en­core au­jourd’hui et est par­fait pour la cuis­son à l’étouf­fée.

Les ra­dis sont meilleurs lors­qu’on les dé­guste frais, si­tôt cueillis. N’at­ten­dez pas qu’ils aient ter­mi­né leur crois­sance : les va­rié­tés pré­coces no­tam­ment doivent être ré­col­tées avant qu’elles n’aient at­teint la taille fi­nale ty­pique pour la va­rié­té. Par la suite, la chair de­vient sou­vent fi­lan­dreuse. Les va­rié­tés qui se ré­coltent en été et en au­tomne peuvent pous­ser en­core un peu. Elles res­tent ju­teuses et tendres en­vi­ron 15 jours après la ma­tu­ri­té. Si vous les ache­tez, vous re­con­nais­sez les ra­dis frais à leur chair ferme et leurs fanes bien vertes. Les tu­ber­cules qui cèdent sous une lé­gère pres­sion des doigts ont été ré­col­tés trop tard ou conser­vés trop long­temps. La chair est spon­gieuse et a un goût fade. La du­rée de conser­va­tion des tu­ber­cules fraî­che­ment ré­col­tés est, elle aus­si, li­mi­tée. Si vous cou­pez les fanes juste au-des­sus du point de nais­sance, les ra­dis pour­ront se gar­der au ré­fri­gé­ra­teur 3 à 5 jours. Ne je­tez pas les feuilles cen­trales : fi­ne­ment ha­chées et lé­gè­re­ment sa­lées, elle sont dé­li­cieuses sur du pain beur­ré.

Une grosse botte de ra­dis pour ac­cueillir le prin­temps avec des lé­gumes du jar­din. En se­mant les ra­dis dès que le sol s’est un peu ré­chauf­fé, vous n’au­rez pas à at­tendre très long­temps.

Tendre à l’ex­té­rieur et ju­teux à l’in­té­rieur : telles sont les ca­rac­té­ris­tique d’un ra­dis par­fai­te­ment réus­si

1

2 3

4 5

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.